État de la situation

Depuis déjà plusieurs jours, tous les ingrédients sont présents pour favoriser la tavelure du pommier. Le nouveau feuillage très sensible est apparent, les spores du champignon sont à maturité et les conditions pluvieuses créent des conditions d’infection optimales. Différentes stratégies sont utilisées lors des pluies printanières pour réprimer la tavelure du pommier. Les traitements avant la pluie (protection) et pendant la pluie (germination) sont les plus sécuritaires puisqu’ils tuent les spores avant l’infection. Lorsque le germe des spores a réussi à passer la barrière de la cuticule, l’infection de la plante est commencée et arrêter la progression de la maladie devient plus hasardeux.

D’une part, les produits appliqués après l’infection (post-infection) ne sont efficaces que pendant une période assez courte et la météo n’est pas nécessairement favorable à ce moment. De plus, certains produits ne sont pas efficaces à basse température et/ou doivent être appliqués sur du feuillage sec. Finalement, la plupart des fongicides efficaces en post infection sont sujets à la résistance et leur efficacité est soit déjà compromise ou promise à l’être. Pour toutes ces raisons, les traitements en post infection ne sont pas recommandés seuls, mais peuvent être utiles comme complément à une stratégie de traitements déjà en place.

Les traitements en post infection peuvent s’avérer nécessaires comme solution de dernière ligne quand le risque est grand (historique de tavelure, infection à RIM élevé) par rapport à la surface de feuillage à découvert (croissance depuis le dernier traitement, lessivage). La fiche 102 du guide PFI comprend un tableau à la page 5 qui illustre la prise de décision.

Quand ces conditions sont réunies, le graphique de RIMpro peut aider à cibler la fenêtre des 300DH (degrés-heures), c’est à dire une courte période de post-infection pendant laquelle l’invasion du champignon est encore mineure et qu’une panoplie de produits restent efficaces pour le contrer. Les degrés-heures sont calculés en multipliant la température par la durée. Donc 30 heures à 10°C ou 15 heures à 20°C donnent 300DH. Les traitements plus tardifs donnent un avantage au champignon qui peut être rattrapés par quelques produits, mais au risque de laisser s’échapper une partie de la population qui non seulement causera des taches, mais qui vont aussi accélérer le développement de la résistance.

La fenêtre de post-infection 300DH est illustrée sur RIMpro par un nuage orange. À mesure que les spores passent sous la cuticule, elles sont comptabilisées dans la zone orange et après 300DH, les spores les plus vieilles en sortent. Pour bien cibler les traitements, il faut avoir complété la pulvérisation avant que la zone orange ne rétrécissent, c’est à dire qu’il faut frapper le plus grand nombre de spores avant que 300DH ne soient atteints.

Stratégie d’intervention

Par exemple, la pluie du 4 et 5 mai 2014 est illustrée pour Rougemont. Même si la situation est similaire dans d’autres régions, il est impératif de valider votre stratégie à partir des données les plus récentes pour votre secteur. La simulation RIMpro pour toutes les stations est disponible sur internet à partir de l’adresse: http://www.agrireseau.qc.ca/references/8/CentralPrevision/PrevMaladie.htm

À Rougemont, les éjections (barres jaunes) ont probablement eu lieu surtout dimanche avant midi, et le traitement de germination optimal (avant l’infection) pouvaient être fait entre 15h00 hier et 3h00 ce matin, soit au moment où un maximum de spores étaient présentes sur le feuillage (nuage blanc). La limite suggérée pour les traitements de germination correspond à la première flèche mauve.

Depuis 3h00 ce matin, les spores s’accumulent dans la zone du 300DH (zone orange). Comme la température est assez froide, les traitements en post infection appliqués jusqu’à 18h00 demain (6 mai) restent efficaces. Par la suite, la quantité de spores atteignables en deçà du seul de 300DH diminue rapidement. La limite suggérée pour les traitements de post-infection 300DH correspond à la deuxième flèche mauve.

Notez que les prévisions disponibles au moment de la rédaction de cet article prévoyaient de la pluie et une éjection lundi après midi, mais pas d’infection pour ces spores puisque le feuillage devrait être sec à partir de 18h00. Évidemment, les prévisions sont sujettes à changement. Un traitement avec un produit efficace en post infection qui serait appliqué après la pluie prévue aujourd’hui et avant 18h00 demain serait efficace à la fois contre les spores du 4 et du 5 mai.

Rougemont5mai

Simulation de la tavelure du pommier à Rougemont du 4 au 6 mai 2014 selon le logiciel RIMpro

Consultez les fiches du guide PFI 50-52 pour les caractéristiques des produits et leur efficacité en post infection. La fiche 48 résume les propriétés des produits dans différents tableaux.

EN BREF:

  • débourrement atteint le 28 et 29 avril dans une grande partie de la Montérégie;
  • le point sur les dégâts hivernaux de mammifères (chevreuils, mulots, etc.);
  • insectes et acariens: apparition de la punaise terne et de la noctuelle;
  • clinique sur la gestion des rongeurs et la greffe en pont à Franklin;
  • produits homologués vs recommandés: attention 
  • Rappel: répondeurs téléphoniques du MAPAQ
  • Observations et prévisions du Réseau

 

DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS

État de la situation

Le stade du débourrement a été atteint les 28 et 29 avril dans une grande partie de la Montérégie (est et ouest), et sera atteint le 30 avril et le 1er mai dans les autres vergers de cette région.

 

CHEVREUILS ET RONGEURS

État de la situation

Les conditions hivernales ont été propices à l’activité des rongeurs (campagnols, lièvres, lapins) dans les vergers du sud-ouest, et des arbres endommagés sont observés en abondance par les observateurs du Réseau, autant dans les nouvelles plantations que dans les vergers à haute densité déjà établis.

Les cerfs de Virginie ont aussi causé des dégâts importants dans les vergers de la Montérégie est et ouest. Même les vergers clôturés ont été affectés, en raison de l’épaisse couverture de neige qui a perduré la majeure partie de l’hiver.

 

Stratégies d’intervention PFI (cliquez sur les liens pour plus d’information)

Des méthodes de prévention, de dépistage et de lutte pour ces ennemis du pommier sont décrites au guide de PFI (fiche 112 pour les chevreuils, fiche 113 pour les campagnols et fiche 114 pour le lièvre). Mais que faire lorsque les dégâts sont déjà faits?

Pour vous aider à prendre des décisions en fonction des dommages de rongeurs observés dans votre verger, il y aura une clinique d’information vendredi le 2 mai à Franklin. Voir les détails ci-après.

 

CLINIQUE D’INFORMATION SUR LA PRISE DE DÉCISION SUITE À DES DOMMAGES DE RONGEURS, INCLUANT UNE DÉMONSTRATION DE LA GREFFE EN PONT 

Vendredi le 2 mai à 13h15,  au verger Silverburn (chez Peter et Ann Ednie), 2112 route 202 à Franklin. Activité gratuite, avec l’agronome Paul Émile Yelle. L’activité aura lieu beau temps, mauvais temps. Bienvenue à tous!

Pour information contactez Evelyne Barriault, agronome, ou Doris Verrette (MAPAQ Montérégie-Ouest), par téléphone au 450 347-8341, poste 4286 ou 4280 ou par courriel.

INSECTES ET ACARIENS

État de la situation

Les temps frais défavorise l’activité des insectes. Les premières captures de papillons de la  noctuelle du fruit vert ont quand même été enregistrées le 30 avril au verger du Réseau. Une punaise terne a été aperçue en début de semaine par un observateur du Réseau;  des populations plus importantes de cet insecte sont attendues dès que le temps chaud sera de retour.

 

Stratégies d’intervention PFI (cliquez sur les liens pour plus d’information)

Noctuelle:

  • cet insecte est un ravageur mineur en PFI, normalement tenu en échec par les interventions préflorales effectuées avec des insecticides à large spectre.  Pour plus d’informations consultez le guide de PFI (fiche 82).

Tétranyque rouge (rappel):

  • Visionnez  la nouvelle capsule vidéo qui décrit le dépistage printanier et estival des tétranyques;
  • Effectuez un comptage des œufs d’hiver du tétranyque rouge : la méthode de dépistage est décrite au guide de PFI (fiche 92). Si le seuil d’intervention est atteint, votre investissement en huile devrait être plus que rentable. L’huile a une efficacité redoutable contre les oeufs si elle est appliquée correctement: température de 18 °C ou plus, vents faibles, quantité suffisante de bouillie, dose adaptée au stade);
  • Si vous avez subi du déclassement de fruits par la cochenille l’an passé, une intervention à l’huile est recommandée même si le seuil du tétranyque rouge n’est pas atteint.

Punaise terne:

  • Pour estimer le risque que représente ce ravageur, il faut tenir compte non seulement des captures sur les pièges, mais aussi de l’activité observée sur les bourgeons, de l’historique de la parcelle, des variétés présentes, des conditions climatiques, et du type de mise en marché (voir le guide de PFI, fiche 70);
  • Pour les seuils basés sur les captures et les observations de punaises sur bourgeons, voir le guide de PFI (fiche 65);
  • Le moment de l’intervention est important, et se situe le plus souvent entre le stade du débourrement avancé et du pré-bouton rose. Toutefois, des conditions favorables à  l’activité de la punaise (peu ou pas de vent, température au-dessus de 15 °C, pas de pluie) déterminent le plus souvent le moment de l’intervention.

 

PRODUITS HOMOLOGUÉS, PRODUITS  RECOMMANDÉS : QUELLE DIFFERENCE?

Les seuls produits qu’il est légalement permis d’utiliser pour protéger la récolte sont les produits homologués pour cet usage par l’ARLA.  Tous les produits homologués ne sont toutefois pas égaux, et certains sont plus recommandables que d’autres, pour différentes raisons reliées à leur efficacité, leur dangerosité ou leurs effets “collatéraux” sur la rentabilité de l’entreprise pomicole.

Les produits recommandés par le Réseau-pommier et son Groupe d’experts sont ceux qui, parmi les produits homologués et disponibles, ont démontré au Québec une efficacité comparable aux prétentions de leur fabricant, et qui sont considérées acceptables en PFI.

Les produits non-recommandés ne sont pas souvent mentionnés dans les publications du Réseau comme le guide de PFI, l’affiche des traitements foliaires et l’affiche PFI. S’ils sont mentionnés, ils sont marqués d’une couleur rouge qui siginife qu’ils ne sont pas acceptables en PFI.

Vous voulez en savoir plus sur les pesticides homologués en pomoculture?

  • Les fiches 44 à 53 du Guide de PFI présentent un sommaire des caractéristiques de chaque produit;
  • le site web sagepesticides maintien à jour toute l’information officielle sur les pesticides utilisables au Québec, incluant les liens vers les étiquettes.

 

RÉPONDEURS TÉLÉPHONIQUES DU MAPAQ ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU (RAPPEL)

  • Montérégie: pour toutes les régions (Sud-ouest, Rougemont, Missisquoi) 1 800 472-4846, poste 3
  • Laurentides : 450 971-5110, poste 6556
  • Estrie : 819 820-3001 / 1 800 363-7461, poste 2
  • Québec : 418 643-0033, poste 4 (Rive-Nord, Île d’Orléans et Chaudière–Appalaches)
  • La version « Internet » des messages téléphoniques est aussi disponible pour certains conseillers : consultez le site web du Réseau-pommier ou écoutez le message téléphonique de votre région pour en savoir plus.

 

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 30 AVRIL

Le tableau qui suit est un sommaire des observations et prévisions pour les principales régions du Québec, compilé à partir des données prises dans les vergers pilotes et des rapports des observateurs du Réseau. Il sera publié environ une fois par semaine dans les avertissements du Réseau-pommier.

Pour les prévisions complètes en temps réel dans lotus les sites pomicoles du Québec (vergers pilotes, postes d’observation et sites opérés par des partenaires du Réseau), consultez la page web des prévisions et observations pour les vergers sur le site web du Réseau-pommier.  L’information est mise à jour une fois l’heure pour la tavelure et une fois par jour pour les stades phénologiques du pommier, les insectes et les acariens. Les observations et les prévisions météo sont aussi disponibles et mises à jour une fois par jour pour les sommaires météorologiques, et trois fois par jour pour les prévisions météorologiques adaptées à la pomiculture.

tableau(cliquez sur le tableau pour l’agrandir). 

Comment lire ce tableau :

Sites : Les vergers pilotes sont situés dans les régions suivantes : Québec (Sainte-Famille et Saint-Antoine-de-Tilly), Estrie (Compton), Montérégie (Rougemont, Mont-Saint-Grégoire, Saint-Paul, Saint-Hilaire, Saint-Bruno et Sainte-Cécile), Missisquoi (Dunham et Frelighsburg), Sud-ouest (Franklin et Hemmingford) et Laurentides (Oka et Saint-Joseph), Centre-du-Québec (Victoriaville*). * = nouveau en 2013!

Prévisions : Les prévisions pour les ravageurs sont basées sur les modèles du Réseau, les données des vergers pilotes et les prévisions d’Environnement Canada des 7 prochains jours. Les normales sont utilisées pour compléter les prévisions. La date indiquée représente la plus hâtive des prévisions obtenues pour tous les sites d’une région. Les prévisions ne doivent pas remplacer l’observation et le dépistage de votre verger!

Observations : Les observations sont rapportées par les observateurs du Réseau. Lorsque plusieurs observations sont rapportées, la date indiquée représente la plus hâtive des observations pour la région.

Captures dans le verger du Réseau-pommier : captures moyennes par piège des 7 derniers jours, dans le bloc de pommiers sous gestion PFI du Réseau à Saint-Bruno.

Degrés-jours : Les degrés-jours base 5 °C sont cumulés depuis le 1er mars. La méthode Baskerville est utilisée par les modèles prévisionnels du Réseau en raison de sa plus grande précision, mais nécessite l’emploi d’outils informatiques (ex. : Cipra). La méthode standard nécessite uniquement de connaître la température maximale et la température minimale de chaque jour. Les deux méthodes ne sont pas interchangeables! Le débourrement du pommier, par exemple, correspond à 65 DJ5 « standards », mais à 79 DJ5 « Baskerville ».

Météo : Les données météo sont validées par Mesonet-Québec. Les DJ et les précipitations rapportées représentent la moyenne des valeurs obtenues pour tous les sites d’une région. Les flèches représentent l’écart à la normale pour cette région : ↑ = au-dessus de la normale; ↓ = au-dessous; ↔ = semblable.

État de la situation

Dans plusieurs vergers du sud du Québec, les premières surfaces foliaires sont apparues au cours des derniers jours. Très souvent, la pluie à cette période de l’année ne mène pas nécessairement à des taches de tavelure, mais cette année les risques sont plus élevés:

Contrairement à d’autres années, les premières éjections d’ascospores ont eu lieu environ 10-14 jours avant le débourrement et depuis cette date de nouvelles spores à maturité s’accumulent. De plus, les conditions météorologiques des prochains jours seront très favorables à l’éjection et l’infection des spores. Le seul facteur qui limite les risques est la surface foliaire très restreinte, mais néanmoins présente. La probabilité pour une spore d’atteindre cette surface est directement en lien avec la tavelure observée l’an dernier et la production des spores en hiver. Les vergers “très propres” ont donc une marge de manoeuvre, mais n’oubliez pas que chaque spore “échappée” à ce stade amplifiera la tavelure plus tard.

Stratégie d’intervention 

Dans les vergers où on trouve une bonne proportion de bourgeons ouverts, un traitement fongicide pour protéger les surfaces à découvert est nécessaire. Selon la simulation RIMpro actuelle pour les vergers les plus avancées (Franklin), un traitement aujourd’hui le 30 avril en soirée et le 4 mai prochain seraient nécessaires pour couvrir le feuillage. Cette proposition de traitement vise les spores éjectées aujourd’hui et celles qui seront éjectées le 3 mai avant qu’elles puissent infecter le feuillage. Les données actuelles ne prévoient pas quasiment pas d’infection pour les spores qui seront éjectées demain (1er mai) puisqu’un séchage est prévu en soirée. De même, l’éjection et l’infection des spores du 2 mai semble mineure. Évidemment, cette situation pourrait évoluer.

Pour tous les traitements contre la tavelure, la clef du succès réside bien plus dans le choix du moment de traiter que dans le choix de la chimie ou de la dose. Un traitement avec un fongicide de contact à faible dose appliqué au bon moment est toujours mieux qu’un traitement de type calendrier à la pleine dose. Il est possible de substituer les produits “classiques” par du cuivre pour le premier traitement.

 

Franklin30avril

État de la situation

Il est possible d’estimer l’accumulation des ascospores matures avec des logiciels de simulation de la tavelure du pommier. Les résultats graphiques de la simulation RIMpro sont disponibles à tout moment pour les stations du réseau pommier et peuvent être consultés à l’adresse:

http://www.agrireseau.qc.ca/references/8/CentralPrevision/PrevMaladie.htm

Le système utilisé en 2014 pour générer les graphiques RIMpro a été remanié et des contraintes techniques nous empêchent pour le moment d’afficher les résultats en Français. Ce problème devrait être résolu en cours de saison.

La maturation des ascospores est représentée au bas du graphique par une zone rouge sombre qui devient rouge vif à mesure que les ascospores deviennent prêtes à l’éjection.

Comme les observations du laboratoire confirment que des spores sont déjà prêtes à l’éjection depuis environ le 20 avril et que des conditions favorables à la maturation sont prévues, nous anticipons une accumulation importante d’ascospores matures dès le stade débourrement.

Or, les prévisions météorologiques actuelles laissent présager une pluie importante dans les jours suivants le débourrement et cette pluie risque donc d’entrainer une infection beaucoup plus importante que celles rencontrées normalement pour ce stade de croissance.

Les barres verticales jaunes du graphique servent à visualiser le moment et l’intensité des éjections qui sont prévues les 1,2 et 3 mai prochains. La ligne rouge du graphique représente la sévérité de l’infection qui pourrait dépasser 900 sur l’échelle de RIM. Les infections qui dépassent 300 n’arrivent que 3 ou 4 fois par année et sont toujours à l’origine de la plupart des taches de tavelure observées en verger.

Même si cette prévision est encore lointaine et donc incertaine, elle doit néanmoins servir à vous préparer à une première infection probablement pas banale.

Contrairement à la tendance usuelle qui laisse une certaine marge de manoeuvre lors de la première pluie, la première infection de 2014 devra être traitée comme une infection à risque élevé, malgré la surface foliaire exposée qui sera forcément limitée.

Simulation RIMpro pour Rougemont

Stratégies d’intervention PFI (cliquez sur les liens pour plus d’information)

Les traitements fongicides ne sont pas utiles avant l’apparition de tissu vert, mais c’est actuellement un bon moment pour finaliser la préparation de votre pulvérisateur puisque les premiers traitements contre la tavelure seront nécessaires dès la première pluie d’infection qui suivra le débourrement.

 

L’entomosporiose (Pear leaf spot ou Fabraea leaf spot) est une maladie causée par le champignon Diplocarpon mespili (anciennement Fabraea maculata) et dont la forme asexuée est aussi appelée Entomosporium mespili. La similitude entre la forme des spores et celle des insectes est à l’origine du nom du champignon et de la maladie.

L’épidémiologie de l’entomosporiose est similaire à la tavelure, mais l’éjection des ascospores serait plus tardive. Comme pour la tavelure, il est quasiment impossible de réprimer l’entomosporiose si les premiers traitements ne sont pas appliqués lors des infections primaires. Contrairement à la tavelure, les infections d’entomosporiose ne sont pas restreintes aux feuilles les plus jeunes, ce qui favorise une propagation rapide à tout l’arbre.

La première ligne de défense pour prévenir les infections est similaire à celle préconisée pour la tavelure du pommier: elle consiste à favoriser la dégradation des feuilles de la litière d’où proviennent les ascospores éjectées au printemps.

En PFI, différents fongicides sont efficaces pour réprimer la maladie. Les traitements au mancozèbe sont utiles à partir du stade du “bouton vert”, soit le stade similaire au pré bouton rose du pommier. Les traitements avec dodine (Syllit) ou Flint (un fongicide QoI du groupe 11) sont des alternatives valables quoique moins efficaces. La dodine n’est efficace que pour la tavelure et l’entomosporiose et n’aura donc pas d’effet en été contre les autres maladies du poirier comme la suie. Les autres groupes de fongicides (benzimidazoles, IBS, SDHI) seraient moins efficaces contre cette maladie.

En production biologique, il est possible de limiter les infections par des traitements de soufre et de cuivre. En été, des applications d’huile ou de Surround peuvent freiner la propagation de la maladie. Les applications répétées d’huile à 1% peuvent néanmoins nuire à l’arbre.

EN BREF: La tavelure est prête: l’êtes-vous?

TAVELURE

État de la situation

Les premières spores de la tavelure du pommier (ascospores) sont arrivées à maturité au cours des derniers jours dans plusieurs sites, soit bien avant le débourrement. La maturation précède le débourrement quand la litière reste humide pendant des périodes prolongées comme cette année. L’accumulation des spores permet des éjections plus hâtives et donc augmente les risques associés aux infections dès le stade du débourrement. (consultez la fiche 100 du guide PFI pour plus de détails)

Stratégies d’intervention PFI (cliquez sur les liens pour plus d’information)

La stratégie la plus efficace pour réprimer la tavelure, mais aussi la plus négligée, est de prévenir une partie des éjections en éliminant la litière de feuilles au sol ou en favorisant sa dégradation. Différentes techniques sont possibles et près d’une dizaine sont décrites en détail dans le guide PFI (fiche 101). La plus populaire et la plus facile consiste à broyer autant que possible les feuilles mortes au moment du déchiquetage du bois de taille. L’application d’urée au sol est également préconisée en PFI, mais est interdite en production biologique.

Les traitements fongicides ne sont pas utiles avant l’apparition des premières feuilles (stade débourrement), mais c’est actuellement un bon moment pour finaliser la préparation de votre pulvérisateur puisque les premiers traitements contre la tavelure seront nécessaires dès la première pluie d’infection.

 

EN BREF:

  • Débourrement prévu cette semaine dans le sites les plus chauds du Québec
  • Il est temps de se préparer aux premières interventions de la saison
  • Numéros des répondeurs téléphoniques pomicoles du MAPAQ
  • Nouvelles publications et nouveaux services en 2014

 

DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS

État de la situation

Après une période de repos plus longue qu’à l’habitude, les pommiers du cv. McIntosh sont sur le point de débourrer dans les sites les plus chauds du Québec  (le 26 avril à Franklin selon le modèle prévisionnel du Réseau).

Pour les prévisions complètes dans les 22 sites pomicoles du Québec (vergers pilotes, postes d’observation et sites opérés par des partenaires du Réseau), consultez la page des prévisions Cipra. Des prévisions sont disponibles pour Compton, Dunham, Franklin, Frelishburg, Hemmingford, Henryville, Mont-Saint-Hilaire, Oka, Rougemont, Saint-Antoine de Tilly, Saint-Bruno de Montarville, Sainte-Cécile-de-Milton, Sainte-Famille (l’Île d’Orléans), Saint-Grégoire, Saint-Joseph-du-lac, Saint-Paul-d’Abbotsford, et de nouvelles stations s’ajoutent régulièrement.

Stratégies d’intervention PFI (cliquez sur les liens pour plus d’information)

Si vous ne l’avez pas déjà fait, il est plus que temps de voir à ajuster et régler votre pulvérisateur. La procédure est décrite au guide de PFI (fiche 61 et fiche 62) entre autres. Comme une image vaut mille mots, n’hésitez pas à visionner également les trois nouvelles capsules vidéos qui portent sur l’utilisation du pulvérisateur à verger!

INSECTES ET ACARIENS

État de la situation

Dès le débourrement il devient nécessaire d’évaluer la nécessité d’intervenir contre  la tavelure, la punaise terne et la acariens (oeufs d’hiver du tétranyque rouge).

Stratégies d’intervention PFI (cliquez sur les liens pour plus d’information)

Insectes:

  • Installez dès maintenant les pièges à punaise terne si ce n’est déjà fait (guide de PFI, fiche 65). Profitez-en pour installer également les pièges à mineuse marbrée!

Acariens :

  • Effectuez un comptage des œufs d’hiver du tétranyque rouge : la méthode de dépistage est décrite au guide de PFI (fiche 92).
  • Comme une image vaut mille mots, n’hésitez pas à visionner également la nouvelle capsule vidéo qui décrit le dépistage printanier et estival des tétranyques.

Traitement à l’huile :

  • L’huile a une efficacité redoutable contre les oeufs si elle est appliquée correctement: température élevée, vents faibles,quantité suffisante de bouillie, dose adaptée au stade: consultez la fiche sur le tétranyque rouge du guide de PFI (fiche 92).
  • Si le seuil d’intervention (20 % des bourgeons avec au moins un œuf) est atteint, votre investissement en huile devrait être plus que rentable.
  • Si vous avez subi du déclassement de fruits par la cochenille l’an passé, une intervention est recommandée même si le seuil du tétranyque rouge n’est pas atteint.

De nouveaux avertissements seront donc publiés prochainement – restez connecté!

 

RÉPONDEURS TÉLÉPHONIQUES DU MAPAQ (ET LEUR VERSION INTERNET)

Les messages de conseillers en pomiculture du MAPAQ diffusent de l’information urgente comme les données météo et les infections de tavelure, de même que des recommandations ciblées pour votre région. Ces messages sont un complément essentiel aux communiqués du RAP. Ils sont disponibles soit par téléphone ou encore sous forme écrite sur internet.

Les répondeurs suivants seront mis en opération au cours des prochains jours:

  • Montérégie: pour toutes les régions (Sud-ouest, Rougemont, Missisquoi) 1 800 472-4846, poste 3
  • Laurentides : 450 971-5110, poste 6556
  • Estrie : 819 820-3001 / 1 800 363-7461, poste 2
  • Québec : 418 643-0033, poste 4 (Rive-Nord, Île d’Orléans et Chaudière–Appalaches)

La version « Internet » des messages téléphoniques est aussi disponible pour certains conseillers : consultez le site web du Réseau-pommier ou écoutez le message téléphonique de votre région pour en savoir plus.

 

VIENT TOUT JUSTE DE PARAÎTRE !

 La nouvelle affiche « Guide des traitements foliaires du pommier 2014-2015 » vient tout juste d’être publiée par le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec. Vous pouvez la commander par téléphone au 1 888 535-2537, par télécopieur au 418 644-5944 ou encore directement sur le site Web du CRAAQ.

 

SERVICES-CONSEILS PERSONNALISÉS EN POMICULTURE (G. Chouinard)

Si vous souhaitez profiter des visites et des conseils personnalisés d’un expert en pomiculture ou si vous manquez tout simplement d’expérience dans le domaine du dépistage ou de tout autres domaines important pour votre entreprise, le réseau Agriconseils de votre région peut vous référer les services d’un club d’encadrement technique ou d’un club agroenvironnemental en pomiculture. Pour profiter de ces services et de la subvention offerte par Agriconseils, contactez un conseiller pomicole du MAPAQ ou encore communiquez directement avec le réseau Agriconseils de votre région.

Si vous comptez effectuer le dépistage par vous-même, lisez bien les communiqués du RAP de même que les sections appropriées du Guide de référence en PFI et procurez-vous le matériel requis. Voici une liste partielle de détaillants de produits de dépistage (les ajouts à cette liste sont les bienvenus) :

  • Centre agricole Bienvenue (Rougemont) : 450 469-4945
  • Distributions Solida inc. (Saint-Ferréol) : 418 826-0900
  • Distribution Husereau (Oka) : 450 258-4510

 

SOYEZ ALERTÉS LORS DE LA PARUTION DE CHAQUE AVERTISSEMENT !

Les avertissements se doivent d’être diffusés rapidement sans quoi ils seront peu utiles. C’est pourquoi le Réseau d’avertissements phytosanitaires offre un service d’abonnement, grâce auquel vous recevrez un courriel pour vous informer dès qu’un nouvel avertissement sera disponible.

Si vous n’avez pas encore confirmé votre abonnement en 2014, communiquez sans tarder avec le RAP par téléphone au 418 380-2100, poste 3581, par courrier électronique à : rap@mapaq.gouv.qc.ca, ou consultez le site Web du RAP à l’adresse internet suivante : http://www.agrireseau.qc.ca/rap/ afin continuer à  profiter pleinement des communiqués rédigés chaque semaine par le Réseau-pommier. Ces communiqués comprennent :

  • Un état de la situation dans les différentes régions pomicoles.
  • Des prévisions météo, des prévisions de risques et des stratégies d’intervention contre les ravageurs.
  • Des recommandations à jour en matière de PFI (production fruitière intégrée).
  • Les actualités pomicoles (résultats de recherche, nouvelles homologations, etc.).
  • Des bulletins d’information détaillés sur des sujets d’actualité et sur la recherche.

Nouveauté cette année: si vous vous êtes procurés le nouveau Guide référence en PFI, vous bénéficierez d’un abonnement automatique à tous les avertissements et aux messages additionnels de vos avertisseurs pendant toute l’année.  Le premier bulletin d’information du RAP de la saison 2014 contiendra plus de détails sur ce nouveau guide et sur le nouveau site web qui l’héberge.

 

 

Données météorologiques et prévisions pour les maladies et ravageurs du pommier

Cliquez sur les liens en bleu ci-après pour accéder aux données ou prévisions disponibles.

Les données ne sont pas à jour? Essayez de vider le cache de votre navigateur, ou d’accéder aux prévisions via les sites web d’Agrométéo Québec et d’Agri-Réseau.

Modes d’emploi de RIMpro :

Mise en garde

Les prévisions ne sont que des outils complémentaires à l’observation et au dépistage de votre verger et ne devraient pas être utilisées comme uniques outils de décision pour les interventions dans votre verger.

Crédits

Les rapports de prévisions météorologiques proviennent des données prévisionnelles d’Environnement Canada pour cinq jours ciblées pour les régions pomicoles. Les prévisions météo et des modèles sont générées grâce à CIPRA, développé par Agriculture Agroalimentaire Canada en collaboration avec Environnement Canada, l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) et par RIMpro développé par Marc Trapman de Bio Fruit Advies (Pays-Bas). Les données utilisées pour les rapport-CIPRA et les sorties graphiques RIMpro proviennent des stations météorologiques automatisées du Réseau-pommier, qui sont actuellement gérées et entretenues par la Financière agricole du Québec alors que Solutions MESONET assure la validation des données.

Liste des stations météorologiques du Réseau-pommier en vergers :

Compton, Dunham, Franklin, Frelishburg, Hemmingford, Henryville, Mont-Saint-Hilaire, Oka, Rougemont, Saint-Antoine-de-Tilly, Saint-Bruno-de-Montarville, Sainte-Cécile-de-Milton, Sainte-Famille (l’Île d’Orléans), Saint-Grégoire, Saint-Joseph-du-lac, Saint-Paul-d’Abbotsford

Listes des modèles :

  • pour les maladies : tavelure du pommier (RIMpro), brûlure bactérienne (RIMpro-Erwinia);
  • pour les insectes ravageurs : carpocapse de la pomme (CIPRA-pommier et RIMpro-Cydia), charançon de la prune, hoplocampe des pommes, mineuse marbrée, mouche de la pomme, noctuelle du fruit vert, punaise terne, sésie du cornouiller, tétranyque rouge du pommier, tordeuse à bandes obliques, tordeuse à bandes rouges, cécidomyie du pommier;
  • pour le développement des pommiers : (CIPRA-pommier cv. McIntosh et RIMpro éclaircissage).

Le printemps est arrivé!!! C’est le temps de préparer votre pulvérisateur. Voici un lien vers 3 capsules vidéo qui montrent tout ce qu’il faut savoir sur le réglage des appareils à jet porté. Une réalisation de AgYours et du club ProPomme.

Cliquez sur ce lien: http://www.agyours.com/?portfolio=ajustement-des-pulverisateurs

L’ARLA nous informe que la dernière date possible pour l’utilisation du diazinon dans la pomme a été fixée au 31 décembre 2016, ce qui laisse 3 saisons d’utilisation.  À noter toutefois que malgré son homologation, ce pesticide est classé “rouge” en PFI en raison des ses impacts sur l’environnement, la santé et les espèces utiles du verger. Il ne sera donc pas recommandé par vos conseillers en 2014, 2015 et 2016, sauf lors de circonstances exceptionnelles. Les alternatives au diazinon sont facilement repérables dans les tableaux d’efficacité des insecticides du Guide de PFI (fiche 47).

Source: http://www.hc-sc.gc.ca/cps-spc/pubs/pest/_decisions/rev2013-01/index-fra.php