Avertissement du 14 juin 2013

TAVELURE

(V. Philion)

  

État de la situation

 La pluie du 11 et 12 juin a probablement épuisé l’inventaire d’ascospores pour l’année 2013 dans tout le sud du Québec, incluant l’Estrie. Comme tous les ans, il restera encore quelques ascospores qui subsisteront, mais elles ne présentent qu’un risque marginal. L’effet combiné du fauchage, de la décomposition de la litière et du faible inventaire de spores résiduel feront en sorte que la probabilité d’infection par les ascospores sera marginale à partir de maintenant.

De plus, puisque le cycle de croissance du pommier achève, de moins en moins de feuilles sensibles à la tavelure se développent. Dans le verger de l’IRDA, on observait ce matin que seulement 3% des pousses produisaient encore de nouvelles feuilles.

Par contre, les taches provenant des infections primaires vont continuer à apparaître pendant environ 2 semaines et les infections par les conidies sont à surveiller. Plus de 80% des taches issues des infections primaires seraient actuellement visibles selon nos modèles, incluant une bonne part des taches anticipées suite à la semaine de pluie du 20 au 26 mai.

Dans les régions de production plus froides comme les Bois-Francs et Québec, les éjections d’ascospores continuent, mais achèvent. La pluie prévue les 16 et 17 juin pourrait donc être la dernière à risque pour les infections primaires.  Les résultats des modèles prévisionnels et des observations d’éjection en laboratoire seront transmis directement aux conseillers locaux pour confirmer la fin de la période à risque.

 

Stratégie d’intervention

La fin des infections par les ascospores ne veut pas dire la fin de tous les traitements. D’ici la fin juin, la fréquence de vos interventions va dépendre de la qualité de votre dépistage et de votre confiance quant à la qualité des traitements réalisés pendant la période des infections primaires. Dans les vergers à inoculum faible, bien dépistés et où la qualité des traitements est présumée bonne, la fréquence et la dose des traitements peuvent être grandement diminuées. Par contre, dans les vergers où la qualité des traitements est incertaine, il est possible que des taches passent inaperçues lors du dépistage. Il est donc recommandé de maintenir une couverture foliaire. Dans les vergers où des taches sont déjà présentes, il vous faudra maintenir une dose « d’entretien » de fongicide pendant une bonne portion de l’été. Une stratégie d’intervention complète est décrite dans le bulletin d’information No 06 du 24 juillet 2009 intitulé « Tavelure d’été et gestion des maladies des fruits ».

En gros, le renouvèlement des traitements basé exclusivement sur la pluviométrie augmente vos coûts sans nécessairement apporter de bénéfices. Il est possible de « gérer » parcimonieusement les traitements en fonction des résultats de dépistage et de la fréquence des pluies, et non simplement la quantité d’eau tombée.

 

Le Réseau de recherche et d’expertise pomicole en

production fruitière intégrée (Réseau-pommier)

GÉRALD CHOUINARD, agronome-entomologiste – Avertisseur

VINCENT PHILION, agronome-phytopathologiste – Coavertisseur

Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)

Courriel : info@irda.qc.ca

 

Édition et mise en page : Bruno Gosselin et Marie-France Asselin, RAP

© Reproduction intégrale autorisée en mentionnant toujours la source du document :

Réseau d’avertissements phytosanitaires – Avertissement No 12 – Pommier – 14 juin 2013

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire