Tavelure, la coupe déborde à mi parcours.

Dans les régions limitrophes à Montréal, environ 50% des spores responsables des infections primaires de tavelure ont été éjectées au cours des nombreuses pluies depuis le débourrement. Selon les régions, plusieurs de ces pluies ont mené à des risques graves d’infection et de multiples traitements en un court laps de temps. Malheureusement, les prévisions des prochains jours ne laissent présager aucun répit.

Gardez à l’esprit que le lessivage par la pluie n’est pas le critère déterminant pour le renouvellement des traitements. La plupart du temps, c’est le nouveau feuillage apparu depuis votre dernière application de fongicide qui devrait vous guider pour décider si un nouveau traitement est nécessaire. Ne comptez pas sur la pluie pour redistribuer vos traitements aux nouvelles feuilles. Ne comptez pas non plus sur l’effet pénétrant des produits pour protéger les feuilles en développement.

Après chaque pluie, demandez-vous si les spores éjectées ont pu atterrir sur une nouvelle feuille pas traitée. Si c’est le cas, est-ce que ces spores ont eu le temps d’infecter? Répondre à ces deux questions est possible seulement si vous suivez de près la croissance et en considérant le risque d’infection des spores qui ont pu atterrir sur ce feuillage. Le lessivage par la pluie des feuilles déjà traitées est un facteur mineur.

Comptez les feuilles et consulter RIMpro est plus rentable que se fier au pluviomètre. Au lieu de la règle du « pouce de pluie », retenez cette règle « du pousse »: Une nouvelle feuille en moyenne = 33% d’efficacité perdue.

 

Message technique #6 CPSO- 24 mai, 2019

Bonjour à tous,

 

Voici le Message technique #6, attendez quelques secondes que le bulletin télécharge et voir en pièce jointe pour le PDF (avec les liens actifs vers les modèles).


Bonne journée!

Vicky


Message technique #6 CPSO- 24 mai.gif

———————————————–


Vicky Filion, agronome, M.Sc.


514 -293- 6784


Club Producteurs Sud-Ouest

Virus-free. www.avg.com

message du 24 mai

Message technique du 24 mai 2019

 

Tavelure

La pluie qui a débuté hier en fin d’après-midi a engendré une infection moyenne.

Voici les précipitations enregistrées par les stations :

zone Nord (Rougemont, St-Grégoire, St-Hilaire et St-Paul) 14 à 21 mm, et 35 mm pour St-Hilaire

zone Sud (Dunham, Frelighsburg) 11 à 14 mm

Sud-Ouest (Franklin et Hemmingford) 4 à 10 mm

 

Le risque relié à cette infection est important à cause de la quantité d’ascospores éjectés. Ce risque est couvert si vous avez fait un fongicide protectant le plus près de cette période de mouillure, soit durant la nuit précédente ou hier avant-midi. Il se peut que la couverture fongicide ne soit pas tout à fait adéquate si le traitement a été fait bien avant, car il y a eu de la croissance ( 1 nouvelle feuille) entre mercredi après-midi et hier après-midi.

 

 

L’équipe pomme du Dura-Club

 

Dura-Club inc.

2, Adhémar-Cusson, suite 4

Bedford, Qc., J0J 1A0

Tél.: (450)248-0454

Fax : (450)248-2270

www.duraclub.com

cid:<a href=image001.png@01D3A1C3.9F766EF0″>

 

Message CPPRQ: Pré-bouton rose


Vendredi le 24 mai 2019
 
 
Bonjour à tous
 

État d’avancement de la végétation
 
La majorité des vergers devraient atteindre le stade de pré-bouton rose sur le cultivar McIntosh aujourd’hui. Le stade du bouton rose sur McIntosh devrait être atteint vers le milieu de la semaine prochaine.
 

Prévisions météo et images radar
 
Vous trouverez les prévisions récentes d’Environnement Canada sur les liens suivant: (pesez sur F5 pour mettre à jour les prévisions)
et celles de Meteo Blue sur le lien suivant:

Vous trouverez également les images radar pour la région de Québec sur le lien suivant:


Tavelure
 
Vous pouvez consulter les simulations des infections avec RIMPRO sur les liens suivants. Ces graphiques vous indiquent entre autres le moment de traiter avec un fongicide protectant après le début de la pluie mais avant le début de l’infection par les spores de tavelure (quand le nuage blanc atteint son maximum sur le graphique):
 

Les précipitations qui ont débuté hier ont engendré une infection légère à Tilly et à St-Famille. Des précipitations sont actuellement prévues pour samedi et dimanche. Le dernier relevé des ascospores matures en date du 17 mai (ascospores matures) montre une progression plus importante.

Voici le bilan actuel des précipitations:

Saint-Antoine-de-Tilly:

La pluie a débuté hier vers 13:17. Il est tombé 19,0 mm jusqu’à maintenant à une température moyenne de 10,6°c. Une infection légère est en cours et devrait se terminer avec le séchage du feuillage.

Sainte-Famille:

La pluie a débuté hier vers 14:28. Il est tombé 9,0 mm jusqu’à maintenant à une température moyenne de 10,6°cUne infection légère est en cours et devrait se terminer avec le séchage du feuillage.

Recommandations: 

Scénario 1 : Votre dernier traitement remonte à moins de 4 jours et n’a pas été délavé (<25 mm).
Votre verger était suffisamment protégé pour cet infection. Par contre, un traitement avec Manzate ou Dithane sera recommandé si votre dernier traitement remonte à plus de 3 jours avant les prochaines précipitations.

Scénario 2: Votre dernier traitement remonte à plus de 4 jours ou a été délavé (>25 mm). 
Un traitement avec Scala sur feuillage sec sera recommandé dans les 48 heures après le début de la pluie.


Dans tous les cas, les traitements appliquées actuellement devraient assurer une protection d’environ 3 à 5 jours s’ils ne sont pas délavés par la pluie (>25 mm). Je vous rappelle à cet effet qu’il est important d’avoir un pluviomètre à la ferme afin de mesurer le délavement de vos produits.  
 
Les bonnes stratégies à adopter:
 
-Traiter le plus souvent possible avec un fongicide protectant avant le début de la pluie. Ceci vous évitera d’avoir recours à un fongicide post-infection et de développer des problèmes de résistance.
 
-Si vous prévoyez que votre dernier traitement sera délavé (>25 mm) ou que votre période de protection sera dépassée au cours des prochaines précipitations, il est préférable de traiter avec un fongicide protectant avant le début de la pluie.
 
-Si on prévoit plus de 25 mm de pluie ou plusieurs jours de pluie consécutifs, la bonne stratégie est de refaire un traitement avec un fongicide protectant sur feuillage mouillé aussitôt que votre dernier traitement est délavé (>25 mm). Vous pouvez faire votre traitement entre deux pluies ou sous la pluie. (pas de pluie battante, moins de 5 mm à l’heure). Les traitements effectués sous la pluie ne seront efficaces que pour les précipitations en cours. Il vous faudra refaire un nouveau traitement avant les prochaines précipitations…

Le bicarbonate de potassium est recommandé en post-infection en mélange avec du souffre microfin (Kumulus). Le recommandation est 4 kg/ha de bicarbonate en mélange avec 4 kg/ha de Kumulus. Le bicarbonate est recommandé sur feuillage mouillé après la pluie ou sous une pluie fine (< 3 mm/heure). La période d’application optimale est déterminée sur le graphique Rimpro entre le début de la ligne rouge et lorsque le nuage blanc croise la ligne rouge comme indiquée sur la fiche le bicarbonate et Rimpro ( https://reseaupommier.irda.qc.ca/?p=18014 ). On peut également l’utiliser selon l’étiquette entre 140 et 290 degrés-heure après le début de la pluie.


Huile supérieure:
 
Deux (2) traitements à demi-dose à 2% (20 litres d’huile dans 1000 litres d’eau à l’hectare) sont recommandés du débourrement avancé au pré-bouton rose. Il est préférable de traiter par temps calme et chaud lorsque la température est d’au moins 18°c. Ce traitement peut être mélangé avec un fongicide (Manzate ou Dithane). Il n’est pas nécessaire de traiter précisément sur le stade mais plutôt de choisir les journées les plus propices pendant cette période. Si vous n’avez pu faire vos 2 traitements jusqu’à maintenant, il est possible de traiter à 1 % (10 litres d’huile dans 1000 litres d’eau) jusqu’au bouton rose.


Engrais foliaires

Trois (3) à quatre (4) traitements avec de l’urée sont recommandés jusqu’au stade du calice. 

Deux (2) traitements avec du bore sont également recommandés. Le premier avant la floraison et le deuxième après la floraison.

Les engrais foliaires peuvent être mélangés avec les fongicides et les insecticides mais pas avec l’huile. Consulter le guide de traitements foliaires pour connaître les restrictions. 


Oïdium
 
Des traitements préventifs sont recommandés aux stades du bouton rose et du calice dans les vergers où il y a des problèmes récurrents d’oïdium. Les problèmes d’oïdium sont surtout observés sur les cultivars Ginger Gold, Honeycrisp, Cortland et Paulared. Il est recommandé de ne traiter que les blocs où la maladie est observé. Les produits recommandés sont le souffre microfin (Kumulus), Fontelis, Inspire Super, Flint, Sovran ou Nova. Par contre, les produits Flint, Sovran et Nova seront moins efficaces s’il y a de la résistance dans votre verger.
 
La recommandation pour le souffre microfin (Kumulus) est de 3 à 5 kg/ha. Il peut être mélangé avec un autre fongicide. Le souffre ne doit pas être appliqué à moins de 10 jours d’un traitement à l’huile supérieure ou à des températures supérieures à 25°c en raison des risques de phytotoxicité. De plus, le souffre a la réputation d’être toxique pour les populations d’acariens prédateurs. Le souffre microfin est particulièrement recommandé dans les nouvelles plantations souvent affectées par l’oïdium.


Brûlure bactérienne

Comme la période de floraison approche, je vous recommande de vous informer à l’avance de la disponibilité des produits et du délai de livraison. Les produits recommandés sont la Streptomycine 17 au taux de 1,3 kg/ha et la Kasumine au taux de 5 litres/ha. Ils doivent être appliqués avec 1000 litres/ha de bouillie et ne pas être mélangés avec un autre produit. Ces produits sont appliqués pendant la floraison car les risques d’infections sont pendant cette période. Ils doivent être appliqués soient de 24 à 48 heures avant une période d’infection ou au maximum 24 heures après la période d’infection. Si vous décider d’utiliser le Blossom Protect, vous devez appliquer le produit 24 heures avant la période d’infection. Le produit se vend en contenant de 1,5 kg suffisant pour traiter 1 hectare. Les périodes d’infection sont déterminées avec le logiciel Rimpro sur les liens suivants:
 
 
 

Les traitements seront recommandés selon les critères suivants:
 
1) vergers très affectés en 2018 (beaucoup d’arbres atteints et de rameaux éradiqués)
 
Deux à trois traitements préventifs seront recommandés pendant la floraison. Commencez vos traitements à 10 à 20% en fleurs et renouveler aux 2 à 3 jours jusqu’à la fin de la floraison.
 
2) vergers peu ou pas affectés en 2018 (quelques arbres atteints ou rameaux éradiqués)
 
Un traitement ne sera recommandé que s’il y a risque d’infection. 
 
Il est également recommandé d’enlever les fleurs dans les nouvelles plantations des vergers affectés et d’arracher les arbres présentant plusieurs chancres bactériens.


Irrigation nouvelles plantations
 
Il est recommandé d’arroser au moins une fois par semaine les nouvelles plantations en temps de sécheresse. Mettre de 4 à 5 litres d’eau par arbre.
 

Bonne journée, Serge Mantha

Serge Mantha, agr., M.Sc.

2595 rue du Mont-Joli
Québec, Qc
G1V 1C4

Téléphone: 418-658-5646
Télécopieur: 418-658-5646


Courriel: s.mantha@videotron.ca


message du 23 mai

Message technique du 23 mai 2019

 

Feu bactérien

Comme nous avons eu quelques questions concernant la pluie actuelle et les risques d’infection, voici un bref résumé selon les données disponibles à 20h00 ce soir :

Les stations de St-Hilaire, St-Paul et Franklin ont une prévision d’infection qui concerne  les fleurs qui se sont ouvertes le 19 mai (dimanche).

En général, on commence à peine à voir les premières fleurs de pommiers, donc on peut s’entendre pour dire qu’il y avait très peu de fleurs dimanche, mis à part peut-être dans quelques poiriers.

Selon nos observations dans les vergers visités lundi, bon nombre de fleurs de poiriers se sont ouvertes avec la chaleur de cette journée.

Donc, il n’y a pas vraiment d’inquiétude avec la pluie actuelle.

 

Bien sûr, nous allons suivre le tout durant la floraison, mais si vous voulez consulter RIMpro-feu bactérien, vous n’avez qu’à aller sur le lien suivant et choisir la station météo de votre choix.

https://reseaupommier.irda.qc.ca/?p=12621

 

 

L’équipe pomme du Dura-Club

 

Dura-Club inc.

2, Adhémar-Cusson, suite 4

Bedford, Qc., J0J 1A0

Tél.: (450)248-0454

Fax : (450)248-2270

www.duraclub.com

cid:<a href=image001.png@01D3A1C3.9F766EF0″>

 

Tous les modèles RIMpro en un clin d’oeil

RIMpro est surtout utilisé pour prédire la tavelure du pommier et le feu bactérien. Or, plusieurs autres modèles sont disponibles. Par exemple, dans les vergers où le blanc (oïdium) est un problème les prévisions d’infection peuvent vous guider dans vos traitements. Choisissez « oïdium » dans la bandeau supérieur et cliquez sur votre localité sur la carte.  Les producteurs qui ont utilisé ce modèle rapporte de bons commentaires: traiter en lien avec les jours d’infection permet d’économiser plusieurs traitements avec succès.

Feu: Prévisions du moment

La vitesse de multiplication des bactéries sur les stigmates des fleurs dépend beaucoup de la température et de l’âge des fleurs. Les températures élevées favorisent les bactéries, mais font aussi « vieillir » les fleurs plus vite ce qui diminue les risques de la maladie. Les deux tendances opposées expliquent en partie pourquoi le feu bactérien est sporadique. De plus, le moindre écart entre la température prédite et la température observée modifie considérablement le risque. Le modèle RIMpro tient compte de tous ces facteurs, mais les prédictions du modèle peuvent beaucoup changer à mesure que les prévisions se confirment ou non.

Les températures froides jusqu’au 21 mai inclusivement n’étaient généralement pas très propices au feu pour les fleurs de poiriers, mais le réchauffement actuel et l’augmentation des risques pourrait coïncider avec la floraison du pommier. Selon les régions, les fleurs en éclosion à partir d’aujourd’hui pourraient être à risque d’infection lundi le 27 mai.

Les modèles sont utiles, mais ne sont pas parfaits. Tous les modèles de prédiction du feu bactérien ont une forte tendance à prédire des risque inexistants (faux positifs) et  parfois, peuvent omettre de prédire un « vrai » risque, notamment quand la rosée n’est pas détectée par la station. La première journée prédite « à risque » est souvent sans conséquence, alors que plusieurs jours consécutifs de risque le sont. Gardez aussi à l’esprit que la situation peut évoluer rapidement. La saison ne semble pas très à risque pour l’instant, mais elle ne fait que commencer.

 

 

Avertissement du 22 mai : floraison en vue (protection des abeilles; contrôle de la vigueur; confusion sexuelle); tavelure; éclosion des oeufs du tétranyque rouge

DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS
(F. Pelletier et G. Chouinard)

Pour le cultivar McIntosh, les derniers stades observés (en date du 21 mai) dans les différentes régions pomicoles sont les suivants :

  • Le stade bouton rose avancé a été atteint le 21 mai dans les sites les plus hâtifs au sud-ouest de Montréal.
  • Le stade bouton rose a été atteint le 19 mai en Montérégie-Est et le 20 mai dans la région de Missisquoi.
  • Le stade pré-bouton rose a été atteint le 18 mai dans la région de l’Estrie et le 19 mai dans la région des Laurentides.
  • Les pommiers sont présentement au stade débourrement avancé dans la région de Québec.

Dans les sites les plus chauds, certaines fleurs sont déjà ouvertes dans certaines variétés. En date du 22 mai, la pleine floraison pour le cultivar McIntosh est prévue à la fin de la semaine (24-25 mai) dans le sud-ouest de Montréal et en Montérégie, et pour la semaine prochaine dans les autres régions à l’exception de celle de Québec (voir le sommaire de la semaine pour l’ensemble des prévisions et des observations par région). Dans plusieurs régions, la croissance des pousses terminales est déjà amorcée.

Prévenir l’intoxication des abeilles
Tout utilisateur de pesticides a le devoir de prendre les mesures nécessaires pour ne pas intoxiquer les abeilles, ce qui inclut l’obligation légale de ne pas pulvériser un pesticide toxique aux abeilles dans un verger en fleurs, mais bien d’autres choses aussi, mentionnées à la fiche 95 du Guide de PFI. S’il est indispensable d’appliquer des pesticides pendant la floraison, se limiter aux produits peu toxiques ou inoffensifs, et le faire entre 19 h et 7 h, moment où les abeilles sont à la ruche. La toxicité des pesticides envers les abeilles est disponible sur le site Web de SAgE pesticides (sagepesticides.qc.ca) de même que sur l’affiche PFI.

Destruction des réservoirs de ravageurs pendant la floraison 
Le début de la floraison est le temps idéal pour inspecter les alentours de votre verger afin de déceler les pommiers, les pruniers sauvages et les autres plantes de la famille des rosacées qui sont en fleurs et faciles à repérer. La plupart servent de réservoir à des insectes nuisibles tels que l’hoplocampe des pommes, le charançon de la prune, la mouche de la pomme et plusieurs autres, sans compter les maladies.  Pour en savoir plus consultez la fiche 34. Les réservoirs à éliminer ne sont pas sur votre propriété?  Vous pouvez déposer une plainte pour les organismes nuisibles réglementés par la Loi sur la protection sanitaire des cultures à l’aide d’un formulaire en ligne sur le site du MAPAQ.

Contrôle de la vigueur
Que vous utilisiez APOGEE pour contrôler la vigueur de vos arbres ou pour mieux gérer le feu bactérien, n’oubliez pas que la première application se fait généralement à la floraison.

TAVELURE
(V. Philion)

La dernière analyse de la situation et les informations les plus récentes sur le développement de la tavelure sont disponibles en tout temps sur la plateforme PFI du Réseau-pommier (cliquez sur les liens pour y accéder).

CARPOCAPSE DE LA POMME
(A. Charbonneau et G. Chouinard)

La floraison est le moment idéal pour installer votre ou vos pièges à carpocapse. Le dépistage est une nécessité économique! La méthode de dépistage est décrite à la fiche 65 du Guide de PFI.

Stratégies d’intervention

  • Rappel concernant la confusion sexuelle: l’installation des diffuseurs doit se faire au plus tard à la floraison. Consultez les communiqués précédents pour tous les détails.
  • Pour la lutte conventionnelle, aucune intervention n’est possible avant l’éclosion des oeufs (pas avant la fin juin). Nous vous reviendrons au moment opportun.

 

AUTRES INSECTES
(F. Pelletier et G. Chouinard)

Les températures généralement fraîches du début de saison ne favorisent pas l’activité des insectes. Quelques signes d’activité et quelques adultes de punaise terne ont été observés lors des journées plus chaudes mais les seuils d’intervention ont été atteints dans une minorité de parcelles. Quelques larves de tordeuses à bandes obliques ou autres chenilles printanières (pique-bouton, noctuelle du fruit vert, chenilles forestières) ont été observées sur les nouvelles pousses ou bourgeons mais leur présence demeure faible en général. Les observateurs du Réseau ont rapporté les premières captures d’hoplocampes dans le sud-ouest de Montréal et dans la région des Laurentides.

Stratégies d’intervention 
Pour la punaise terne et l’hoplocampe, consultez les communiqués précédents et n’intervenez avant floraison que si les seuils sont atteints. Pour les tordeuses, le dépistage des bourgeons floraux peut débuter au bouton rose, mais un traitement spécifique contre la TBO ne sera recommandé au calice que si le dépistage montre que le seuil d’intervention est dépassé. Pour la TBO seule, le seuil est de 3 % des bourgeons affectés. Consultez la fiche 74 du Guide de PFI.

ACARIENS
(F. Pelletier et G. Chouinard)

Des larves de tétranyques rouges commencent à être observées sur le feuillage en Montérégie et quelques blocs qui n’ont pas reçu d’huile ont atteint le seuil d’intervention. Selon le modèle prévisionnel, l’éclosion des œufs est amorcée dans les régions de l’Estrie et des Laurentides et devrait débuter le 26 mai dans la région de Québec.

Stratégies d’intervention 

Il est maintenant trop tard pour l’application d’huile en Montérégie mais il n’est pas trop tard pour les autres. L’huile peut être appliquée avec succès contre les très jeunes stades du tétranyque rouge si toutefois les conditions météo sont idéales (plus de 20 ºC, peu de vent, pas de pluie dans les jours suivant l’application). De plus, pour éviter les risques de phytotoxicité, il est nécessaire de ne pas dépasser la moitié de la dose au pré-bouton rose (30 L/ha) et le quart de la dose au bouton rose (15-20 L/ha) de respecter les délais préconisés avec les applications de captane (ex. MAESTRO, CAPTAN). L’application à dose réduite perdra par contre son efficacité contre les cochenilles.

LES SERVICES DU RÉSEAU-POMMIER EN 2019

Cliquez ici pour la présentation annuelle des vergers pilotes, des membres du Réseau , de nos plus récentes publications et plus encore!

Sommaire du RAP en date du 21 mai 2019

Ce sommaire des observations et prévisions est compilé à partir des données prises dans les vergers pilotes et des rapports des observateurs du Réseau-pommier.
(Cliquez sur le tableau pour l’agrandir)

Sites : Les vergers pilotes considérés sont : Québec (Sainte-Famille et Saint-Antoine-de-Tilly), Estrie (Compton), Montérégie (Rougemont, Mont-Saint-Grégoire, Saint-Paul, Saint-Hilaire, Saint-Bruno et Sainte-Cécile), Missisquoi (Dunham et Frelighsburg), Sud-ouest (Franklin et Hemmingford) et Laurentides (Oka et Saint-Joseph).

Prévisions : Les prévisions pour les ravageurs sont basées sur les modèles du Réseau, et les prévisions météo d’Environnement Canada des 5 à 7 prochains jours. Les normales sont utilisées pour compléter les prévisions. La date indiquée représente la plus hâtive des prévisions obtenues pour la région. Les prévisions ne doivent jamais remplacer l’observation et le dépistage de votre verger!

Observations : Informations rapportées par les observateurs du Réseau. La date indiquée représente la plus hâtive des observations rapportées pour la région.

Captures dans le verger du Réseau-pommier : captures cumulatives par piège dans le bloc de pommiers sous gestion PFI de Saint-Bruno.

Degrés-jours : Cumulés en base 5 °C depuis le 1er mars, selon la méthode Baskerville en raison de sa plus grande précision (ce qui nécessite l’emploi d’outils informatiques comme Cipra). La méthode standard (qui nécessite uniquement de connaître la température maximale et minimale de chaque jour) n’est pas interchangeable avec la méthode utilisée par Cipra! Le débourrement du pommier, par exemple, correspond à 65 DJ5 « standards », mais à 79 DJ5 « Baskerville ».

Météo : Les données météo sont validées par Solutions Mesonet. Les DJ et les précipitations rapportées représentent la moyenne des valeurs obtenues pour tous les sites d’une région. Les flèches représentent l’écart à la normale pour cette région : ↑ = au-dessus de la normale; ↓ = au-dessous; ↔ = semblable.