Avec le climat ensoleillé des derniers jours, le sujet des fongicides n’est pas trop d’actualité. La météo peut cependant changer et une infection surprise de tavelure peut survenir d’ici la fin de la floraison.

En production biologique (et dans les vergers où on évite la streptomycine), le Blossom Protect est le meilleur traitement pour prévenir les infections par le feu bactérien. Une des contraintes du Blossom Protect est que cette levure est sensible à une gamme variée de fongicides. Les mélanges en cuve de Blossom Protect sont à proscrire avec la plupart des fongicides conventionnels, incluant le bicarbonate de potassium.

Le mélange avec le soufre est possible, mais la restriction demeure contraignante. Par exemple, un traitement de soufre et bicarbonate pendant la pluie (fenêtre de germination, ou stop) va tuer au passage la levure qui protège les fleurs contre le feu bactérien.

Il faut donc renouveler le traitement de Blossom protect après les traitements fongicides, tant que le risque de feu est présent. Le tampon acide de Blossom Protect va neutraliser le bicarbonate présent sur les fleurs et la levure pourra à nouveau les coloniser et les protéger.

Entre le passage avec le bicarbonate et le renouvellement avec le Blossom Protect, le temps d’attente n’a pas besoin d’être très long. Le bicarbonate agit rapidement pour tuer les spores (quelques heures probablement) et le “tasser” rapidement avec le Blossom Protect n’aura pas d’impact négatif: Le bicarbonate aura déjà tué les spores de tavelure avant l’arrivée de la levure.

Par contre, laisser les fleurs à découvert pendant une période prolongée n’est pas une bonne idée. Attendre 24 h avant la nouvelle application de Blossom Protect n’est pas très risquée, mais attendre 48 h pourrait être catastrophique selon le nombre de fleurs écloses en âge d’infection et la température.