DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS 
(F. Pelletier et G. Chouinard)

Le stade pleine floraison (cv McIntosh) a été atteint au cours des derniers jours, dans l’ensemble des régions pomicoles à l’exception de celle de Québec. Dans cette dernière, les premières fleurs ouvertes sont observées et la pleine floraison devrait être atteinte à la fin de la semaine. La floraison semble bonne pour la majorité des cultivars. Outre certaines journées venteuses moins propices à l’activité des abeilles, de belles conditions pour la pollinisation sont et ont été présentes.

Avec le temps chaud actuel, la chute des pétales a déjà débuté dans les sites les plus chauds. Selon le modèle phénologique, le stade calice devrait être atteint, aujourd’hui (27 mai), dans la région du sud-ouest de Montréal et, dans les prochains jours, pour la plupart des régions. Consultez le sommaire du RAP pour l’ensemble des observations et prévisions par région.

TAVELURE ET FEU BACTÉRIEN
(V. Philion)

Trop chaud pour le feu?
Consultez la Foire aux questions  de Vincent Philion pour trouver réponse à cette question et aux autres qui se posent actuellement face à cette importante maladie.

Après le beau temps, la pluie…
Les risques de feu bactérien des derniers jours ne doivent pas faire oublier que la pluie prévue pour aujourd’hui et jusqu’au 31 mai sera très favorable à la tavelure du pommier. Le retour de la pluie marque aussi la fin d’une période « relativement » favorable au blanc du pommier, même si aucune infection n’a été prédite par RIMpro.

Image Agri-Réseau

Image Agri-Réseau

Serenade comme second violon…
En production biologique ou sans antibiotique, la levure Blossom Protect est le meilleur produit pour réprimer le feu bactérien. Malheureusement, les distributeurs seraient en rupture de stock, et les alternatives sont moins efficaces.

Pour en savoir plus
Nos analyses de situation publiées depuis mercredi dernier sur la plateforme Production fruitière intégrée (PFI), les plus récentes observations sur les ascospores de tavelure et les prévisions des modèles RIMpro sont disponibles en tout temps sur la plateforme PFI du Réseau-pommier (cliquez sur les liens pour y accéder).

INSECTES ET ACARIENS
(G. Chouinard et F. Pelletier)

Parmi les insectes bénéfiques observés en vergers au cours de la dernière semaine, on note entre autres plusieurs coccinelles, araignées, syrphes et chrysopes ainsi que la présence de guêpes parasitoïdes des larves de tordeuses à bandes obliques et d’acariens prédateurs (agistèmes et phytoséides).

Stratégie d’intervention globale en postfloral
Une seule application insecticide bien ciblée (ce qu’on appelle couramment le traitement du calice) est l’approche la plus profitable pour la gestion des insectes une fois la floraison terminée. C’est un traitement clé pour plusieurs ravageurs importants du pommier (charançon, punaise de la molène, tordeuses, cicadelles, hoplocampe, mineuses et cochenilles). Le moment exact de l’application (calice ou nouaison) dépendra toutefois des espèces présentes dans votre verger, déterminées par le dépistage. Consultez la fiche 69 du Guide de production fruitière intégrée(Guide de PFI) pour les détails sur la stratégie à adopter. Les principes suivants s’appliquent toujours :

Stratégies d’interventions spécifiques 

 

AUTRES OPÉRATIONS EN POST-FLORAISON
(G. Chouinard)
Éclaircissage
Les bénéfices (physiologiques et phytosanitaires) de l’éclaircissage sont bien connus (voir la fiche 43 du Guide de PFI), de même que les défis que cette opération peut représenter. Selon les cultivars, les traitements d’éclaircissage peuvent débuter dès le stade calice (bien que l’effet éclaircissant soit plus prononcé lorsque les fruits atteignent un diamètre autour de 10 mm). Les cultivars difficiles à éclaircir, comme Gala et Honeycrisp, peuvent nécessiter plusieurs passages et différents produits. Consultez le tableau de la fiche 43 pour les principales suggestions.Ajustement des doses en fonction du climat et des prévisions météo 
Un modèle bioclimatique permet de prédire la réponse des pommiers aux traitements d’éclaircissage en fonction du bilan glucidique des arbres (la possibilité pour les arbres d’accumuler de l’énergie par la photosynthèse). Ce bilan est calculé à partir de la météo des deux (2) jours précédant la date du traitement et des quatre (4) jours qui suivent. Ils seront mis à jour plusieurs fois par semaine. Un modèle RIMpro a également été développé pour des fins de suivi du bilan glucides. Ces modèles ainsi que les explications nécessaires sont maintenant accessibles via la page des données et prévisions de tous les modèles, sur la plateforme PFI du Réseau-pommier.

Éclaircissage sans carbaryl
Un texte d’Évelyne Barriault sur l’éclaircissage sans carbaryl est disponible sur la plateforme PFI du Réseau-pommier.

PHYTOTOXICITÉ PAR TEMPS CHAUD

Bien que les conditions de séchage rapide permettent d’éviter plusieurs problèmes de phytotoxicité, certains produits voient leur phytotoxicité augmenter en cas de forte chaleur :

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 26 MAI
(F. Pelletier)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

POUR EN SAVOIR PLUS
(G. Chouinard)

Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau Pommier.

 

Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.