GRÊLE, CANICULE ET AUTRES CALAMITÉS AMÈRES EN ÉTÉ

(V.Philion)

La fin de la croissance du pommier en été (formation du bourgeon terminal) réduit radicalement les risques de propagation des maladies comme le blanc, la tavelure et le feu bactérien. C’est pour favoriser la formation de ce bourgeon terminal que les applications contenant de l’azote (ex: WUXAL), qui sont parfois recommandées jusqu’à tardivement en juin, devraient être éliminées de nos habitudes.

Dans les blocs où la croissance n’est pas terminée (ex : jeunes plantations), les risques de temps violent associés aux périodes caniculaires peuvent encore causer des dommages.

Quoi faire après la grêle et du temps violent ?

Certaines maladies plus rares au Québec comme la pourriture amère ne sont pas arrêtées avec la fin de la croissance et prennent leur élan pendant les périodes de canicule et de temps orageux.

Dans les vergers ayant un antécédent de cette maladie (qui coïncide souvent avec les vergers ayant un historique de feu bactérien) et dans les blocs de cultivars très sensibles (ex. : GingerGold, HoneyCrisp), il serait peut-être utile de prévenir les problèmes :

Note : La version complète de ce texte (avec les références) est disponible sur la plateforme PFI du Réseau-pommier.

INSECTES ET ACARIENS
(G. Chouinard et F. Pelletier)

Stratégies d’intervention 

Image Agri-Réseau

Scarabées japonais parasitésNotez les œufs de mouche (points blancs sur le thorax).

Image Agri-RéseauMalgré la différence de taille, cette punaise pentatomide prédatrice (Podisus, à droite) s’apprête à déguster un repas de scarabée. Source: Sandra Mougeot (IRDA)

ANALYSE FOLIAIRE

En pomiculture, l’analyse foliaire est essentielle pour bien établir les besoins en fertilisation pour l’an prochain. Les feuilles (50 à 60 par échantillon) doivent être prises dans le pourtour des arbres, vers le milieu de la croissance annuelle, à la hauteur des yeux et sur des arbres représentatifs, afin que vos différents échantillons soient comparables. Choisissez des feuilles intactes, sans tavelure ou dommages d’insectes.

Comme les engrais foliaires et certains fongicides contiennent des minéraux qui peuvent fausser les analyses, les résultats les plus utiles sont obtenus quand les échantillons sont pris longtemps après le dernier traitement, ou après une pluie importante. Ne mélangez pas des feuilles de pommiers de différents âges, cultivars, porte-greffes ou issues de vergers avec des sols différents. Les besoins et la réaction des arbres sont variables et doivent être ajustés selon ces paramètres.

Le prélèvement de feuilles, en vue de l’analyse foliaire des pommiers, doit être effectué entre la mi-juillet et le début d’août. Consultez votre conseillère ou votre conseiller agricole pour plus de détails.

ATTENTION AUX DÉLAIS À LA RÉCOLTE

Voici quelques exemples de produits utilisables en PFI pendant l’été, mais dont les délais à la récolte dépassent les 10 jours. L’étiquette du pesticide demeure la seule source officielle : vérifiez-la toujours avant d’utiliser un produit !

INSECTICIDES ET ACARICIDES 
ACTARA : 60 jours CONFIRM : 14 jours
CALYPSO : 30 jours KANEMITE : 14 jours
AGRIMEK : 28 jours IMIDAN : 14 jours
NEXTER : 25 jours INTREPID : 14 jours
BELEAF : 21 jours RIMON : 14 jours
FONGICIDES ET BACTÉRICIDES
KASUMIN : 90 jours SOVRAN : 30 jours
STREPTOMYCINE : 50 jours FONTELIS : 28 jours
DITHANE, MANZATE : 45 jours NOVA, FLINT, SCALA : 14 jours
POLYRAM : 45 jours INSPIRE SUPER : 14 jours
APROVIA : 30 jours LUNA TRANQUILITY : 14 jours
OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 14 JUILLET
(F. Pelletier)
Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.
POUR EN SAVOIR PLUS EN PÉRIODE ESTIVALE

Avec la fin de la période critique pour la tavelure et la majorité des interventions de base ayant été effectuées en période préflorale et postflorale, la fréquence des avertissements sera réduite au cours des prochaines semaines.

Le Réseau-pommier continue toutefois de suivre l’activité des insectes et des maladies, et nos sources d’information ci-après sont toujours mises à jour :

Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.