Nécrose du point de greffe du pommier

Pour une copie de l'article :
Virus de la tache annulaire de la tomate (TmRSV)
Apple union necrosis and decline icône racines

nécrose du point de greffe du pommier (tronc)

A (photo : Mid-Atlantic Orchard Monitoring Guide)

nécrose du point de greffe du pommier (tronc)

B (photo : Mid-Atlantic Orchard Monitoring Guide)
Hôtes

Pommier.

Symptômes

La nécrose du point de greffe du pommier est due à une incompatibilité au point de greffe, qui se manifeste lorsqu’un greffon résistant est joint à un porte-greffe sensible mais tolérant (il s’agit la plupart du temps du MM.106). Les symptômes apparaissent environ quatre à six ans après la plantation, habituellement lorsque l’arbre peut porter une pleine charge fruitière. Les pommiers affectés montrent des signes de dépérissement généralisé, à commencer par un retard du débourrement. Le houppier tend à être clairsemé. Les feuilles sont petites et vert pâle. Une chute précoce des feuilles est possible. Une ligne noire renfoncée est clairement visible sous l’écorce au point de greffe (A). Le point de greffe peut être affaibli jusqu’à entraîner une séparation partielle ou complète du greffon, ou il peut se fissurer en conditions de stress (B).

Répartition

Maladie commune dans toutes les régions fruitières de l’est de l’Amérique du Nord.

Maladies et troubles similaires

Toute maladie ou tout trouble affectant le système racinaire ou le point de greffe peut produire des symptômes aériens similaires. Le noircissement du point de greffe visible lorsqu’on enlève l’écorce permet de distinguer la nécrose du point de greffe du pommier des maladies similaires.

Moyens de lutte

Le TmRSV peut survivre chez un certain nombre d’espèces de mauvaises herbes. Il est transmis par la graine chez le pissenlit et par les nématodes Xiphinema americanum Cobb et Xiphinema rivesi Dalmasso. Par conséquent, une lutte efficace contre les mauvaises herbes et la préparation du terrain avant la plantation peuvent contribuer à réduire la fréquence de cette maladie. La sélection de porte-greffes résistants ou, dans certains cas, l’utilisation de greffons intermédiaires résistants peuvent également contribuer à réduire la fréquence de la maladie. Cependant, le classement des porte-greffes pose parfois des difficultés, compte tenu des divergences entre les différents rapports sur le sujet. Les porte-greffes qui sont néanmoins considérés comme tolérants à la nécrose du point de greffe du pommier (c’est à dire ceux chez qui l’apparition des symptômes demeure possible) comprennent le MM.106 (particulièrement avec le cultivar Delicious), le M.26 et le P.2. Ceux qui sont considérés comme résistants comprennent le M.4, le M.7 et l’Ottawa 3. Des résultats mitigés ont été obtenus avec plusieurs autres porte-greffes, dont le M.9, le MM.111, le G.16, le G.30 et le B.9.

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.