Cicadelle blanche du pommier

Pour une copie de l'article :
Typhlocyba pomaria McAtee    Hemiptera : Auchenorrhyncha : Cicadellidae
White apple leafhopper icône feuillesicône feuillesicône pommes
Larve 2 générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​récolte

cicadelle blanche du pommier (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

cicadelle blanche du pommier (larves)

B (photo : Mid-Atlantic Orchard Monitoring Guide)

cicadelle blanche du pommier (dégâts sur feuilles)

C (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

cicadelle blanche du pommier (dégâts sur fruit)

D (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

cicadelle du rosier (larve)

E (photo : Mid-Atlantic Orchard Monitoring Guide)
Caractéristiques

L’adulte est blanc crème. Ses antennes sont courtes, ses ailes sont translucides, et son corps est cunéiforme allongé (A). Souvent à la face inférieure des feuilles, il saute et vole avec beaucoup d’agilité. La larve (B) est jaunâtre, sans ailes, et elle est très mobile; elle se déplace généralement selon un mouvement de va-et-vient.

Répartition

L’espèce est répandue dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord.

Dégâts

L’espèce s’attaque principalement au pommier. Elle crée en s’alimentant des marbrures blanches sur les feuilles, particulièrement à l’intérieur du houppier (C); présence d’excréments noirs brillants sur les feuilles et les fruits (D) lorsque les adultes pullulent. L’espèce peut nuire aux cueilleurs en volant jusque dans leur nez, leur bouche ou leurs yeux.

Espèces semblables

La cicadelle de la pomme de terre (Empoasca fabae), de couleur verdâtre, se déplace latéralement et apparaît plus tardivement dans la saison. Elle est présente occasionnellement sur les gourmands et cause un jaunissement ou une chlorose des feuilles, puis les jeunes feuilles terminales prennent une forme de cuiller. La cicadelle du rosier (Edwardsiana rosae (L.)) est étroitement apparentée et très semblable à la cicadelle blanche du pommier, mais la larve de la cicadelle du rosier présente des taches foncées à la base des soies (poils) du thorax (E), alors que celle de la cicadelle blanche du pommier est dépourvue de taches. Les caractéristiques des genitalia et de l’ovipositeur sont souvent utilisées pour l’identification, mais elles sont difficiles à observer sur le terrain. La cicadelle du rosier produit trois générations par année dans les États du centre du littoral de l’Atlantique et plus au sud.

Moyens de lutte

Surveiller les populations sur le feuillage (feuilles associées aux fruits dans le cas de la première génération); utiliser, au besoin, des insecticides sélectifs contre les stades immatures.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.