Avertissement du 4 juillet: mouche de la pomme, carpocapse, tordeuses, acariens, pucerons et leurs prédateurs

MOUCHE DE LA POMME (G. Chouinard et F. Pelletier)

État de la situation 

Des captures ont été observées dans certains vergers en Montérégie, au sud-ouest de Montréal, en Estrie et dans la région de Chaudière-Appalaches. En général, le nombre de captures est encore faible et seulement quelques vergers avec un historique important ont atteint le seuil d’intervention (voir le tableau sommaire).

Stratégies d’intervention (fiche 77 du Guide de PFI)

Dépistage: ne confondez pas la mouche de la pomme avec des espèces d’apparence semblable:

ailes mouche

Ailes de mouches de la famille des téphritides rencontrées dans les vergers du Québec

Seuil d’intervention: plusieurs vergers dépistés n’atteignent pas le seuil d’intervention avant la récolte. Ce seuil est de 2 mouches par sphère rouge, sauf si vos pommes sont destinées à l’exportation (le seuil est alors de 1 mouche par sphère) ou si vous avez déjà effectué un traitement contre cet insecte au cours de la saison (le seuil grimpe alors à 4 – 5 mouches par sphère).

Caractéristiques des produits homologués contre la mouche de la pomme :  SAgE Pesticides.

AUTRES INSECTES ACARIENS RAVAGEURS (G. Chouinard et F. Pelletier)

État de la situation 

Les captures de carpocapses ont été encore nombreuses dans plusieurs vergers au cours de la dernière semaine. Selon le modèle prévisionnel, le pic de captures de carpocapse pour la 1èregénération ainsi que le pic de ponte sont dépassés dans l’ensemble des régions à l’exception de celle de Québec (voir le tableau sommaire). Quelques dommages sur fruits sont observés par les collaborateurs du Réseau dans les différentes régions mais à des niveaux faibles jusqu’à présent. Dans les régions les plus chaudes, on se situe actuellement dans le pic d’éclosion de la 1ère génération. Les éclosions devraient s’étaler au-delà de la mi-juillet.

Les captures de papillons de tordeuses à bandes obliques sont variables selon les vergers. Selon le modèle prévisionnel du Réseau, le pic de captures devrait être passé dans la majorité des régions (voir sommaire du RAP). Les premières chenilles de la génération estivale ont été observées en début de semaine en Montérégie et au sud-ouest de Montréal.

Les populations de tétranyques sont plutôt faibles et seuls quelques blocs de vergers ont atteint le seuil d’intervention jusqu’à maintenant. Quelques observateurs du Réseau rapportent la présence à la hausse du tétranyque à deux points dans certains secteurs. La présence de leurs prédateurs naturels est également à la hausse, principalement des agistèmes et des phytoséides. La punaise de la molène, la punaise translucide et d’autres prédateurs d’acariens (Allotrombium et Balaustium) sont également présents dans certains vergers.

Des colonies de pucerons lanigères ont également été observées cette semaine dans certains vergers, principalement dans des secteurs avec un historique pour ce ravageur.

Punaise réduve (immature) sur pommier. Cette punaise est un prédateur agressif de plusieurs espèces d’insectes, d’où son nom anglais d’assassin bug. Photo F. Vanoosthuyse.

La présence en verger de plusieurs espèces utiles (principalement des prédateurs de pucerons et de tordeuses) est également rapportée en nombre important par les collaborateurs du Réseau : coccinelles (œufs, larves et adultes), punaises prédatrices (pentatomides et réduves), chrysopes, syrphes et larves de cécidomyies prédatrices.

Stratégies d’intervention

TBO et carpocapse:  consultez les communiqués précédents pour plus d’informations.

Pucerons, cicadelles et acariens: le dépistage vous permettra de vérifier s’ils sont présents dans votre verger, et si les populations sont suffisantes pour nécessiter une intervention. Consultez les fiches appropriées du Guide de PFI et retenez ces conseils :

  • élevez votre seuil de tolérance aux ravageurs lorsque des prédateurs/parasites de ces ravageurs sont présents dans votre verger
  • si vous devez intervenir avec des pesticides en période estivale, privilégiez les produits qui auront une toxicité la plus faible possible envers vos prédateurs, qui offrent ce service gratuit de lutte aux ravageurs.

ATTENTION AUX DÉLAIS À LA RÉCOLTE

Voici quelques exemples de produits homologués en vergers mais dont les délais à la récolte dépassent les 10 jours. L’étiquette du pesticide demeurant la seule source officielle, vérifiez toujours l’étiquette avant d’utiliser un produit!

INSECTICIDES ET ACARICIDES:
ACTARA : 60 jours CONFIRM, RIMON : 14 jours
CALYPSO : 30 jours KANEMITE : 14 jours
AGRIMEK: 28 jours IMIDAN, INTREPID : 14 jours
NEXTER : 25 jours SIVANTO PRIME: 14 jours
BELEAF: 21 jours
FONGICIDES:
KASUMIN: 90 jours FONTELIS: 28 jours
STREPTOMYCINE: 50 jours NOVA, FLINT, SCALA: 14 jours
DITHANE, MANZATE: 45 jours INSPIRE SUPER: 14 jours
POLYRAM: 45 jours LUNA TRANQUILITY: 14 jours
APROVIA, CUIVRE, SOVRAN: 30 jours

POUR EN SAVOIR PLUS EN PÉRIODE ESTIVALE

  • Cliquez ici pour le sommaire hebdomadaire par région (observations et prévisions)
  • Cliquez ici pour les messages des conseillers du MAPAQ, les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers-pilotes du Réseau.

Avertissement du 20 juin: arrivée de la mouche de la pomme; ravageurs d’été

Mise à jour : première capture de mouche mercredi 20 juin au verger du mont Saint-Bruno.

MOUCHE DE LA POMME  (G. Chouinard et F. Pelletier)

État de la situation

La première capture a été observée le 20 juin dans le verger du Réseau au mont Saint-Bruno. Même si le modèle du Réseau prévoit le début d’activité de la mouche de la pomme uniquement à partir de la 2e semaine de juillet, des captures sont possibles dès la fin juin dans les régions les plus hâtives et les vergers les plus affectés par cet insecte. Il est donc temps de nettoyer vos sphères rouges et à les installer cette semaine si ce n’est fait.

Mouche de la pomme adulte – photo : LEDP-MAPAQ, tirée de IRIIS phytoprotection

Stratégies d’intervention

Dépistage (fiche 65 du Guide de PFI)

Il est temps d’installer vos boules rouges engluées (vous n’en avez pas? cliquez ici). Le dépistage de la mouche de la pomme est une pratique incontournable en PFI, et ce, pour les deux raisons suivantes :

  • C’est rentable : le dépistage permet d’éviter des traitements insecticides dans la plupart des exploitations. Les traitements évités en été permettent à leur tour la multiplication des espèces utiles qui effectuent la lutte biologique contre les tordeuses, les mineuses, les acariens et les autres ravageurs. Cette lutte biologique peut vous permettre d’économiser chaque année, en moyenne, un autre traitement insecticide.
  • C’est écologique : la réduction du nombre de traitements insecticides vous permet de réduire les résidus sur les fruits, de préserver la biodiversité et d’élever votre performance environnementale.

AUTRES INSECTES RAVAGEURS (G. Chouinard et F. Pelletier)

État de la situation

Quelques dommages récents de charançon de la prune ont été observés au cours des derniers jours limités principalement dans les secteurs à risque. Selon les prévisions actuelles, les nuits du 22 et 23 juin seront favorables à son activité, dépendamment de la région (voir le tableau sommaire).

Après la Montérégie la semaine dernière, les premières captures de papillons de tordeuses à bandes obliques ont été observées cette semaine dans le sud-ouest de Montréal et dans la région des Laurentides.

Les captures de carpocapse sont en augmentation. Selon le modèle prévisionnel du Réseau, on s’approche du pic de captures pour la 1ère génération de papillons dans les secteurs les plus chauds et l’éclosion des œufs devrait avoir débuté dans la majorité des régions (voir le tableau sommaire). Un premier dommage sur fruits a d’ailleurs été observé dans la région de Missisquoi en début de semaine.

Les observateurs du Réseau rapportent cette semaine l’apparition en vergers des ravageurs suivants (en général sous les seuils d’intervention) : colonies de pucerons verts, cicadelles de la pomme de terre, ériophyides.

Stratégies d’intervention

Charançon de la prune,  TBO et carpocapse:  consultez les communiqués précédents pour plus d’informations.

Pucerons verts, cicadelles et ériophyides: le dépistage vous permettra de vérifier s’ils sont présents dans votre verger, et si les populations sont suffisantes pour nécessiter une intervention. Consultez les fiches appropriées du Guide de PFI.

 

POUR EN SAVOIR PLUS EN PÉRIODE ESTIVALE

Avec la fin de la période critique pour la tavelure et la majorité des interventions de base ayant été effectuées en période préflorale et postflorale, la fréquence des avertissements sera réduite au cours des prochaines semaines. Le Réseau-pommier continue toutefois à suivre l’activité des insectes et des maladies et nos sources d’information ci-après sont toujours mises à jour:
  • Cliquez ici pour le sommaire hebdomadaire par région (observations et prévisions)
  • Cliquez ici pour les messages des conseillers du MAPAQ, les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers-pilotes du Réseau.