Fiche 120

Pour une copie de l'article :

Les traitements post-récolte

Monique Audette et Jennifer DeEll

 

Ces traitements sont généralement effectués chez l’entrepositaire. Les produits actifs utilisés sont des pesticides et leur usage est régi par la Loi sur les produits antiparasitaires (voir la fiche 12). Les utilisateurs sont tenus de suivre les recommandations prescrites sur l’étiquette du produit et de prendre les précautions d’usage.

 

Diphénylamine (DPA)

Un traitement à la DPA sert à prévenir l’échaudure superficielle et devrait être exclusivement réservé aux cultivars présentant un risque de développer ce désordre. Le DPA est un composé organique qui possède des propriétés antioxydantes. Il est homologué au Canada à titre d’hormone de croissance. Le traitement s’effectue par thermonébulisation, par trempage ou par « douchage » (drench en anglais).

L’application par thermonébulisation est homologuée au Canada depuis 2011. Cette technique améliorée d’application du DPA consiste à vaporiser le produit pur fondu directement dans la chambre d’entreposage. Son utilisation réduit le risque de contamination bactériologique inhérent à l’utilisation de solutions de trempage et de « douchage ». Cette technique est à privilégier en PFI. Les précautions d’usage et le mode d’emploi énoncés sur l’étiquette du DPA aérosol doivent être suivis pour assurer un traitement efficace et sécuritaire.

Pour le trempage et le « douchage », plusieurs précautions doivent être prises pour assurer un traitement efficace et sécuritaire :

  • Traiter les fruits alors qu’ils sont secs avant leur mise en régime gazeux. De meilleurs résultats sont obtenus lorsque les fruits sont traités immédiatement après la récolte;
  • La température des fruits lors du traitement doit se situer entre 16 et 27 °C. La température de la solution doit être supérieure d’au moins 5,5 °C à celle des fruits si le traitement est effectué par trempage;
  • Utiliser la concentration prescrite pour la variété à traiter;
  • Utiliser une eau potable pour préparer la solution;
  • Agiter la solution avant l’emploi pour homogénéiser le bain. Enlever l’écume qui se forme en surface;
  • S’assurer de toujours maintenir la bonne concentration de DPA en solution en renouvelant le mélange selon les recommandations du fabricant;
  • S’assurer que l’écoulement de la solution hors des coffres n’est pas entravé, qu’il n’y a pas d’accumulation au fond des coffres et qu’aucune mousse ne reste sur les pommes, car cela pourrait les brûler;
  • Limiter à 30 secondes le temps de trempage et à 2 minutes le temps de « douchage »;
  • Ne pas rincer les pommes après le trempage;
  • Suivre les recommandations sur l’étiquette quant à la protection des travailleurs préposés à cette opération.

Le trempage et le « douchage » augmentent le risque de contamination des pommes aux moisissures. L’utilisation d’une eau propre, le renouvellement fréquent de la solution et le nettoyage et la désinfection du système après chaque usage contribuent à réduire ce risque.

traitement à la diphénylamine (DPA)

 

1-méthylcyclopropène (1-MCP)

Le 1-méthylcyclopropène (1-MCP) est une substance volatile utilisée pour inhiber la production d’éthylène et ainsi ralentir la maturation du fruit. Généralement, les pommes sont traitées en chambre d’entreposage à atmosphère contrôlée, avant la mise en régime gazeux. Le procédé est commercialisé mondialement sous le nom exclusif de « Système Qualité SmartFresh ».

Le traitement doit être effectué dans un délai de trois jours suivant la récolte en tenant compte des facteurs suivants, en fonction du cultivar : stade de maturité, niveau d’éthylène optimal, niveau de fermeté optimal. Les recommandations d’entreposage spécifiques aux saisons publiées par la Fédération des producteurs de pommes du Québec (voir la fiche 119) définissent ces paramètres pour la saison en cours.

L’utilisation du 1-MCP peut augmenter le risque de brunissement vasculaire et d’altérations dues au CO2.

 

Les fongicides

En tant que mesure de contrôle des pourritures en entrepôt, la prévention au verger et la mise en application de mesures de salubrité en entrepôt et sur les lieux de triage sont à privilégier.

Au Canada, deux fongicides sont homologués pour le traitement en post-récolte : le thiabendazole (MERTEC) et le fludioxonil (SCHOLAR). Ces produits sont utilisés en solution par trempage ou en « douchage », comme le DPA. Le renouvellement fréquent de la solution en assure la propreté ainsi que le maintien de la concentration voulue. Il est recommandé d’alterner ces produits afin de prévenir l’apparition de souches résistantes au produit.

 

Élimination des résidus de solutions de trempage et de « douchage »

Afin de réduire le volume du résidu des solutions de trempage et de « douchage », il est recommandé de recycler la solution pendant une même opération. Ainsi la solution usagée est filtrée afin d’en retirer les débris et la concentration du produit actif est réajustée pour constituer une nouvelle solution.

Malgré tout, la constitution d’un résidu de solution usagée inutilisable est inévitable. Ce résidu ne doit pas être déversé sur des terrains vagues ou des terres inutilisées, des cours d’eau ou plans d’eau, ni jeté à l’égout sanitaire ou pluvial, ou encore dans un équipement qui s’y déverse. Les surplus de solutions inutilisables doivent être éliminés par des entreprises spécialisées. La liste de ces entreprises peut être obtenue à la page des Titulaires de permis – Matières dangereuses résiduelles sur le site du MDDELCC au lien internet suivant : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/matieres/dangereux/titulaire-permis/.

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Laisser un commentaire