DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS
(S. Gervais)

 

Stade phénologique

Le stade « débourrement » (cv. McIntosh) est atteint dans la majorité des régions du sud de la province, incluant en Estrie alors qu’il était prévu le 22 avril. On commence également à voir une petite feuille qui s’étale dans quelques secteurs plus chauds.

Stade « débourrement » du cultivar ‘McIntosh’ le 17 avril 2024, à St-Bruno-de-Montarville

Photo : IRDA

 

Cette année, le modèle prévisionnel de CIPRA n’est pas bien ajusté au développement des pommiers, et ce, pour toutes les régions. Pour la région de Québec, les collaborateurs estiment la prévision du débourrement la semaine prochaine plutôt que le 2 mai prochain. Il est donc important de surveiller régulièrement vos pommiers!

 

Les pieds dans l’eau
La fonte de la dernière bordée de neige du 4 avril et les précipitations abondantes de la semaine dernière ont inondé le sol dans certains vergers en Montérégie.

Verger inondé en Montérégie le 14 avril 2024

Photos : IRDA

 

Deux présentations ont eu lieu lors des journées horticoles et grandes cultures en décembre dernier sur des outils qui pourront vous aider pour la gestion de votre sol de votre verger. N’hésitez pas en discuter avec votre conseiller.

TAVELURE

(V. Philion)

Selon les prévisions météorologiques et le modèle RIMpro, les pluies prévues au cours des prochains jours dans la plupart des régions où les pommiers sont débourrés ne seront pas trop à risque pour la tavelure du pommier. Profitez des basses températures qui ralentissent la maladie pour intervenir après la pluie, seulement si le risque le justifie.

 

Prévision RIMpro Venturia du 17 avril 2024 pour le secteur Rougemont

Image: RIMpro

 

CONFUSION SEXUELLE CONTRE LE CARPOCAPSE ET/OU LA SÉSIE DU CORNOUILLER
(S. Gervais)

Petit rappel pour déposer rapidement, si ce n’est pas déjà fait, votre demande d’aide financière pour la confusion sexuelle contre le carpocapse de la pomme et/ ou la sésie du cornouiller pour la saison 2024.

Pour plus d’information :

Les producteurs doivent acheminer leur demande à l’adresse Prime-Vert.2023-2026@mapaq.gouv.qc.ca

 

TÉTRANYQUE ROUGE ET COCHENILLES
(S. Gervais)

Situation actuelle

Présence variable du tétranyque rouge dans les régions de la Montérégie et des Laurentides. Seuils d’intervention variables pour la cochenille pour la Montérégie et les Laurentides et quelques mentions pour la cochenille de Comstock en Montérégie.

Dépistage et intervention

Voir l’avertissement N° 2 du 10 avril 2024 pour plus de détails sur les techniques de dépistage et d’intervention. Les conditions météos ne sont pas très favorables en ce moment pour un traitement à l’huile, il faut attendre le retour de températures plus chaudes et sans risque de gel.

 

PUNAISE TERNE
(S. Gervais)

Situation actuelle
Quelques captures et très peu d’activité pour ce ravageur en Montérégie. Aucune mention pour les autres régions.

Dépistage

Pour évaluer le risque posé par ce ravageur, il faut tenir compte non seulement des captures sur les pièges, mais aussi de l’activité observée sur les bourgeons, de l’historique de la parcelle, des variétés présentes, des conditions climatiques et du type de mise en marché (voir la fiche 65 du Guide de PFI pour les seuils d’intervention).

Intervention
Ce n’est pas le moment pour intervenir, dans aucune région.

 

 

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU-POMMIER EN DATE DU 17 AVRIL
(S. Gervais)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

POUR EN SAVOIR PLUS

Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

 

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.

 

DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS
(S. Gervais)

Le stade « débourrement » (cv. McIntosh) est atteint dans certains secteurs chauds en Montérégie selon des collaborateurs. CIPRA prévoit qu’il sera probablement atteint au cours des prochains jours et en fin de semaine pour la Montérégie. Les prévisions pointent vers la semaine prochaine pour l’Estrie et la région de Deux-Montagnes, mais pourrait être atteint beaucoup plus rapidement que prévu par le modèle prévisionnel. Surveillez vos pommiers! Vous pouvez sélectionner le modèle prévisionnel Phénologie McIntosh pour la station météo près de chez vous sur le site Agrométéo Québec.

TAVELURE 
(V. Philion)
Jusqu’au stade du débourrement, la seule intervention utile vise l’élimination des feuilles de la litière au sol qui servent de point de départ à la tavelure. L’urée dissoute dans l’eau appliquée au sol et le broyage des feuilles sont deux pratiques courantes et efficaces.

Plusieurs spores dans la litière sont à maturité depuis le 28 mars. Par conséquent, les premières pluies après le stade « débourrement » seront à risque pour la tavelure du pommier. Ne négligez pas la première infection de l’année à moins que votre verger soit absolument « propre ». Ne vous fiez pas sur l’idée que les spores arriveront plus tard, elles sont en avance. Le modèle RIMpro est ajusté pour la date d’arrivée des spores, et le risque prévu n’est pas négligeable pour la pluie annoncée à partir du 11 avril.

Il faut attendre que du tissu vert soit visible avant de traiter. Un traitement de cuivre peut certainement être appliqué pour combattre la première infection de l’année. Cependant, dans les vergers avec un antécédent de tavelure, un seul traitement ne pourra pas couvrir toute la période de pluie prévue du 11 au 16 avril.

Un traitement appliqué avant la pluie ne protège pas les feuilles apparues après l’application. Les traitements appliqués après la pluie sont efficaces sur toutes les feuilles en place, mais leur capacité à arrêter l’infection en cours est variable selon les produits. La durée d’efficacité après l’arrivée des spores est exprimé en « degrés-heures » (DH). Voir le tableau en ligne pour déterminer le temps que vous avez pour intervenir.

 

TÉTRANYQUE ROUGE ET COCHENILLES
(S. Gervais)

Situation actuelle
Quelques collaborateurs de la Montérégie-Est ont noté la présence d’œufs de tétranyque rouge allant de moyenne à élevée. Le dépistage n’est pas encore commencé partout.

Dépistage
Afin de déterminer le besoin d’une application d’huile par le comptage des œufs d’hiver de tétranyque rouge sur les lambourdes, la méthode de dépistage est décrite dans la fiche 92 du Guide de référence en production fruitière intégrée (Guide de PFI).

Pour la cochenille, les besoins en application d’huile ont été déterminés lors de la récolte 2023, la méthode de dépistage est décrite dans la fiche 65 du Guide de PFI.

Traitement : application de l’huile
Voici quelques précautions à prendre et conditions à surveiller pour une application d’huile :

  • Température chaude (idéalement 18 °C ou plus);
  • Vents faibles (<10 km/h) et application soignée de façon à bien couvrir les bourgeons;
  • Attention aux risques de gel dans les 2-3 jours suivant l’application;
  • Attention à la phytotoxicité : ne pas appliquer de fongicide à base de captane, de soufre ou de folpet de 10 à 14 jours avant ou après le traitement à l’huile.

L’AFFICHE 2024 « PRODUCTION FRUITIÈRE INTÉGRÉE » EST DISPONIBLE

(S. Gervais)

La version 2024 de l’affiche Production fruitière intégrée a été distribuée par les Producteurs de pommes du Québec à tous les producteurs membres cette semaine. Elle est également disponible dans la fiche 9 du Guide de PFI et il y a encore quelques affiches papier disponibles à l’IRDA.

 

QUATRE OUTILS POUR BIEN GÉRER VOS PESTICIDES DANS TOUTE SITUATION

Pour une information axée « pomiculture » : le Guide de référence en production fruitière intégrée contient plusieurs fiches d’information sur les pesticides et des stratégies d’intervention.

Pour une affiche-couleur grand format : l’affiche Production fruitière intégrée 2024 présente les principales recommandations du Comité de PFI et la classification PFI, ainsi que les cotes de toxicité et d’efficacité des pesticides (voir la section précédente pour les détails).

Pour une information axée « pesticides » : le site Web SAgE pesticides maintient à jour toute l’information officielle sur les produits utilisables au Québec, incluant les hyperliens vers les étiquettes. Il contient également une section « PFI » qui présente les cotes d’efficacité des pesticides contre les ravageurs et leur toxicité envers les espèces utiles.

Pour un registre d’utilisation de pesticides tenu à jour, essayez le registre gratuit en ligne IRPeQ-Express de SAgE pesticides (liste de pesticides préétablie, calculs automatisés, sauvegarde pour vos différents blocs de culture, etc.). Un compte est requis pour ce service.

POUR PLUS D’INFORMATION

Messages téléphoniques des conseillers du MAPAQ (répondeurs) :

  • Montérégie-Ouest : 1 888 799-9599 et messages sur Internet
  • Montérégie-Est : pas de répondeur, messages sur Internet seulement
  • Laurentides : pas de répondeur, messages sur Internet seulement
  • Estrie : pas de répondeur, messages sur Internet seulement
  • Québec : pas de répondeur, messages sur Internet seulement
  • Chaudière- Appalaches : pas de répondeur, messages sur Internet seulement.

La version écrite des messages téléphoniques est aussi disponible pour la plupart des régions sur Agri-Réseau. Choisissez une des régions qui apparaissent au haut de la page d’accueil de la section Arbres fruitiers

 

 

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.

 

Les ascospores du champignon responsable de la tavelure du pommier (Venturia inaequalis) sont à maturité et prêtes à l’éjection dans plusieurs régions du sud du Québec depuis le 28 mars. Même si aucun traitement fongicide n’est utile avant le stade du débourrement qui aura lieu dans environ 3 semaines (22 avril selon les prévisions), il est temps de penser à la tavelure. Dès qu’il est possible de circuler dans les vergers, le broyage des feuilles et / ou l’application d’urée au sol est fortement recommandé comme mesure préventive. Tous les efforts déployés pour se débarrasser des feuilles de la litière au sol se traduisent par un risque atténué pendant toute la saison. L’utilité de la prévention, c’est une marge de manoeuvre par la suite. Personne n’est à l’abri d’un bris d’équipement, d’une erreur de traitement, des pluies fortes qui nuisent aux opérations… Tous ces malheurs ont moins d’impact dans un verger “propre” que dans un verger où les spores sont nombreuses.

Lorsque la maturité des ascospores précède le débourrement de plusieurs semaines comme cette année, le risque d’infection est aggravé des les premières pluies. Le logiciel RIMpro disponible gratuitement en ligne vous permettra encore cette année d’estimer le risque d’infection de chaque pluie et de bien synchroniser vos traitements, notamment pour les traitements pendant la pluie. Si vous n’avez jamais utilisé ce logiciel, prenez le temps de vous familiariser avec cet outil et demander de l’aide à votre agronome. Profitez-en pour discuter du mélange de Bicarbonate de potassium et de soufre qui est une excellente alternative aux fongicides classiques. Bonne préparation pour la saison 2024!

Liens

Broyage des feuilles et urée au sol

RIMpro

Bicarbonate de potassium et soufre.

RAVAGEURS ET MALADIES DE FIN DE SAISON
(S. Gervais)

Les captures de la mouche de la pomme sont faibles ou en diminution dans la majorité des régions, excepté dans quelques vergers où l’on note une augmentation et où le premier seuil d’intervention a été atteint. Quelques vergers ont atteint de nouveaux seuils pour une deuxième fois en Montérégie et quelques dommages sur fruits sont rapportés.

Le début de vol de la deuxième génération du carpocapse de la pomme est mentionné en Montérégie et dans les Laurentides. Les captures sont faibles ou nulles dans la région de l’Estrie, de la Chaudière-Appalaches et de Québec. Quelques nouveaux dommages sur fruits sont observés en Montérégie.

 

Les captures de la tordeuse à bandes obliques sont faibles ou en diminution en Estrie et en Montérégie, mais quelques collaborateurs notent la présence plus nombreuse de chenilles sur pousses et de quelques dégâts sur fruits en Montérégie, en Estrie et dans la région de Québec.

Les populations d’acariens phytophages sont généralement stables ou en diminution dans plusieurs vergers, avec quelques exceptions. Quelques collaborateurs rapportent une forte augmentation ou des problématiques de gestion avec le tétranyque rouge.

La présence du scarabée japonais est en diminution dans plusieurs régions, excepté en Estrie où la présence est encore forte.

Parmi les ravageurs plus secondaires, les colonies de pucerons lanigères sont rapportées par quelques collaborateurs en Montérégie, mais c’est faible en général et il y a présence de prédateurs dans les colonies. Il y a également présence variable, selon les sites et les régions, de la cicadelle de la pomme de terre. Quelques collaborateurs ont aussi noté la présence de mines sur feuilles par la mineuse marbrée.

Les premiers dommages sur fruits par les punaises pentatomides ont été rapportés par un collaborateur du Réseau-pommier en Montérégie. Il est important de couper le fruit, afin de bien diagnostiquer le dommage sur fruits, car celui-ci peut être confondu avec un dommage physique ou un désordre physiologique. Pour plus d’information, voir la fiche 83a du Guide de production fruitière intégrée (PFI).
Quelques cas de Marssonina sur feuilles et du complexe suie-moucheture sur fruits sont mentionnés en Estrie. Voir la fiche 110b du guide PFI pour plus d’information concernant la gestion du complexe suie-moucheture.

Photo de gauche : complexe suie-moucheture; Photo de droite : Marssonina

(IRDA)

STRATÉGIES D’INTERVENTION MINIMALISTES EN FIN DE SAISON
(S. Gervais)

 

À quelques semaines de la récolte (cliquez ici pour l’estimation des dates de récolte publiées sur Agri-réseau), les interventions doivent être limitées à protéger le fruit. Voici quelques consignes à se rappeler avant de traiter :

  • Évaluez la pertinence et l’efficacité des traitements. Certains traitements peuvent être remis à l’année prochaine lors d’une période plus propice pour contrôler le ravageur et certains seuils de traitements peuvent être rehaussés en fin de saison pour certains ravageurs. Voir avec votre conseiller ou consulter le guide de production fruitière intégrée en fonction des ravageurs présents dans votre verger.

 

  • Privilégier des produits qui sont moins toxiques pour les prédateurs et les parasitoïdes. Voir l’affiche PFI ou cliquer ici pour un lien PDF de l’affiche.

 

  • Respecter les délais avant récolte, afin de ne pas laisser des résidus sur les fruits. Voir l’affiche PFI pour faire les choix qui seront adaptés à votre planification de récolte. Étant donné que l’affiche PFI est rédigée au début de l’année, vérifiez en tout temps l’étiquette du pesticide. En cas de changement, c’est celle-ci qui prévaut.

 

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU-POMMIER EN DATE DU 8 AOÛT
(S. Gervais et O. Denis)

 

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

 

POUR PLUS D’INFORMATION EN PÉRIODE ESTIVALE

Étant donné que la période critique pour la tavelure est terminée et que la majorité des interventions de base ont été effectuées en période préflorale et postflorale, la fréquence des avertissements sera réduite au cours des prochaines semaines.

Le Réseau-pommier continue toutefois de suivre l’activité des insectes et des maladies, et nos sources d’information ci-dessous sont toujours mises à jour :

  • Messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), prévisions et observations en temps réel : cliquez ici.
  • Portail des prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.
  • Observations et prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS
Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

 

 

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.

 

 

PORTES OUVERTES IRDA
(S. Gervais)

 


C’est gratuit, il ne reste qu’une semaine afin de vous inscrire à cette journée de portes ouvertes.

Ne manquez pas notre journée portes ouvertes qui se déroulera au verger expérimental de l’IRDA!

En avant-midi, venez visiter nos nouvelles installations phytosanitaires et discuter de la façon dont vous pouvez réduire les risques pour votre santé lors des différentes étapes de préparation des traitements en verger. De plus, plusieurs partenaires seront sur place pour vous présenter des machines utilisées en régie à moindres risques!

 

En après-midi, nous vous proposons un circuit dans le verger où plusieurs intervenants vous présenteront, sous forme d’ateliers, les différents projets de recherche en cours à l’IRDA.

Un dîner sera offert sur place (inscription obligatoire avant le 7 août) et la journée se terminera par une période de réseautage, où boissons désaltérantes vous seront offertes!

Cliquez ici pour vous inscrire et pour consulter le programme de la journée.

 

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU-POMMIER EN DATE DU 1 AOÛT
(S. Gervais et O. Denis)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

 

 

POUR PLUS D’INFORMATION EN PÉRIODE ESTIVALE

Étant donné que la période critique pour la tavelure est terminée et que la majorité des interventions de base ont été effectuées en période préflorale et postflorale, la fréquence des avertissements sera réduite au cours des prochaines semaines.

Le Réseau-pommier continue toutefois de suivre l’activité des insectes et des maladies, et nos sources d’information ci-dessous sont toujours mises à jour :

  • Messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), prévisions et observations en temps réel : cliquez ici.
  • Portail des prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.
  • Observations et prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS
Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

 

 

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.

 

ÇA SE POURSUIT EN 2023 ! Caravane et vitrine de régie à moindre risques
(S. Gervais)

Vitrine MJM et Caravane Petch

Source : IRDA

Demain, le 20 juillet, se tiendra la dernière journée de la saison pour la démonstration dans les vergers vitrines aux Vergers Hillspring, à Franklin. C’est gratuit.

PROGRAMME ET INSCRIPTION : cliquez ici

 

 

RAVAGEURS ET MALADIES
(S. Gervais)

 

Ce sont les captures de la mouche de la pomme dans plusieurs régions, et ce, jusqu’au Bas-Saint-Laurent qui retiennent l’attention et nécessitent des traitements localisés ou dans le verger au complet.

Les dommages sur fruit du carpocapse de la pomme sont toujours rapportés dans la majorité des régions et plusieurs dommages ont été arrêtés par les fortes précipitations et les traitements en Montérégie la dernière semaine. Des traitements sont toujours recommandés contre ce dernier ravageur.

Les populations d’acariens (tétranyque à deux points, tétranyque rouge et ériophyide) commencent à augmenter dans plusieurs régions. Des seuils, souvent localisés, sont atteints dans plusieurs régions. Avant de prévoir des traitements contre les acariens, assurez-vous de bien dénombrer les prédateurs dont la présence pourrait vous éviter un traitement. Voir la fiche 96 du Guide de production fruitière intégrée (PFI), afin de connaître les prédateurs d’acariens.

a) phytoséiide b) trombidiforme c) punaise translucide d) punaise de la molène

Source de la photo : a (OMAFRA) b et c (IRDA) d (LEDP)

 

Si vous avez besoin d’appliquer un traitement, il sera judicieux de choisir un produit qui est le moins toxique pour eux. Voir la fiche 91 sur la stratégie globale de lutte contre les acariens.

La présence des scarabées japonais augmente en Montérégie et dans les Laurentides, et c’est le début des observations en Estrie. Quelques traitements ont été faits ou recommandés contre ce ravageur. Le début du parasitage des scarabées japonais est observé en Montérégie et rapporté par quelques collaborateurs.

Les collaborateurs rapportent quelques dommages par la pourriture du calice sur les fruits en Montérégie. L’apparition témoigne d’une infection qui aurait eu lieu au stade calice. Aucune intervention n’est possible lorsque les dommages apparaissent.
 

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU-POMMIER EN DATE DU 18 JUILLET

(S. Gervais et O. Denis)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

 

POUR PLUS D’INFORMATION EN PÉRIODE ESTIVALE

Étant donné que la période critique pour la tavelure est terminée et que la majorité des interventions de base ont été effectuées en période préflorale et postflorale, la fréquence des avertissements sera réduite au cours des prochaines semaines.

Le Réseau-pommier continue toutefois de suivre l’activité des insectes et des maladies, et nos sources d’information ci-dessous sont toujours mises à jour :

  • Messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), prévisions et observations en temps réel : cliquez ici.
  • Portail des prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.
  • Observations et prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS
Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

 

 

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.

 

Les déluges de 100 mm de pluie restent assez rares, même si leur fréquence risque d’augmenter avec les changements climatiques. Les pluies intenses et prolongées éliminent efficacement tous les résidus fongicides du verger. Les produits “systémiques” qui échappent en principe au lessivage ne résistent pas beaucoup mieux. Dans tous les vergers, les traitements sont lessivés.

La pluie a aussi pour effet de bien éclabousser les spores de plusieurs maladies et offre des conditions d’infections optimales.

Dans les vergers tavelés, avec un historique de suie-moucheture, ou plus récemment de Diplocarpon et d’autres maladies comme la pourriture noire, le déluge va certainement provoquer une augmentation des maladies.

Si l’été continue d’être humide, chaque nouveau cycle d’infection augmente les risques de pertes économiques à la récolte. Si l’été s’assèche, l’utilité des traitements réalisés aujourd’hui baisse. Le problème est que la météo est moins prévisible que le climat.

Dans les vergers où les risques de perte futurs sont assez élevés pour justifier des traitements en été, quelle stratégie utiliser? Une intervention rapide pour stopper l’infection en cours est toujours préférable à celle d’attendre la sortie des symptômes. Les traitements tardifs peuvent difficilement freiner les épidémies déjà installées et augmentent les risques que la résistance s’installe pour de bon. Évidemment, les traitements rapides ne sont pas possibles dans les vergers fortement inondés.

Trois propositions:

  1. Bicarbonate le plus rapidement possible, en mélange avec du souffre si votre quota annuel n’est pas atteint. C’est la solution la moins chère, mais elle n’est efficace que dans les vergers où une intervention est possible aujourd’hui.
  2. Allegro: Relativement abordable et les risques de résistance sont assez faibles, mais le fluazinam est dangereux pour la santé humaine (IRS = 1480).
  3. Autre traitement systémique: Un traitement avec un produit efficace du groupe 3, 7, 11 (Cevya, Aprovia/Sercadis,Flint) n’est jamais optimal sur des symptômes déjà visibles ou appliqué tardivement après une infection. Cependant, une fois n’est pas coutume.

 

ÇA SE POURSUIT EN 2023 ! Caravane et vitrine de régie à moindre risques
(S. Gervais)

Prochains évènements :

  • Caravanes de santé des sols :
    • 6 juillet au verger Petch à Hemmingford.
    • 13 juillet au verger Le Gros Pierre à Compton.
    • 19 juillet au verger Pommix SENC à Saint-Joseph-du-Lac.
  • Journée de démonstration dans les vergers-vitrines :
    • 7 juillet au verger MJM à Saint-Paul-d’abbotsford.
    • 17 juillet au Verger Orée des bois à Saint-Antoine-de-Tilly.
    • 20 juillet au verger Hillspring à Franklin.

 

PROGRAMME ET INSCRIPTION cliquez ici

 

TORDEUSE À BANDES OBLIQUES ET TAILLE D’ÉTÉ

(S. Gervais)

 

Les premières éclosions ont été observées en Montérégie la semaine dernière. L’éclosion est prévue pour cette semaine dans les régions plus au nord.
Pour la génération estivale, la meilleure stratégie d’intervention est la méthode de lutte par la taille d’été et l’éclaircissage manuel. Dès la fin de croissance des pousses, la taille d’été peut augmenter la qualité des fruits et réduire la croissance des pommiers trop vigoureux. Il faut éviter les tailles sévères chez les pommiers qui manquent déjà de vigueur. La taille des gourmands et l’éclaircissage des fruits pourront aider à lutter contre les chenilles, car celles-ci adorent s’alimenter parmi les paquets de pommes collés. Pour plus d’information sur l’éclaircissage manuel, voir la fiche 43 du Guide de production fruitière intégrée (PFI).

Masse d’œufs de la tordeuse à bandes obliques; l’éclosion survient généralement de 7 à 15 jours après la ponte
LEDP (MAPAQ)

 

RAVAGEURS
(S. Gervais)

Carpocapse de la pomme
Les premiers dommages sur pomme ont été notés la semaine dernière dans la région de Québec. Les observations de dommages parfois frais ou arrêtés se poursuivent dans les régions plus au sud. Des seuils d’intervention ont été atteints pour le petit carpocapse dans la région de l’Estrie. Les seuils d’intervention diffèrent si vous utilisez la confusion sexuelle. Pour plus d’information, voir la fiche 76 du Guide de PFI.

Vieux dommage de la larve du carpocapse de la pomme

(IRDA)

Mouche de la pomme

Les captures se poursuivent dans les régions les plus au sud du Québec. Aucune capture n’a été notée dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches, mais un individu s’est retrouvé dans un piège de carpocapse de la pomme. Quelques seuils d’intervention ont été atteints en Montérégie, parfois il s’agit seulement de parcelles de vergers. Pour plus d’information, voir la fiche 77 sur la mouche de la pomme du Guide PFI et la fiche d’information GF-120.
Scarabée japonais

Les premières observations ont été notées en Montérégie. Les adultes peuvent faire des dégâts localisés dans les vergers, surtout dans des cultivars tels qu’Honeycrisp, Gingergold et Cortland. Il est très difficile de prévoir l’intervention contre cet insecte. Le taux de parasitisme par la mouche Istocheta aldrichi, qui pond un œuf sur l’adulte, peut être important et peut parfois atteindre 60 %. Des interventions chimiques peuvent parfois être nécessaires et se jumeler, si le produit le permet, avec des traitements visant un autre ravageur comme le carpocapse de la pomme et la mouche de la pomme.

Photo de gauche : scarabées japonais adultes; photo de droite : scarabée adulte japonais parasité par Istocheta aldrichi

(IRDA)

 

 

FLASH INSECTES ET MALADIES
(S. Gervais)

 

Les prédateurs commencent à être un peu plus présents dans les vergers et luttent activement contre les ravageurs. Voici ceux qui ont été notés la semaine dernière : punaises pentatomides, molènes et réduves, coccinelles, araignées, syrphes, phytoséiides, stigmaéides, trombidiformes, chrysopes, hémérobes, guêpes parasitaires et perce-oreilles. Plusieurs collaborateurs en Montérégie ont noté la présence des prédateurs (coccinelles et perce-oreilles) dans les colonies de pucerons verts.
Peu de seuils d’intervention pour les acariens (tétranyque rouge, tétranyque à deux points et ériophydes) ont été atteints pour l’ensemble des régions. Quelques sites seulement ont atteints des seuils d’intervention.

Pourriture noire : quelques taches sont observées par quelques collaborateurs en Montérégie sur les feuilles. À mesure que les taches grossissent, elles deviennent ocellées avec un intérieur brun clair et un pourtour plus foncé. Les symptômes peuvent être facilement confondus avec des problèmes de phytotoxicité sur le feuillage et d’autres maladies de pourriture sur les fruits.

Photo de gauche : taches ocellées sur la feuille; photo de droite : symptôme sur fruit

(IRDA)

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU-POMMIER EN DATE DU 4 JUILLET

(S. Gervais et O. Denis)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

 

POUR PLUS D’INFORMATION EN PÉRIODE ESTIVALE

Étant donné que la période critique pour la tavelure est terminée et que la majorité des interventions de base ont été effectuées en période préflorale et postflorale, la fréquence des avertissements sera réduite au cours des prochaines semaines.

Le Réseau-pommier continue toutefois de suivre l’activité des insectes et des maladies, et nos sources d’information ci-dessous sont toujours mises à jour :

  • Messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), prévisions et observations en temps réel : cliquez ici.
  • Portail des prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.
  • Observations et prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS
Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

 

 

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.

 

ÇA SE POURSUIT EN 2023 ! Caravane et vitrine de régie à moindre risques
(S. Gervais)

Prochains évènements :

  • Caravanes de santé des sols :
    • 6 juillet au verger Petch à Hemmingford.
    • 13 juillet au verger Le Gros Pierre à Compton.
    • 19 juillet au verger Pommix SENC à Saint-Joseph-du-Lac.
  • Journée de démonstration dans les vergers-vitrines :
    • 7 juillet au verger MJM à Saint-Paul-d’abbotsford.
    • 17 juillet au Verger Orée des bois à Saint-Antoine-de-Tilly.
    • 20 juillet au verger Hillspring à Franklin.

 

PROGRAMME ET INSCRIPTION cliquez ici

 

 

LES TRAITEMENTS D’ÉTÉ, QUAND LES MALADIES NE PRENNENT PAS DE VACANCES
(V.Philion)

Pour plus d’information concernant les traitements d’été avec fongicide, consultez le billet du 16 juin 2023 sur le Réseau-pommier.

 

 

RAVAGEURS
(S. Gervais)

Carpocapse de la pomme
Les premiers dommages sur pomme ont été notés dans le secteur de Montérégie-Ouest et dans les Laurentides. Les captures sont en hausse pour la majorité des régions, sauf quelques secteurs en Montérégie. Les premières captures sont enregistrées pour le secteur de  Kamouraska. Le début de l’éclosion est attendue cette semaine pour Québec. Les seuils d’intervention diffèrent si vous utilisez la confusion sexuelle. Pour plus d’information, voir la fiche 76 du Guide de référence en production fruitière intégrée (Guide de PFI).

 

Mouche de la pomme

Situation en Montérégie : quelques mouches ont été capturées; un seul verger biologique a atteint le seuil pour le GF-120; un premier dommage de mouche a été observé dans un site avec un fort antécédent historique.

Lors du relevé des pièges, la mouche de la pomme peut se confondre avec des espèces d’apparence semblable qui ne sont pas nuisibles pour le pommier. À l’état adulte, les ailes de la mouche de la pomme sont traversées de bandes noires en zigzag formant un « F » pointant vers l’extérieur.

Mouche de la pomme adulte avec son point blanc caractéristique à la pointe du thorax et ses ailes avec des bandes noires formant un « F»

LEDP (MAPAQ)

Intervention : Le GF-120 est une pratique à moindres risques qui vise à lutter contre la mouche de la pomme sans utiliser d’insecticides à large spectre. Elle sera en démonstration à Saint-Paul-d’Abbotsford (Verger M.J.M.) le 7 juillet et à Franklin (Vergers Hillspring) le 20 juillet. Pour plus d’information, consultez la fiche d’information GF-120.

 

 

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU-POMMIER EN DATE DU 27 JUIN

(S. Gervais et O. Denis)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

 

 

 

POUR PLUS D’INFORMATION EN PÉRIODE ESTIVALE

Étant donné que la période critique pour la tavelure est terminée et que la majorité des interventions de base ont été effectuées en période préflorale et postflorale, la fréquence des avertissements sera réduite au cours des prochaines semaines.

Le Réseau-pommier continue toutefois de suivre l’activité des insectes et des maladies, et nos sources d’information ci-dessous sont toujours mises à jour :

  • Messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), prévisions et observations en temps réel : cliquez ici.
  • Portail des prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.
  • Observations et prévisions du Réseau-pommier : cliquez ici.

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

 

 

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.

 

La dernière grosse infection primaire de la tavelure du pommier a eu lieu du 6 au 9 juin dans la plupart des vergers du sud du Québec. Entre l’infection et l’apparition de toutes les taches, l’incubation peut prendre jusqu’à un mois selon la température. Le logiciel RIMpro permet de prédire la date de sortie des taches et de les associer à la position des feuilles qui étaient sensibles à la maladie au moment de l’infection. Selon ce modèle, les dernières taches de cette infection sont devenues visibles pendant le weekend de la Saint-Jean et se trouvent sur les feuilles 12 et 13 de la pousse. En principe, c’est donc un bon moment pour un dépistage rigoureux de la tavelure. En pratique, il est préférable d’attendre que le feuillage soit sec et que la lumière soit bonne pour bien voir la tavelure.

Le dépistage permet deux choses:

1) Décider de votre stratégie de traitements pour l’été selon le nombre de feuilles tavelées (Fiche 103)

2) Comprendre ce qui n’a pas marché pendant la saison des infections pour mieux intervenir l’an prochain.

La position des feuilles tavelées sur les pousses infectées peut vous donner la date de l’infection ratée alors que la répartition et leur nombre dans l’arbre et dans la parcelle peuvent vous donner des indices sur la qualité de la pulvérisation. Très souvent les taches sont liées à une seule infection ratée et un agronome pourrait vous aider à partir de votre registre de traitements à comprendre ce qui s’est passé: feuillage à découvert? erreur de dosage? qualité de la pulvérisation? Prenez en considération que dans les vergers où l’inoculum est abondant, c’est presque impossible de combattre efficacement la tavelure avec un seul traitement quand les infections dépassent 1000 sur l’échelle de RIM.

Tache sur une vieille feuille issue d’une infection du mois d’avril (crédit Mikaël Larose)