Fiche 119

Pour une copie de l'article :

Désordres physiologiques et maladies d’entrepôt

Monique Audette, Jennifer DeEll et Maude Lachapelle

 

En dépit d’une apparence saine à la sortie du verger, les fruits peuvent subir une dégradation pendant et après la période d’entreposage, occasionnant des pertes financières importantes. Cette fiche propose des pratiques à mettre en œuvre pour aider à prévenir les dommages causés par les agents pathogènes et les désordres physiologiques pouvant apparaître suite à l’entreposage. Lorsque disponibles, les méthodes de lutte sont décrites à la fiche 120.

 

Maladies fongiques

Les parasites responsables de ces maladies se nourrissent de matière organique fraîche ou en décomposition et sont présents à toutes les étapes, de la production à la commercialisation. L’infection peut donc survenir au verger sans qu’il y ait de symptômes apparents à la récolte. Elle peut aussi se produire pendant le transport, durant le conditionnement et le triage, ou encore dans les chambres froides. L’inoculum pénètre habituellement dans le fruit par une blessure à l’épiderme, par les lenticelles ou par la cavité oculaire. Les températures des chambres froides n’arrêtent pas la progression de la contamination. De plus, l’humidité relative ambiante constitue très souvent un facteur favorable au développement de ces maladies.

Les maladies fongiques les plus fréquentes liées à la présence d’organismes pathogènes au verger sont l’Alternaria, le Botrytis, le Penicillium et la tavelure d’entrepôt. Voici certaines des bonnes pratiques à adopter afin de diminuer les infections par ces organismes :

  • Une bonne protection contre la tavelure pendant la saison diminue les risques d’infection;
  • Une manipulation délicate des fruits diminue les lésions;
  • Un fauchage au plus tard 30 jours avant la récolte réduit la quantité de matière organique dont se nourrissent les parasites;
  • Le retrait des fruits momifiés, en décomposition au sol et dans les arbres élimine les sources d’infection;
  • Le nettoyage et la désinfection des sacs de cueillette ainsi que des bennes et des chambres d’entrepôt réduisent les sources d’infection.
  • Une application de fongicides (par trempage ou « douchage ») le plus tôt suivant la récolte.

 

Désordre physiologiques d’ordre nutritionnel

Ces désordres physiologiques surviennent pendant l’entreposage ou à la sortie des chambres, sans l’intervention d’agents pathogènes. Les causes sont diverses et parfois concomitantes, mais toujours reliées à un déséquilibre nutritionnel.

Tache amère

désordre physiologique: tache amère

Symptômes : Des taches brunes de 3 à 5 mm de diamètre, plutôt sèches, légèrement amères et souvent situées à l’extrémité oculaire du fruit peuvent apparaître avant la récolte ou durant l’entreposage. Les premières couches de chair sous les taches brunissent aussi.

Causes : déficit en calcium; les fruits de gros calibre ont une prédisposition pour ce désordre.

Cultivars sensibles : les variétés Honeycrisp, Cortland, Empire et Idared.

Cœur aqueux

désordre physiologique: coeur aqueux

Symptômes : Il n’y a aucun signe extérieur. Des tissus translucides se retrouvent proche du cœur, autour des faisceaux vasculaires. Ceci est dû à une accumulation de sorbitol dans les espaces intercellulaires. Ce désordre augmente le risque de brunissement interne en entrepôt.

Causes : déficit en calcium, récolte tardive.

Cultivars sensibles : les variétés Gingergold et Delicious sont parfois touchées.

Brunissement de sénescence

Symptômes : Un brunissement se produit sous la pelure et parfois celle-ci devient plus foncée. Ceci est relié à la maturité avancée du fruit à la récolte.

Causes : récolte tardive, un délai avant la mise en entrepôt, des températures plus chaudes en entrepôt.

Cultivars sensibles : la majorité des cultivars peut développer ces symptômes.

 

Désordres physiologiques dus à des conditions climatiques adverses ou à des conditions d’entreposage inadéquates

Tout comme les désordres physiologiques d’ordre nutritionnel, ces désordres physiologiques peuvent survenir pendant l’entreposage ou à la sortie des chambres, sans l’intervention d’agents pathogènes. Les causes sont diverses et parfois concomitantes, mais toujours reliées à des facteurs climatiques défavorables ou à des conditions d’entreposage inadéquates.

Échaudure molle

échaudure molle

Symptômes : Des zones brunes apparaissent sur la pelure et atteignent les premières couches de chair sous-jacentes. Les lésions sont souvent envahies par une infection secondaire de Cladosporum ou d’Alternaria qui cause des taches noires diffuses. Ce désordre se produit surtout sur les pommes réfrigérées trop rapidement. La progression des symptômes cesse après la sortie de l’entrepôt.

Causes : récolte tardive, température d’entreposage trop basse.

Cultivars sensibles : la Honeycrisp est la variété la plus sensible.

Brunissement interne dû au froid

désordre physiologique: brunissement interne dû au froid

Symptômes : Ce désordre est caractérisé par la présence de tissus bruns, humides, séparés de la pelure par une zone de tissus sains. Généralement, aucun symptôme externe n’est observable.

Causes :récolte tardive, durée d’entreposage excessive, saison de croissance plus fraîche que la moyenne.

Cultivars sensibles : ce désordre peut survenir chez différents cultivars.

Brunissement vasculaire

Symptômes : Se caractérise par une décoloration des faisceaux vasculaires et des tissus adjacents.

Causes : durée d’entreposage excessive, saison de croissance pluvieuse et plus fraîche que la moyenne, particulièrement durant les mois de juillet et d’août.

Cultivars sensibles : McIntosh et Cortland.

Cœur brun

désordre physiologique: coeur brun

Symptômes : Se caractérise par un brunissement diffus autour de la zone carpellaire. Les symptômes se développent en entrepôt et s’accentuent lorsque les pommes sont mises à la température ambiante.

Causes : récolte hâtive, teneur élevée en O2 en entrepôt, saison de croissance plus fraîche que la moyenne.

Cultivars sensibles : les variétés Empire et McIntosh.

Échaudure supericielle

Symptômes : Un brunissement superficiel apparaît sur l’épiderme, d’abord sur les parties vertes de la pomme. La chair demeure ferme. Les symptômes apparaissent après plusieurs mois en entrepôt et leur progression persiste une fois les pommes mises à la température ambiante.

Causes : déficit d’heures de température fraîche avant la récolte, une récolte hâtive, un délai avant l’entreposage, une température trop élevée et un niveau trop élevé d’O2 en entrepôt.

Cultivar sensible : la variété Cortland est très sensible.

Lésions causées par le CO2

désordre physiologique: lésion causée par le CO2

Symptômes : Les symptômes externes sont des lésions brunes rugueuses sur la pelure, se retrouvant généralement sur les sections vertes de la pomme. Les symptômes apparaissent normalement tôt en période d’entreposage en atmosphère contrôlée.

Causes : concentration faible en O2 en entrepôt, rapide élévation des niveaux de CO2 avant que les pommes ne soient refroidies en entrepôt et récolte hâtive. Un traitement au 1-MCP (voir la fiche 120) peut augmenter la susceptibilité des pommes à ce désordre et/ou aggraver les symptômes de ce désordre.

Cultivars sensibles : ce désordre peut survenir chez différents cultivars.

 

Prévention des désordres physiologiques et maladies d’entrepôt
Au verger

Une régie de culture adaptée aux conditions météorologiques de la saison de croissance ainsi qu’au cultivar réduit les risques de désordres physiologiques. Ainsi:

  • l’incidence de tache amère peut être réduite de façon significative en faisant des applications foliaires de calcium aux moments prescrits pendant la saison de croissance des fruits. D’autre part, il est déconseillé d’entreposer pour une longue période les fruits de gros calibre, de même que ceux issus de jeunes arbres en début de production et d’arbres excessivement vigoureux (voir la fiche 117).
  • selon une étude de l’université Cornell, l’incidence de brunissement pour être réduite en évitant les applications de certains herbicides (ROUNDUP et autres produits à base de glyphosate) passé la mi-juillet

Il incombe au producteur d’assurer la propreté des lieux lors de la récolte. La zone de cargaison doit être exempte de débris organiques, de déchets et d’eau stagnante. En outre, le transporteur doit pouvoir s’y déplacer en toute sécurité; il convient donc d’en interdire la circulation aux employés et aux visiteurs. Le dessous des coffres de pommes en provenance du verger doit être nettoyé de toute matière organique avant le chargement, à l’aide d’un balai ou d’une brosse.

Il est primordial que les pommes soient refroidies le plus rapidement possible après la récolte. En attente du transporteur, les coffres de pommes fraîchement récoltées doivent être placés à l’abri du soleil. Le producteur, en collaboration avec le transporteur, doit s’assurer que les pommes arrivent chez l’entrepositaire au plus tard dans la matinée du lendemain de la récolte. En aucun cas, les coffres ne doivent demeurer en attente plus de huit heures sur les plateformes du transporteur ou du site d’entreposage.

Tout comme chez l’entrepositaire et sur les lignes d’emballage, il est important de minimiser les chocs subis par les pommes lors de la récolte, afin de diminuer les meurtrissures, qui ont tendance à diminuer la qualité des pommes en plus de diminuer leur conservation à long terme.

Chez l’entrepositaire

Une fois rendues à l’entrepôt, les pommes sont prises en charge par l’entrepositaire qui est responsable d’évaluer individuellement le potentiel de conservation de chaque lot afin de les diriger vers le type d’entreposage approprié. Pour y parvenir, il utilise les paramètres suivants sur des fruits prélevés selon le plan d’échantillonnage énoncé dans le cahier des charges Amélioration de la qualité des pommes entreposées en atmosphère contrôlée de Gestion Qualiterra :

  • test de l’amidon;
  • test de fermeté;
  • nombre de pépins.

Pour de plus amples informations sur ces tests, se référer à la fiche 118 du présent guide. Des tests semblables doivent avoir été effectués avant la récolte par le producteur afin de déterminer la période optimale de cueillette. Notez que le paramètre qui détermine le mieux la maturité des pommes reste la concentration interne en éthylène. Toutefois, ce paramètre est rarement utilisé puisque peu d’entrepositaires sont dotés des instruments nécessaires à sa mesure, c’est-à-dire un chromatographe en phase gazeuse.

Le refroidissement des pommes doit débuter le jour même de leur arrivée chez l’entrepositaire. Un suivi de la vitesse de réfrigération doit être effectué pour vérifier que la température au cœur de la pomme atteint 5 °C ou moins, en deçà de 48 heures. L’entrepositaire doit veiller à ne pas surcharger le système de refroidissement en plaçant, en même temps, une trop grande quantité de fruits non refroidis dans les chambres de stockage.

L’entrepositaire doit procéder à la mise en régime gazeux au plus tard sept jours après le début de la réfrigération. Plus vite les niveaux désirés d’O2 et de CO2 seront atteints, meilleure sera la qualité des pommes. Les paramètres d’entreposage sont propres à chaque cultivar et sont ajustés annuellement en fonction des conditions climatiques et du potentiel de conservation. Il est donc essentiel que seuls les fruits exigeant les mêmes conditions soient entreposés dans la même chambre de stockage. Les teneurs habituellement recommandées pour l’entreposage en atmosphère contrôlée (AC) se situent entre 2,5 et 3,0 % pour l’O2 et entre 2,0 et 4,5 % pour le CO2. La température optimale peut varier entre 0 et 3 °C.

Des recommandations d’entreposage spécifiques à la saison en cours sont publiées chaque année par la Fédération des producteurs de pommes du Québec et envoyées à tous les producteurs par la poste. Ces avis figurent aussi en ligne sur la page des Communiqués de la mise en marché du site de la Fédération. Les entrepositaires sont tenus de respecter ces recommandations.

Prévision des risques de développement de désordres d’entrepôt

Des modèles prévisionnels permettent de prédire le risque de développer, durant la période d’entreposage, des désordres physiologiques liés aux conditions climatiques saisonnières enregistrées durant la croissance des pommes. Dans le cas du brunissement vasculaire, un premier calcul du risque est effectué en comparant les données météorologiques de l’année en cours aux moyennes normales des 30 dernières années. Grâce à cette information, le producteur est plus en mesure de décider si les pommes de variétés sensibles seront acheminées vers le marché frais plutôt que vers l’entreposage. Ces modèles aident aussi l’entrepositaire à évaluer la pertinence de traitements préventifs au 1-MCP ainsi qu’à ajuster les paramètres d’entreposage.

Deux modèles ont été implantés par le Centre informatique de prévisions des ravageurs en agriculture (CIPRA), (voir la liste des ressources essentielles en PFI (fiche 9) pour plus d’infos sur Cipra) : le modèle de prédiction de risque de brunissement vasculaire, qui peut indirectement s’appliquer au brunissement interne et au cœur brun, et le modèle de prédiction de risque d’échaudure superficielle. Ces deux modèles utilisent des données météorologiques en temps réel, ce qui permet d’obtenir un indice de risque avant la récolte et ainsi de mieux planifier les conditions d’entreposage et la mise en marché des pommes.

Chaque année, en septembre, les indices calculés par le logiciel CIPRA pour les désordres mentionnés sont publiés par la Fédération des producteurs de pommes du Québec.

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Laisser un commentaire