Mineuse marbrée

Pour une copie de l'article :
Phyllonorycter blancardella (Fabr.)    Lepidoptera : Gracillariidae
Spotted tentiform leafminer icône feuillesicône feuilles
Chenille (dans les mines) 2–3 générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​Récolte

mineuse marbrée (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

mineuse marbrée (larve)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

mineuse marbrée (dégât)

C (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

mineuse marbrée (dégât)

D (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

mineuse-tache du pommier (adulte)

E (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

Le papillon est petit et beige. Ses ailes sont fortement frangées et ornées de rayures brun doré et blanches (A). Les œufs sont pondus individuellement sur la face inférieure des feuilles. La chenille, jaunâtre et à tête foncée, se loge à l’intérieur de la feuille (B).

Répartition

L’espèce est répandue dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord.

Dégâts

Le pommier est l’hôte privilégié de cette espèce. Durant les trois premiers stades larvaires, la chenille se nourrit des tissus entre les deux épidermes de la feuille, séparant ainsi l’épiderme inférieur des tissus situés au-dessus; la chenille se nourrit de sève dans cette mine, qui est visible seulement sur la surface inférieure de la feuille (C). Durant les deux derniers stades larvaires, la chenille se nourrit davantage des tissus de la feuille, et sa mine forme sur la face supérieure une boursouflure ponctuée de taches claires (D), la face inférieure étant grise avec un pincement longitudinal.

Espèces semblables

La mineuse-tache du pommier (Phyllonorycter crataegella Clemens) est presque impossible à distinguer de la mineuse marbrée; toutefois, ses ailes antérieures sont généralement plus petites et moins fortement marquées d’écailles blanches (E). La mineuse-tache du pommier se rencontre le plus souvent en Nouvelle-Angleterre, et ses hôtes sont le pommier, le poirier, le cerisier, le prunier et le cognassier.

Moyens de lutte

Surveiller les populations à l’aide de pièges à phéromone et utiliser un modèle de développement fondé sur les degrés-jours pour déterminer la période de présence de la 2e génération; il n’est normalement pas nécessaire d’appliquer d’insecticides, à moins qu’il y ait plus de 1 ou 2 mines par feuille (vérifier le seuil recommandé pour votre localité). Prélever des échantillons de feuilles et de dards pour vérifier la présence de mines sur la face inférieure des feuilles, de façon à déterminer le temps opportun pour les traitements insecticides. L’utilisation d’insecticides sélectifs fait en sorte que les parasitoïdes peuvent considérablement réduire les populations de chenilles.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.