Pour une copie de l'article :

DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS

État de la situation (Francine Pelletier)

Pour le cultivar McIntosh, les derniers stades observés dans les différentes régions pomicoles sont les suivants :

  • La pleine floraison a été atteinte cette semaine dans la région de Québec.
  • Le stade calice a été atteint cette semaine dans la région des Laurentides et hier 26 mai en Estrie.
  • La nouaison a été atteinte le 25 mai en Montérégie et dans le sud-ouest de Montréal (sites les plus chauds) et aujourd’hui (27 mai) dans la région de Mississquoi.

Selon les prévisions du Réseau, le stade nouaison devrait être atteint le 29 mai dans les Laurentides et le 30 mai en Estrie. Les prévisions indiquent également que le stade calice sera atteint demain 28 mai dans certains secteurs de la région de Québec.

La semaine a été caractérisée par une baisse des températures, avec un épisode de gel observé dans certaines régions dans la nuit du 22 au 23 mai (voir tableau à la fin du communiqué).

Stratégies d’éclaircissage (rappel)

En plus de faciliter le travail des cueilleurs, l’éclaircissage permet de régulariser la récolte année après année et d’assurer un meilleur calibre des fruits. Consultez la fiche 43 du Guide de PFI.

Vous pouvez consulter les prévisions d’ajustement des doses pour l’éclaircissage (bilan glucides) pour Frelighsburg, Saint-Grégoire, Saint-Paul d’Abbotsford, Franklin, Saint-Antoine-de-Tilly et Sainte-Famille en cliquant ici. Merci à Paul-Émile Yelle, agronome, pour les calculs! Si vous êtes près de la frontière, vous pouvez aussi consulter des données pour des endroits comme Chazy, NY ou South Hero, VT, sur le site de NEWA où les mises à jour sont en continu; vous devrez y inscrire la date du débourrement et de la floraison chez vous.

 

INSECTES ET ACARIENS RAVAGEURS

État de la situation (Francine Pelletier)

Charançon de la prune 
Le charançon de la prune a été actif dans plusieurs régions de la province depuis dimanche dernier. Des adultes ont été observés en Montérégie et dans les Laurentides et quelques dégâts sur fruits ont été observés en Montérégie. Selon les prévisions météorologiques actuelles, les nuits du 27 et du 29 mai seront favorables à son activité, selon les régions pomicoles (voir le tableau en fin de communiqué).

photo: Y Morin

Carpocapse de la pomme
Après avoir débuté dans le Sud-ouest de Montréal, la semaine dernière, les premières captures ont été observées cette semaine en Montérégie et dans la région des Laurentides. 

Hoplocampe
De nombreuses captures ont été observées la semaine dernière en Estrie et le seuil d’intervention a été atteint dans la majorité des vergers de la région. Dans les Laurentides, les captures sont très variables d’un verger à l’autre. L’activité de l’hoplocampe est terminée dans le sud-ouest du Québec.

Tordeuse à bandes obliques
Les populations de chenilles sont observées en quantité variable d’un endroit à l’autre et dans quelques vergers, principalement en Montérégie, elle ont dépassé les seuils d’intervention. Les premières chrysalides de tordeuse à bandes obliques ont été observées le 22 mai en Montérégie.

Tétranyques
Des œufs et des formes mobiles de tétranyques rouges ont été observés, notamment en Montérégie, mais le seuil d’intervention contre ce ravageur a été atteint dans quelques blocs de vergers seulement (principalement là où les applications d’huile n’ont pas été faites). Quelques observations de tétranyques à deux points sont rapportées en Montérégie

Tordeuse orientale du pêcher
Le premier papillon de la saison a été capturé au verger pilote du Réseau situé dans le sud-ouest de Montréal

Autres ravageurs
Des adultes de charançon de la pomme ont été capturés par battage en vergers dans la région de l’Estrie. La présence de cet insecte est limitée pour le moment aux blocs de vergers où il n’y a pas de traitement au calice ou aux vergers à régie biologique.

Espèces utiles
Parmi les insectes bénéfiques observés en vergers au cours de la dernière semaine, on note entre autres plusieurs coccinelles et larves de syrphes ainsi que quelques acariens prédateurs (agistèmes et phytoséides), larves de punaises à molène et abeilles sauvages.

 

Stratégies d’intervention (cliquez sur les liens pour les détails)

Ce qui suit est d’ordre général. Pour des informations détaillées sur les produits utilisables, consultez l’affiche Production fruitière intégrée 2015 et cliquez sur les liens SAgE lorsque disponibles.

Charançon de la prune

Ne vous laissez pas surprendre par cet insecte. Deux nuits favorables à la ponte sont prévue au cours de la prochaine semaine dans la plupart des régions pomicoles. Suivez ainsi l’activité de cet insecte au cours des prochains jours:

  • commencez le dépistage à la nouaison: la seule méthode vraiment fiable pour le dépistage consiste à examiner les jeunes fruits afin de détecter les marques de ponte fraîche en forme de demi-lune ou de croissant (fiche 65 du Guide de PFI).
  • consultez le rapport des prévisions des modèles sur le site Web du Réseau-pommier pour suivre les « nuits favorables » pour l’activité du charançon (et donc pour les traitements). Un astérisque (“*”) marque les nuits favorables identifiées en fonction de prévisions météo disponibles.
  • La stratégie de lutte est détaillée à la fiche 72 du Guide de PFI. Des traitements de bordure peuvent être utilisés en remplacement de traitements complets dans certaines situations, comme à la suite d’un premier traitement complet.

Carpocapse (rappel)

Les populations bien établies peuvent être difficiles à contrôler, car les œufs éclosent sur une longue période et le développement de résistance aux insecticides a été démontré au Québec.  Il n’existe pas non plus de consensus parfait, au Québec comme ailleurs, sur les stratégies et les seuils d’intervention à utiliser. L’approche générale est décrite à la fiche 76 du Guide de PFI.

  • Dans le cas d’une application visant les œufs, il faut intervenir avant le début de l’éclosion des œufs qui survient approximativement lorsque 20 % des papillons ont émergé. Les prévisions du Réseau pour ce stade critique sont indiquées dans le tableau à la fin de ce communiqué (dans environ une semaine dans les sites chauds de la Montérégie) .
  • Dans le cas d’une application visant les jeunes chenilles, il faut intervenir au pic d’éclosion des œufs, qui se situe de 5 à 10 jours après le maximum de captures d’adultes de carpocapse dans les pièges. Les prévisions du Réseau pour ce stade critique sont indiquées dans le tableau à la fin de ce communiqué (la 4e semaine de juin dans les sites chauds de la Montérégie).
  • Le modèle d’Agropomme reproduit ci-après avec permission montre que pour Saint-Bruno, le début des éclosions (barres vertes) est prévu le 6 juin et le pic d’éclosion autour du 29 juin, ce qui correspond aussi aux prévisions du Réseau.

carpoagropomme1
(cliquez pour agrandir)

RÉSEAU 2015 DE DÉPISTAGE DE LA PUNAISE MARBRÉE

État de la situation

Le MAPAQ, en collaboration avec l’IRDA, l’IQDHO et le CÉROM, poursuit cette année les opérations du réseau de surveillance de la punaise marbrée (Halyomorpha halys,  Brown marmorated stink bug) dans les cultures suivantes: pommes, horticulture ornementale et grandes cultures. À ce réseau québécois s’ajoutera un réseau canadien qui sera en opération au Québec et dans les maritimes, afin de détecter la présence éventuelle de l’insecte dans les milieux agricoles, urbains, ruraux, récréatifs et naturels.

La punaise marbrée est un insecte ravageur originaire d’Asie, observé pour la première fois en Amérique du Nord en 2001 (en Pennsylvanie), et dont la distribution s’étend graduellement depuis. Il est maintenant présent dans une quarantaine d’états américains (incluant les états limitrophes au Québec) de même qu’en Ontario.

L’insecte se nourrit de plusieurs plantes cultivées et ornementales (pomme, poire, framboise, mûre, haricot, tomate, maïs sucré, poivron, soya, érable, orme, lilas, hibiscus, etc.), possède une grande résistance aux insecticides, et aime passer l’hiver dans les habitations.

photo MAPAQ

photo MAPAQ

Stratégie d’intervention (cliquez sur les liens pour plus d’informations).

Aucune intervention de lutte n’est actuellement requise ni envisageable au Québec contre cet insecte. Bien que la punaise marbrée fasse parfois l’objet de reportages spectaculaires aux USA, elle est présente depuis 5 ans en Ontario sans avoir nécessité d’intervention en milieu agricole.

La punaise marbrée (à gauche ci-après) peut être confondue avec les autres “punaises à bouclier” qui sont fréquemment rencontrées en verger. Les autres espèces sont soit prédatrices, soit phytophages mais dans le dernier cas leurs dégâts peuvent généralement être évités par une bonne répression des mauvaises herbes sur le rang (spécialement les légumineuses).

idPM

Si vous avez des indications quant à la présence d’une telle punaise dans votre verger, acheminez un spécimen pour identification au Laboratoire de diagnostic du MAPAQ ou parlez-en à votre conseiller pomicole. Pour plus d’informations, consultez le bulletin d’information sur la punaise marbrée, préparé par le Laboratoire.

 

SOIGNEZ VOS EMPLOYÉS BÉNÉVOLES

Plusieurs espèces utiles d’insectes et d’acariens travaillent gratuitement pour vous à abaisser les populations de ravageurs dans votre verger:

  • Plusieurs s’attaquent aux acariens : acariens prédateurs, punaises translucides et punaises de la molène (fiche 96 du guide de PFI).
  • Certains insectes sont d’excellents consommateurs de pucerons : coccinelles, cécidomyies et syrphes (fiche 97 du guide de PFI)..
  • Certains parasitoïdes (fiche 98 du guide de PFI), sont de véritables spécialistes qui s’attaquent et répriment efficacement soit la mineuse marbrée, soit les pucerons verts ou lanigères, selon les espèces. D’autres sont spécialisés pour localiser et tuer les larves de la TBO. L’activité de ces parasitoïdes peut être spectaculaire. Par exemple, il n’est pas rare d’observer des taux de parasitisme de 75 % chez les mineuses, dans les vergers commerciaux du Québec qui pratiquent la PFI.

Plusieurs de ces espèces utiles sont toutefois très sensibles à l’application des pesticides. Le choix de ces produits est donc crucial si vous voulez favoriser leur présence. En les protégeant, vous bénéficierez ainsi de leur activité qui pourra vous faire épargner des traitements supplémentaires au cours de l’été. Consultez l’affiche “Production fruitière intégrée 2015, ou le tableau de la fiche 95 du guide de PFI pour choisir le bon produit et éviter de les décimer… faites-en plutôt l’élevage!

 

APPORTS EN CALCIUM

Le calcium contribue à la fermeté des fruits tout en réduisant l’apparition du point amer et du brunissement. Les pulvérisations de calcium (autres que le nitrate de calcium) devraient commencer au plus tard deux semaines après la chute des pétales. Les applications de nitrate de calcium, quant à elles, ne sont plus recommandées à partir de la mi-juin pour éviter tout risque de phytotoxicité sur le feuillage et sur les fruits. Pour plus d’information sur les produits et les doses recommandés, consultez le Guide des traitements foliaires du pommier 2014-2015.

 

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 26 MAI 
(Francine Pelletier)

Le tableau qui suit est un sommaire des observations et prévisions pour les principales régions du Québec, compilé à partir des données prises dans les vergers pilotes et des rapports des observateurs du Réseau.

t6(cliquez pour agrandir)

Comment lire ce tableau :

Sites : Les vergers pilotes considérés pour ce tableau sont: Québec (Sainte-Famille et Saint-Antoine-de-Tilly), Estrie (Compton), Montérégie (Rougemont, Mont-Saint-Grégoire, Saint-Paul, Saint-Hilaire, Saint-Bruno et Sainte-Cécile), Missisquoi (Dunham et Frelighsburg), Sud-ouest (Franklin et Hemmingford) et Laurentides (Oka et Saint-Joseph).

Prévisions : Les prévisions pour les ravageurs sont basées sur les modèles du Réseau, et les prévisions météo d’Environnement Canada des 7 prochains jours. Les normales sont utilisées pour compléter les prévisions. La date indiquée représente la plus hâtive des prévisions obtenues pour la région. Les prévisions ne doivent pas remplacer l’observation et le dépistage de votre verger!

Observations : informations rapportées par les observateurs du Réseau. La date indiquée représente la plus hâtive des observations rapportées pour la région.

Captures dans le verger du Réseau-pommier : captures moyennes par piège des 7 derniers jours, dans le bloc de pommiers sous gestion PFI du Réseau à Saint-Bruno.

Degrés-jours : Les degrés-jours base 5 °C sont cumulés depuis le 1er mars. La méthode Baskerville est utilisée par les modèles prévisionnels du Réseau en raison de sa plus grande précision, mais nécessite l’emploi d’outils informatiques (ex. : Cipra). La méthode standard nécessite uniquement de connaître la température maximale et la température minimale de chaque jour. Les deux méthodes ne sont pas interchangeables! Le débourrement du pommier, par exemple, correspond à 65 DJ5 « standards », mais à 79 DJ5 « Baskerville ».

Météo : Les données météo sont validées par Solutions Mesonet. Les DJ et les précipitations rapportées représentent la moyenne des valeurs obtenues pour tous les sites d’une région. Les flèches représentent l’écart à la normale pour cette région : ↑ = au-dessus de la normale; ↓ = au-dessous; ↔ = semblable.

 

POUR EN SAVOIR PLUS (cliquez sur les liens pour être redirigé)

Répondeurs téléphoniques du MAPAQ

  • Montérégie : 1 888 799-9599
  • Estrie : 1 800 363-7461 ou 819 820-3001, poste 2
  • Québec : 418 643-0033, poste 4
  • Laurentides : 450 971-5110, poste 6556

Plateforme PFI

Guide de PFI, Guide d’identification, prévisions et modèles, forum de discussion et accès prioritaire aux avertissements du RAP et à des messages supplémentaires des avertisseurs. Un abonnement est nécessaire (rabais de 60 % aux producteurs grâce au code promotionnel fourni par leur Fédération).

Prévisions et observations en temps réel dans les vergers

Cette information est mise à jour une fois l’heure pour la tavelure et deux fois par jour pour les stades phénologiques du pommier, les insectes et les acariens. Les sommaires météorologiques sont mis à jour une fois par jour et les prévisions météo trois fois par jour.

sagePour plus de détails sur les différents usages des pesticides agricoles et sur les risques qu’ils représentent pour la santé et l’environnement, vous êtes invité à consulter SAgE pesticides (www.sagepesticides.qc.ca).

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire