Le bicarbonate et RIMpro

Pour une copie de l'article :

Le bicarbonate de potassium est homologué au Canada depuis 2017 pour lutter contre la tavelure du pommier. Ce produit admissible en production biologique a un impact environnemental négligeable et est peu couteux. Cependant, son efficacité est tributaire du moment de l’application. Les traitements à intervalles réguliers de bicarbonate (B2K) ne sont pas efficaces et il faut donc bien cibler le moment des interventions. Quand les traitements sont appliqués au bon moment, les résultats sont excellents.

Facteurs de réussite:

  • Capacité technique et logistique pour intervenir au bon moment et traiter les blocs visés en moins de 12 heures (variable selon la température, à titre indicatif seulement)
  • Vergers exempts de taches. Les vergers fréquemment tavelés témoignent de différentes problèmes qu’il faut régler AVANT de s’aventurer avec le B2K. Le bicarbonate n’est pas aussi efficace que les fongicides classiques qui peuvent compenser en partie pour des problèmes de taille, de pulvérisation, etc.

Quoi traiter? Deux formulations de bicarbonate sont disponibles :

  • Le bicarbonate « 100% » (COOP Deux-Montagnes) peut être utilisé seul, mais cette approche est plus risquée que le mélange à parts égales de bicarbonate + soufre. Le mélange de bicarbonate et de soufre (Kumulus, Microthiol, poudre mouillable) est très souvent plus efficace que le bicarbonate seul et permet une plus grande marge de manœuvre au moment de traiter. Le bicarbonate « seul » est rarement recommandé en Europe. Le mélange avec le soufre n’est pas inscrit sur l’étiquette, mais il est autorisé par les autorités règlementaires. Aucun autre mélange n’est recommandé en raison du pH élevé du bicarbonate.
  • Le Sirocco (85% bicarbonate, AEF) (bicarbonate formulé) est efficace seul, sans mélange. Les adjuvants intégrés à la formulation suffisent.

Dose?

  • Le bicarbonate « 100% » est homologué à 4 kg/ha. Les tests de l’IRDA ont démontré que les traitements à dose moindre pouvaient mener à une augmentation du nombre de taches de tavelure. Les traitements à dose inférieure seront efficaces sur de très petits arbres, mais la dose homologuée est vraiment à la limite inférieure d’efficacité pour les gros arbres et ne laisse aucune marge de manoeuvre. Nous recommandons fortement de ne pas ajuster à la baisse cette dose sur des arbres semi nains ou standards. Aucun test n’a été effectué en faisant varier la dose de soufre. La recommandation standard est donc de 4 kg/ha de bicarbonate + 4 kg de soufre.
  • Le Sirocco est homologué à 5.6kg/ha, soit environ 4.8 kg de bicarbonate. Encore une fois, cette dose ne laisse pas beaucoup de place pour des ajustements à la baisse. Toutefois, l’étiquette précise que des applications avec aussi peu que 2.4 kg/ha sont possibles lorsque la pression de la maladie est faible*.

Volume de bouillie?

Les tests de l’IRDA et en Europe ont démontré que le volume de bouillie n’est pas un facteur déterminant pour l’efficacité du bicarbonate. Le bicarbonate est utilisé avec succès avec des pulvérisateurs « conventionnels » avec 200 L/ha, 500 L/ha, 1000 L/ha. Si les conditions d’application sont respectées  et que la couverture est bonne rien ne justifie d’augmenter le volume de bouillie.

Conditions d’application?

  • Lorsque le bicarbonate 100% est utilisé SEUL (sans soufre), les traitements sur du feuillage mouillé sont en théorie plus efficaces que sur le feuillage sec. La raison est physique: Comme le bicarbonate seul est peu efficace, chaque gouttelette concentrée de produit a un rayon d’action sur la feuille très restreint. Le film d’eau sur les feuilles mouillées permet aux gouttelettes en provenance du pulvérisateur d’être dissoutes et d’atteindre une plus grande surface. Il est très difficile de réussir la même distribution sur du feuillage sec avec un pulvérisateur, à moins de « peinturer » le feuillage, ce qui requière de 1000 à 3000 L/ha selon la dimension des arbres. Les pulvérisateurs à jet porté ne sont pas conçus pour ça. L’effet de distribution est maximal quand les feuilles sont bien mouillées. À mesure que les feuilles sèchent, la distribution du B2K diminue et l’efficacité baisse. Dans les tests de l’IRDA, le mélange B2K et soufre ne semblait pas affecté par le séchage. Il est possible que l’efficacité du soufre compense pour les lacunes du bicarbonate sur le feuillage sec.
  • Les traitements sous la pluie sont efficaces mais risqués: D’une part, les traitements doivent absolument être réalisés après l’arrivée des spores sur la feuille. La pluie lessive le bicarbonate très rapidement et le traitement n’aura donc aucune efficacité sur les spores qui arrivent sur les feuilles après le traitement. De plus, le temps de contact entre le bicarbonate et les spores germées est très court pendant la pluie et le bicarbonate n’a pas toujours le temps de tuer les spores avant d’être lessivé. Finalement, le bicarbonate n’est pas très efficace sur les spores qui n’ont pas commencé à germer. Ce problème n’est pas rencontré avec les traitements de « germination » réalisés avec le soufre ou le Captan parce que ces produits « anti-germinatifs » tuent les spores très rapidement. Le bicarbonate seul n’est pas un antigerminatif efficace. L’étiquette mentionne d’arrêter les traitements lorsque l’intensité de la pluie dépasse 3 mm/h. À notre connaissance, cette recommandation n’est pas appuyée par des données. Les pluies d’une intensité supérieure à 1 mm par heure (10 000 L/ha et par heure) entrainent probablement un lessivage trop rapide pour permettre un bon temps de contact entre le bicarbonate et les spores.
  • En résumé: le bicarbonate seul devrait être appliqué après les éjections sur du feuillage encore mouillé, mais de préférence après la pluie. Les applications du mélange de bicarbonate + soufre devraient être faites en visant les mêmes conditions, mais seront beaucoup moins affectées par le séchage du feuillage ou à l’inverse par une pluie plus intense
  • Selon l’étiquette, la formulation Sirocco doit être appliquée après la pluie.

Période d’efficacité:

Le bicarbonate appliqué seul ou formulé est efficace pour tuer les spores déjà germées jusqu’à environ 250 DH (ex: 25h à 10°C) après le début de l’infection. Les spores en germination correspondent au nuage blanc de RIMpro. L’infection débute dans RIMpro au moment où la ligne rouge apparait. La limite de 250 DH pour les traitements avec le bicarbonate n’est pas précisément indiquée dans RIMpro, mais arrive à peu près au moment où la ligne rouge qui monte, croise le nuage blanc qui diminue. Il n’est pas nécessaire de calculer manuellement cette période. Le graphique de RIMpro est visuel et la période propice au bicarbonate est relativement facile à repérer une fois qu’on a compris le principe.

Visuellement, le bicarbonate devrait donc être appliqué entre le pic du nuage blanc et le moment où le nuage blanc croise la ligne rouge (voir l’illustration). Le mélange de bicarbonate + soufre ou le Sirocco devraient être appliqués dans la même fenêtre pour atteindre le maximum d’efficacité mais seront encore partiellement efficaces jusqu’à 300-400 DH après le début de l’infection. L’accumulation de 300 DH après l’infection correspond au pic du nuage orange de RIMpro. Quand la zone orange commence à baisser, c’est signe que les spores échappent graduellement à l’effet du bicarbonate et qu’un autre produit est nécessaire. Voir la fiche sur les traitements en post infection.

Les calculs présentés sur l’étiquette du bicarbonate « 100% » prennent comme référence le début de la pluie. Ce mode de calcul est différent de RIMpro et la correspondance des chiffres n’est pas toujours facile à faire. Il est préférable de suivre un modèle que les recommandations de l’étiquette.

Renouvellement des traitements

Le bicarbonate 100% utilisé SEUL n’a aucune « rémanence », il disparait rapidement dès que la pluie recommence. Il est donc important de bien cibler les traitements pour tuer un maximum de spores lors de l’application. Contrairement aux recommandations de l’étiquette qui suggère de renouveler le traitement à chaque fois que 140 DH sont accumulés pendant une pluie (à chaque 10 heures à 14°C), nous vous suggérons d’éviter de multiplier les passages au verger et suivre l’éjection des spores prédites par RIMpro. Comme les éjections la nuit sont marginales, le bicarbonate n’est pas habituellement appliqué plus qu’une fois par jour.

Dans l’illustration, deux infections sont représentées. La première infection (faible) a été réprimée par un traitement en protection (grosse flèche bleu), mais ce traitement a été lessivé avant la deuxième infection. Pour la deuxième infection, la fenêtre optimale de traitement du bicarbonate 100% (rectangle mauve encadré) a lieu entre 21h et 3h le lendemain (approx.), soit après les éjections (jaune) et avant d’atteindre 250 DH d’infection. Le mélange de bicarbonate avec soufre (ou le bicarbonate formulé) peut être appliqué à n’importe quel moment pendant la période mauve, soit jusqu’à midi environ. Dans cet exemple, le feuillage est resté mouillé durant toute la période (zone en bleu au dessus des dates)

Fenêtre d’intervention pour les traitements avec du bicarbonate de potassium

 

 

 

 

 

 

 

 

Les travaux sur le bicarbonate ont été rendus possibles grâce à un appui financier du programme Prime-Vert, sous-volet 11.1- Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture avec une aide financière du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Les rapports en lien avec ce projet sont disponibles en ligne:

http://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Agroenvironnement/AD09_Rapport.pdf

*Caveat emptor

2 réflexions sur « Le bicarbonate et RIMpro »

  1. Le club Agropomme et l’IRDA ont travaillé fort pour que le bicarbonate soit adopté en pomiculture. Le B2K n’est pas « simple » à utiliser, mais les bénéfices sont intéressants. Je pense qu’il est important de bien comprendre les limites du produit pour bien en profiter. Un beau produit efficace, sécuritaire et sans impact sur l’environnement; ce serait dommage de le voir mal utilisé.

Laisser un commentaire