Pour une copie de l'article :

Ce vieux proverbe attribué au statisticien George Box doit nous guider dans l’interprétation des prévisions faites en phytoprotection. Les limites de certains modèles (forces et faiblesses) sont bien connues. Dans le cas du feu bactérien, on sait que les modèles (Cougar, Maryblyt, RIMpro) ont tendance à surestimer les risques en général. La raison principale est que les modèles ne peuvent pas savoir si la bactérie est présente à proximité ou dans votre verger. Le modèle RIMpro utilisé par le réseau pommier fait en moyenne moins d’erreurs que Cougar ou Maryblyt, mais est loin d’être parfait. Par exemple, la première date d’infection prédite par RIMpro est quasiment toujours exagérée. C’est probablement encore le cas cette année. La raison est connue: le modèle prédit la contamination de “fleur en fleur” un peu vite par rapport à la réalité. Les différentes solutions envisagées ne sont pas assez fiables pour l’instant et on doit vivre avec cette “ambiguïté”. Le modèle Cougar évite ce problème, mais en provoque d’autres.

Dans les vergers avec un historique plus ancien de feu bactérien, il serait très étonnant que l’infection prédite le 16 mai (fleurs écloses le 12 mai) soit vraiment problématique. Comme toujours dans les décisions de traitement, les modèles peuvent servir de guide mais n’ont pas la vérité absolue.

Un traitement préventif à base de levure (Blossom Protect) appliqué entre 24 et 48 heures avant l’infection protège toutes les fleurs ouvertes au moment du traitement. Un traitement bactéricide (Streptomycine) sera efficace jusqu’à 24 h après l’infection.

Est-ce que ces traitements sont vraiment nécessaires cette année? Probablement pas, à moins que la floraison tardive soit sévèrement infectée (fleurs écloses à partir de maintenant)

Dans les vergers où aucun traitement n’est fait durant la floraison et où des symptômes apparaissent, il est possible de fortement freiner la propagation de la maladie en débutant des traitements de Apogee/Kudos DÈS l’apparition des symptômes (avant qu’ils virent bruns). Le feu bactérien ne doit pas être géré seulement avec cette bouée de secours, mais cette approche peut être utile dans où une légère infection florale a lieu.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire