DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS 
(G. Chouinard)

Le stade débourrement (cv. McIntosh) sera atteint le 21 avril dans les sites les plus chauds du sud-ouest du Québec, mais jusqu’à une semaine plus tard dans les autres vergers de la Montérégie. Les prévisions pointent vers les derniers jours d’avril pour l’atteinte de ce stade en Estrie et dans la région de Deux-Montagnes, et une semaine plus tard dans la région de Québec. Le sommaire hebdomadaire sera disponible à partir de la semaine prochaine.

LES ASCOSPORES SONT PRÊTES, ET VOUS?
(V. Philion)

Les premières spores de la tavelure du pommier (ascospores) sont arrivées à maturité et certaines sont prêtes à l’éjection depuis environ le 9 avril. Les spores sont donc très en avance sur le débourrement encore cette année. Les traitements fongicides ne sont pas utiles avant l’apparition des premières feuilles (stade débourrement). Toutefois, il s’agit actuellement d’un bon moment pour finaliser la préparation de votre pulvérisateur. Ne planifiez pas en fonction de « sauter » le premier traitement de l’année, surtout dans les vergers avec un historique de problèmes.

Pour la destruction des spores par le broyage de la litière et l’application d’urée en complémentarité, consultez ce billet publié le 14 avril.

NOUVEAUTÉ : CAPSULES VIDÉOS POMICOLES 
(G. Chouinard)

Tout nouveau tout chaud! L’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) annonce la sortie d’une série de courtes capsules qui démystifient chacune une pratique à moindre risque qui gagne à être connue. Présentées par des producteurs de chez nous et des conseillers connus du milieu, ces pratiques portent sur les sujets suivants : la pulvérisation optimisée, le bicarbonate et le broyage de feuilles contre la tavelure, l’exclusion, le désherbage mécanique et la lutte attracticide contre la mouche de la pomme. Ces pratiques sont utilisées dans les vergers-vitrines depuis quatre ans. Pour en savoir plus, suivez ce lien. Et pour les voir en action dans un verger-vitrine, continuez à lire!

 

EN POMICULTURE, C’EST EN 2022 QUE ÇA SE PASSE
(G. Chouinard)
Les producteurs de pommes du Québec ont été à l’avant-garde dans le développement de nombreuses innovations agricoles, et ce, depuis longtemps. Cela ne risque pas de changer au cours des trois prochaines années, car deux projets d’envergure viennent de recevoir un appui financier du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) dans le cadre du Plan d’agriculture durable du gouvernement du Québec. D’une part, le programme de production fruitière intégrée (PFI) développé au début des années 2000 sera évalué et révisé, et de nouveaux outils seront développés afin de poursuivre son implantation auprès des producteurs. D’autre part, de nouveaux « vergers-vitrines » seront implantés dans les régions pomicoles et une caravane de l’innovation sillonnera la province afin de faire connaître au plus grand nombre les pratiques de régie à moindre risque pour la pomiculture.
Surveillez votre courrier prochainement afin de ne pas rater la programmation estivale des nombreuses journées de démonstration et de formation qui seront offertes dans un verger près de chez vous. Et surtout, soyez présent, car si la pandémie ne revient pas chambouler les plans, « c’est en 2022 que ça se passe! » .

 

ACTUALITÉS PESTICIDES : QUELQUES RAPPELS
L’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) réévalue maintenant les pesticides utilisables en arboriculture fruitière (et dans les autres cultures), sur une base régulière. Voici un rappel des plus importants changements pour 2022 :

IMIDAN (phosmet) : 2022 est la dernière année avant l’entrée en vigueur complète de plusieurs nouvelles restrictions. La plus contraignante est l’interdiction de faire de l’éclaircissage manuel si le verger a reçu une application de ce produit. Le délai avant récolte a aussi été revu, de même que la quantité et le nombre maximum d’applications permises par saison. Si toutefois le fabricant a déjà commencé à distribuer des contenants portant la nouvelle étiquette, sachez que vous pouvez toujours vous conformer à l’étiquette précédente (sans ces nouvelles restrictions) si vous l’avez en main. En 2023, les restrictions s’appliqueront, peu importe que vous ayez ou non la vieille étiquette en main.

POLYRAM (métirame) : ce produit a perdu son homologation en 2021 et ne peut maintenant plus être utilisé, que vous ayez ou non la vieille étiquette en main.

DITHANE, MANZATE, PENNCOZEB (mancozèbe) : 2022 est la dernière année avant l’entrée en vigueur complète de plusieurs nouvelles restrictions. La plus contraignante est le nombre maximum d’applications qui sera instauré (quatre par année, avec un délai avant récolte de 77 jours). Si toutefois le fabricant a déjà commencé à distribuer des contenants portant la nouvelle étiquette, sachez que vous pouvez toujours vous conformer à l’étiquette précédente (sans ces nouvelles restrictions) si vous l’avez en main. En 2023, les restrictions s’appliqueront, peu importe que vous ayez ou non la vieille étiquette en main.

 

CARPOCAPSE : LA CONFUSION SEXUELLE TOUJOURS DANS L’AIR
(A. Charbonneau)
Plus de 2 000 hectares au Québec sous confusion sexuelle contre le carpocapse; joignez-vous grâce à l’aide financière du MAPAQ! Les frais d’achat des diffuseurs et des pièges Delta sont subventionnés à 70 % par le volet 1 du Programme Prime-Vert. Une aide financière de 90 % est possible pour les entreprises qui répondent à l’un des trois critères suivants : 1) l’intervention est liée à un projet d’approche de mobilisation collective reconnue par le Ministère; 2) un ou des producteurs de l’entreprise agricole sont de la relève agricole; 3) l’entreprise détient une précertification ou une certification biologique pour son verger ou un cahier des charges en matière de production durable reconnu par le MAPAQ. Le Programme permet une aide financière maximale de 12 000 $/année par exploitation agricole. Consultez les détails ici ou parlez-en à votre conseiller pomicole.

L’utilisation de la confusion sexuelle pour lutter contre le carpocapse de la pomme permet de réduire le nombre d’applications d’insecticides dans les vergers ainsi que les risques pour l’environnement et la santé. Dès la deuxième année d’utilisation de la confusion sexuelle, la diminution du nombre d’applications d’insecticides visant le carpocapse de la pomme et les risques qui y sont associés diminuent de plus de 50 %. Au Québec, en 2021, 164 entreprises pomicoles ont utilisé la confusion sexuelle sur plus de 2 005 hectares de vergers, ce qui représente 40 % des entreprises pomicoles et 46 % de la surface en production de pommes du Québec.

Pour obtenir plus d’information sur la méthode de la confusion sexuelle contre le carpocapse de la pomme, consultez les fiches suivantes : Principes de base et aide financière disponible, Calcul du patron d’installation des diffuseursInstallation des diffuseurs (ISOMATE®-CM/OFM TT), Observation hebdomadaire et traitement insecticide et Comment fabriquer soi-même les outils nécessaires à la pose des diffuseurs et des pièges.

Ne manquez pas cette belle occasion de réduire votre utilisation d’insecticides et de protéger l’environnement et la santé! Commandez dès maintenant vos diffuseurs à phéromone pour lutter contre le carpocapse de la pomme!

 

L’AFFICHE 2022 « PRODUCTION FRUITIÈRE INTÉGRÉE » EST ARRIVÉE
(G. Chouinard)

La version 2022 de l’affiche Production fruitière intégrée a été distribuée à tous les producteurs membres à la fin mars, par un envoi postal des Producteurs de pommes du Québec. Vous ne l’avez pas reçue? Elle est téléchargeable gratuitement sur Internet.

WEBINAIRES DU RÉSEAU-POMMIER

Les 21 février et 15 mars derniers, le Réseau-pommier a présenté des conférences de formation et d’information sur les sujets suivants :

  • Code de gestion des pesticides (l’article 52 en détail)
  • Les vergers-vitrines : portrait de quatre années de régie à moindre risque
  • Le Guide d’implantation d’un verger de pommiers et le fichier Profitabilité
  • Portrait de la consommation de pommes et outils de développement pour le Québec
  • Produits phytosanitaires dans la pomme : revue des récentes décisions de l’ARLA
  • Paillis organiques pour les vergers
  • Comment utiliser la base de données du RECUPOM.
Vous n’avez pas pu assister à un des webinaires de cet hiver? Vous pouvez consulter le matériel présenté (sur Agriréseau) ou en regarder certains en différé (sur la chaîne Youtube de l’IRDA).

QUATRE OUTILS POUR BIEN GÉRER VOS PESTICIDES DANS TOUTE SITUATION

  1. Pour une information axée « pomiculture » : le Guide de référence en production fruitière intégrée (Guide de PFI) contient plusieurs fiches d’information sur les pesticides et des stratégies d’intervention.
  2. Pour une information axée « pesticides » : le site Web SAgE pesticides maintient à jour toute l’information officielle sur les produits utilisables au Québec, incluant les hyperliens vers les étiquettes. Il contient également une section « PFI » qui présente les cotes d’efficacité des pesticides contre les ravageurs et leur toxicité envers les espèces utiles.
  3. Pour une affiche-couleur grand format : l’affiche « Production fruitière intégrée 2022 » présente les principales recommandations du Comité de PFI et la classification PFI, ainsi que les cotes de toxicité et d’efficacité des pesticides (voir la section précédente pour les détails).
  4. Pour un registre d’utilisation de pesticides tenu à jour sans douleur : essayez le registre gratuit en ligne IRPeQ-Express de SAgE pesticides (liste de pesticides préétablie, calculs automatisés, sauvegarde pour vos différents blocs, etc.).

POUR PLUS D’INFORMATION

MESSAGES TÉLÉPHONIQUES DES CONSEILLERS DU MAPAQ (“RÉPONDEURS”) :

  • Montérégie-Est et Montérégie-Ouest : 1 888 799-9599
  • Laurentides : pas de répondeur, messages sur Internet seulement
  • Estrie : 819 820-3001, poste 2
  • Québec et Chaudière-Appalaches : 418 643-0033, poste 4

La version écrite des messages téléphoniques est aussi disponible pour la plupart des régions sur Agri-Réseau. Choisissez une des régions qui apparaissent au haut de la page d’accueil de la section Arbres fruitiers.

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire