Noctuelle des cerises

Pour une copie de l'article :
Grapholita packardi Zeller    Lepidoptera : Tortricidae
Cherry fruitworm icône cerises
Larve 1 génération sur les cerisiers, 2–3 sur les pommiers
Bouton blanc Floraison Calice Début été Mi-été Fin été

noctuelle des cerises (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

noctuelle des cerises (larve et dégât)

B (photo : Philip E. Marucci Center for Blueberry and Cranberry Research and Extension)
Caractéristiques

L’adulte est un petit papillon gris brunâtre avec une bande médiane grise sur les ailes antérieures et une tache foncée à la base des ailes postérieures (A). La chenille est gris blanchâtre avec la tête noire au début, puis devient teintée de rose avec la tête havane brunâtre (B). Elle est pourvue d’un peigne anal.

Répartition

L’espèce est présente dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord.

Dégâts

L’espèce s’attaque au cerisier, au pommier et au pêcher. Peu après l’éclosion, la chenille creuse en s’alimentant de petites galeries brunes dans le fruit. Lorsqu’elle se nourrit sur une grande superficie, elle cause l’apparition de zones enfoncées, rugueuses et brunâtres à la surface du fruit. Dans le cas des cerises, la chenille dévore entièrement la chair autour du noyau. Chaque chenille peut endommager plus d’un fruit.

Espèces semblables

L’adulte de la noctuelle des cerises ressemble à ceux de la tordeuse orientale du pêcher (Grapholita molesta) et du petit carpocapse de la pomme (Grapholita prunivora), qui appartiennent au même genre. Toutefois, le petit carpocapse de la pomme ne présente pas de bande médiane grise sur les ailes antérieures, et la tordeuse orientale du pêcher a des taches orange et bleutées mélangées avec du gris; en outre, ces deux espèces ne présentent pas de tache foncée à la base des ailes postérieures. Il est plus difficile de distinguer les chenilles de ces trois espèces; toutefois, comparativement aux deux autres espèces, la chenille de la noctuelle des cerises possède sur les deux derniers segments abdominaux des plaques dorsales plus grosses et plus proéminentes qui présentent chacune plusieurs soies (poils).

Moyens de lutte

L’application d’insecticides une ou deux fois après la chute des pétales peut constituer un moyen de lutte efficace.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.