Petit carpocapse de la pomme

Pour une copie de l'article :
Grapholita prunivora (Walsh)    Lepidoptera : Tortricidae
Lesser appleworm icône pommesicône pommesicône feuilles
Larve 2 générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​récolte

petit carpocapse de la pomme (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

petit carpocapse de la pomme (larve)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

petit carpocapse de la pomme (dégât)

C (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

petit carpocapse de la pomme (dégât d'automne)

D (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

L’adulte est un petit papillon gris; ses ailes sont ornées de petites bandes ou plaques orange bien visibles. Certains jeunes papillons présentent un peu de bleu sur les ailes (A). La chenille est blanc rosâtre avec la tête foncée et possède un peigne anal (B).

Répartition

L’espèce est présente dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord.

Dégâts

L’espèce s’attaque au pommier, au prunier et au cerisier. La chenille creuse de vastes galeries à faible profondeur sous la peau du fruit (accompagnées de déjections rougeâtres caractéristiques) (C). Elle peut creuser plus profondément dans le fruit au fur et à mesure de son développement, mais elle ne pénètre pas dans le cœur. Les dommages causés en automne se limitent souvent à l’extrémité apicale du fruit (D). Les dommages causés par le petit carpocapse de la pomme peuvent être confondus avec ceux de la tordeuse à bandes rouges (Argyrotaenia velutinana), mais cette dernière ne laisse pas de déjections rougeâtres.

Espèces semblables

La chenille du petit carpocapse de la pomme ressemble à celle de la tordeuse orientale du pêcher (Grapholita molesta), qui possède elle aussi un peigne anal mais est un peu plus grosse. La chenille de la noctuelle des cerises (Grapholita packardi) est la plus difficile à différencier de celle du petit carpocapse de la pomme, mais cette espèce ne s’attaque généralement pas au pommier. La chenille du petit carpocapse de la pomme conserve généralement sa couleur rosâtre lorsqu’elle a été bouillie et est conservée dans l’alcool, contrairement à celle des deux autres espèces. Les dommages causés par le carpocapse de la pomme (Cydia pomonella) peuvent être observés simultanément à ceux du petit carpocapse de la pomme, mais cette espèce creuse des galeries jusque dans le cœur du fruit et ne possède pas de peigne anal.

Moyens de lutte

L’espèce cause généralement peu de dommages dans les vergers recevant des traitements insecticides saisonniers, mais la diminution de l’utilisation des insecticides pourrait favoriser une augmentation des problèmes causés. Surveiller la présence et la période de vol de l’espèce au moyen de pièges à phéromone. Les mesures de lutte estivales visant le carpocapse de la pomme et la tordeuse orientale du pêcher peuvent réduire indirectement les populations de l’espèce.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.