Avertissement du 20 mai: nouaison en vue

Pour une copie de l'article :

DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS

État de la situation

Pour le cultivar McIntosh, les derniers stades observés dans les différentes régions pomicoles sont les suivants :

  • Le bouton-rose avancé a été atteint cette semaine dans la région de Québec
  • La pleine floraison a été atteinte le 18 mai dans la région de l’Estrie et le 19 mai dans la région des Laurentides.
  • La plupart des vergers sont au stade calice en Montérégie Est
  • Le stade calice a été atteint le 19 mai dans le Sud-Ouest de Montréal.

Les prévisions du réseau pour ce même cultivar indiquent que le calice sera atteint le 25 mai dans les Laurentides et le 29 mai en Estrie. Le stade pleine floraison devrait être atteint le 24 mai dans certains secteurs de la région de Québec.

Bien que le stade « officiel » de la nouaison ne soit pas prévu sur Macintosh avant le 25 mai en Montérégie (est et ouest), dans ces régions la plupart des cultivars ont déjà des fruits noués (diamètre de 3 à 5 mm en date du 19 mai)

Stratégies d’intervention PFI (extrait d’un bulletin de Paul Émile Yelle, agr.)

Éclaircissage

Le contexte actuel de production de pommes laisse peu de place à l’à-peu-près. Les marges bénéficiaires sont très serrées et il faut porter une grande attention à la récolte afin d’assurer une conservation et un classement supérieurs de ce qui constituera la grosse part de vos revenus. Cette récolte de qualité, c’est à partir de maintenant qu’on la prépare, avec l’éclaircissage.

L’éclaircissage peut être pratiqué à différentes périodes: à la floraison, au calice, à 5-6 mm, à 10-13 mm, à 16-20 mm. En général, l’effet éclaircissant est plus prononcé autour de 10 mm. Mais l’éclaircissage est aussi un art! La réaction d’éclaircissage ne varie pas uniquement en fonction de la dose, mais selon plusieurs autres facteurs, comme :

  • le cultivar, l’âge du pommier, son port;
  • le développement du feuillage et des fruits;
  • la météo lors de l’application (du temps ensoleillé, des températures fraîches et une humidité relative faible réduisent l’effet des produits utilisés pour l’éclaircissage; à l’inverse, des conditions météorologiques nuageuses, chaudes et humides amplifient l’effet)

Bilan glucides et éclaircissage. Les doses suggérées dans le tableau qui suit peuvent ainsi être ajustées en fonction du climat observé au moment de l’éclaircissage ainsi que durant les 5 jours suivants. Un modèle prévisionnel basé sur le bilan glucides peut être utilisé pour préciser cet ajustement.  Visitez régulièrement la page des prévisions et modèles de la plateforme PFI pour consulter les bilans disponibles (merci à Paul Émile Yelle, agr., pour cette initiative).

La fiche 43 du Guide de PFI vous donnera plus d’informations sur le pourquoi, le comment et toutes les autres questions reliées à l’éclaircissage chimique et manuel. C’est un outil essentiel à votre succès.

Principaux produits suggérés pour l’éclaircissage (extrait du Guide de PFI 2015)

Éclaircissants1, 2 Matière active Fenêtre d’utilisation Concentration Dose/ha maximale
FRUITONE N (3,1 PS)3 Acide naphtyl-1-acétlque 5 à 15 mm 5 à 15 ppm4
SEVIN XLR PLUS (42,8 SL)5 Carbaryl (dose PFI) Calice à 12mm 2 L
MAXCEL (1,9 L)6 6-benzyladénine 5 à 15 mm; 20 mm si 2e traitement 75 à 200 ppm4 22 L/an
CILIS PLUS (2,0 L)6 6-benzylaminopurine 5 à 10 mm 50 à 200 ppm4 3.62 L
  1. Produits d’usage plus commun; d’autres produits, le thiosulfate d’ammonium (ATS), Accel et Amid-Thin peuvent être utilisés dans des conditions particulières
  2. La concentration des ingrédients actifs (% ou g/L) et la formulation sont indiquées entre parenthèses. Formulations : L : liquide, PS : poudre soluble, SL : suspension liquide.
  3. Peut s’employer en mélange avec Sevin, mais pas avec Maxcel ni Cilis. De 5 à 20 ppm (5 à 20 g de matière active/1 000 L) selon les cultivars et les conditions d’application. Volume minimal de 500 L/ha jusqu’à un maximum de 1000 L/ha. ATTENTION : 20 ppm est excessif dans la majorité des situations.
  4. 1 ppm = 1 g de matière active/1 000 L d’eau.
  5. Peut être employé en mélange avec un des autres produits du tableau. 1 à 2 L dans 1 000 L d’eau/ha.
  6. Le 6 BA peut contribuer au grossissement des fruits en favorisant la multiplication cellulaire. Pour ce faire, il faut l’utiliser lorsque les fruits sont encore petits. Produit particulièrement approprié pour des cultivars tels Gala ou Empire.

 

CLINIQUE D’ÉCLAIRCISSAGE ET DE DÉSHERBAGE
DANS LA RÉGION DE QUÉBEC 
(Christian Lacroix)

Lundi le 25 mai 13h, Verger de Tilly, 4385 Terrasse des Chênes, St-Antoine-de-Tilly. L’activité est gratuite et se tiendra beau temps, mauvais temps. Aucune inscription nécessaire. Au programme :

1. Clinique d’éclaircissage (Paul-Émile Yelle):

  • Comment les interventions hâtives peuvent améliorer la réussite de votre éclaircissage;
  • Comment ajuster les doses avec le bilan des glucides;
  • Comment évaluer la charge à viser sur chaque arbre;
  • Comment évaluer la nécessité de traiter à nouveau.

2. Démonstration d’équipement:

  • Éclaircissage mécanique avec l’appareil Darwin (Tyler Waller, ProvideAgro);
  • Sarcleur pour désherbage mécanique (Emmanuel Maniadakis, Verger biologique Maniadakis).

INSECTES ET ACARIENS RAVAGEURS

État de la situation (Francine Pelletier)

Tétranyque rouge:
Le début de la ponte par des femelles de tétranyques rouges a été observée en Montérégie mais en général, les observateurs du Réseau rapportent des populations faibles. Les traitements à l’huile semblent avoir bien fonctionné.

Punaise terne:
En général, l’activité des punaises tire à sa fin dans la plupart des régions pomicoles du Québec.

Mineuse marbrée:
Encore peu de captures sont rapportées pour l’instant dans l’ensemble des régions pomicoles.

Hoplocampe des pommes:
Des adultes ont été capturés dans toutes les régions, sauf la région de Québec. Certains vergers ont déjà atteint le seuil d’intervention, principalement dans la région du Sud-Ouest de Montréal mais également en Montérégie et dans les Laurentides.

Tordeuse à bandes obliques:
Observations de chenilles en Montérégie, dans la région de Missisquoi et des Laurentides, en quantités variables d’un endroit à l’autre, incluant quelques blocs où les seuils ont été atteints.

Carpocapse de la pomme:
Une première capture a été enregistrée cette semaine dans le Sud-Ouest de Montréal. Selon les prévisions, les autres régions devraient également enregistrer prochainement leurs premières captures (consultez le tableau en fin de communiqué).

Charançon de la prune:
Un premier adulte a été observé en verger en date du 15 mai dans le Sud-Ouest de Montréal. Bien que des nuits favorables à l’activité du charançon aient été observées durant la fin de semaine dernière, les prévisions météorologiques des prochains jours ne prévoient pas de bonnes conditions pour le charançon avant lundi.

Autres ravageurs:
Apparition en vergers du petit carpocapse, de la cicadelle blanche, du puceron vert et de la cécidomyie du pommier

Espèces utiles:
Différents insectes prédateurs ont été observés, notamment un grand nombre de coccinelles, chrysopes et syrphes. Parmi les prédateurs d’acariens, la présence de plusieurs agistèmes ainsi que de phytoséiides et de punaises à molène a été rapportée.

 

Stratégies d’intervention (cliquez sur les liens pour les détails)

Ce qui suit est d’ordre général. Pour des informations détaillées sur les produits utilisables, consultez l’affiche Production fruitière intégrée 2015 et cliquez sur les liens Sage lorsque disponibles.

Charançon de la prune:

Consultez l’avertissement de la semaine dernière. De plus:

Dépistage et traitements localisés à la suite d’un premier traitement. Il peut arriver, certaines années, que des populations importantes de charançon apparaissent dans les vergers jusqu’à cinq semaines après le stade du calice. Pour cette raison, il est recommandé de dépister vos vergers après le premier traitement pour détecter la réapparition de cet insecte jusqu’à la fin de juin. Le modèle prévisionnel peut vous aider à déterminer si le dépistage est à prévoir! La seule méthode vraiment fiable pour le dépistage consiste à examiner les jeunes fruits dans les secteurs à risque afin de détecter les marques de ponte fraîche en forme de demi-lune ou de croissant. Intervenez au besoin dans les secteurs affectés, si le seuil d’intervention de 1 % de fruits présentant des marques de ponte est dépassé (2 % à partir de la mi-juin).

Propriétés des produits utilisables au calice : Sage.

Carpocapse:

Si cela n’a pas déjà été fait, il est temps d’installer votre ou vos pièges à carpocapse. Le dépistage est une nécessité économique!

La méthode de dépistage est décrite à la fiche 65 du Guide de PFI. Le dépistage visuel des fruits devra débuter à la mi-juin, afin de détecter la présence de dégâts causés par cet insecte ainsi que d’autres « chenilles internes ».

La stratégie de lutte à adopter variera selon la situation. Les insecticides recommandés viseront soit les œufs, soit les larves tout juste sorties des œufs. Il n’existe pas de consensus parfait, au Québec comme ailleurs, sur les seuils d’intervention à utiliser. Pour cette raison, votre historique de dommages sera une donnée essentielle pour estimer le risque. L’approche générale est décrite à la fiche 76 du Guide de PFI. Toutefois, le recours à des modèles prévisionnels et aux services-conseils spécialisés est souvent requis pour les situations problématiques.

Propriétés des produits utilisables à partir de la mi-juin : Sage.

Nous vous informerons des prévisions sur le carpocapse au cours des prochaines semaines.

Tordeuse à bandes obliques:

Il n’est pas trop tard pour intervenir contre les chenilles (si les seuils d’intervention sont atteints) tant que celles-ci n’ont pas commencé à se transformer en chrysalides, ce qui se produit environ une semaine après la chute des pétales (autour de la nouaison).

Si vos pommiers ont atteint le stade nouaison, vous avez la possibilité d’intervenir plus tard en juillet si les populations de la prochaine génération dépassent à nouveau les seuils de traitement (ce qui n’est pas toujours le cas). Consultez la fiche 74 du Guide de PFI pour les détails sur les stratégies de lutte.

Propriétés des produits utilisables au calice : Sage.

Cicadelle blanche du pommier:

Il est temps de commencer le dépistage de cet insecte. La méthode est décrite à la fiche 65 du Guide de PFI. La stratégie de lutte est détaillée à la fiche 75.

N’intervenez pas contre les adultes, qui sont peu sensibles aux insecticides, et rappelez-vous que l’action néfaste des cicadelles se manifeste surtout lorsque leur effet est conjugué à d’autres stress (hydriques, acariens, etc.).

Pucerons:

De tous les pucerons pouvant être présents à cette période de l’année, c’est le puceron rose que l’on doit surveiller le plus. Il peut passer inaperçu en période préflorale, mais causer d’importants dommages si les populations continuent à se développer lors de la formation des pommes.

  • La méthode de dépistage est décrite à la fiche 65 du Guide de PFI, et la stratégie de lutte est détaillée à la fiche 78.
  • Si une intervention est nécessaire, choisissez le produit en fonction des espèces présentes au même moment, de façon à préserver les espèces utiles et réprimer les espèces nuisibles.

Hoplocampe (rappel):

Cessez le dépistage et évitez toute intervention contre l’hoplocampe à partir du stade nouaison. Les prochains jours représentent l’ultime fenêtre de traitement en Montérégie  (la nouaison est prévue pour le 25 mai pour la McIntosh dans les zones les plus hâtives), mais il reste plus de temps dans les autres régions.

Autres espèces:

Consultez l’avertissement de la semaine dernière.

 

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 19 MAI 
(Francine Pelletier)

Le tableau qui suit est un sommaire des observations et prévisions pour les principales régions du Québec, compilé à partir des données prises dans les vergers pilotes et des rapports des observateurs du Réseau.

t5
(cliquez pour agrandir)

Comment lire ce tableau :

Sites : Les vergers pilotes considérés pour ce tableau sont: Québec (Sainte-Famille et Saint-Antoine-de-Tilly), Estrie (Compton), Montérégie (Rougemont, Mont-Saint-Grégoire, Saint-Paul, Saint-Hilaire, Saint-Bruno et Sainte-Cécile), Missisquoi (Dunham et Frelighsburg), Sud-ouest (Franklin et Hemmingford) et Laurentides (Oka et Saint-Joseph).

Prévisions : Les prévisions pour les ravageurs sont basées sur les modèles du Réseau, et les prévisions météo d’Environnement Canada des 7 prochains jours. Les normales sont utilisées pour compléter les prévisions. La date indiquée représente la plus hâtive des prévisions obtenues pour la région. Les prévisions ne doivent pas remplacer l’observation et le dépistage de votre verger!

Observations : informations rapportées par les observateurs du Réseau. La date indiquée représente la plus hâtive des observations rapportées pour la région.

Captures dans le verger du Réseau-pommier : captures moyennes par piège des 7 derniers jours, dans le bloc de pommiers sous gestion PFI du Réseau à Saint-Bruno.

Degrés-jours : Les degrés-jours base 5 °C sont cumulés depuis le 1er mars. La méthode Baskerville est utilisée par les modèles prévisionnels du Réseau en raison de sa plus grande précision, mais nécessite l’emploi d’outils informatiques (ex. : Cipra). La méthode standard nécessite uniquement de connaître la température maximale et la température minimale de chaque jour. Les deux méthodes ne sont pas interchangeables! Le débourrement du pommier, par exemple, correspond à 65 DJ5 « standards », mais à 79 DJ5 « Baskerville ».

Météo : Les données météo sont validées par Solutions Mesonet. Les DJ et les précipitations rapportées représentent la moyenne des valeurs obtenues pour tous les sites d’une région. Les flèches représentent l’écart à la normale pour cette région : ↑ = au-dessus de la normale; ↓ = au-dessous; ↔ = semblable.

 

POUR EN SAVOIR PLUS (cliquez sur les liens pour être redirigé)

Répondeurs téléphoniques du MAPAQ

  • Montérégie : 1 888 799-9599
  • Estrie : 1 800 363-7461 ou 819 820-3001, poste 2
  • Québec : 418 643-0033, poste 4
  • Laurentides : 450 971-5110, poste 6556

Plateforme PFI

Guide de PFI, Guide d’identification, prévisions et modèles, forum de discussion et accès prioritaire aux avertissements du RAP et à des messages supplémentaires des avertisseurs. Un abonnement est nécessaire (rabais de 60 % aux producteurs grâce au code promotionnel fourni par leur Fédération).

Prévisions et observations en temps réel dans les vergers

Cette information est mise à jour une fois l’heure pour la tavelure et deux fois par jour pour les stades phénologiques du pommier, les insectes et les acariens. Les sommaires météorologiques sont mis à jour une fois par jour et les prévisions météo trois fois par jour.

sagePour plus de détails sur les différents usages des pesticides agricoles et sur les risques qu’ils représentent pour la santé et l’environnement, vous êtes invité à consulter SAgE pesticides (www.sagepesticides.qc.ca).

Ce contenu a été publié dans Avertissements par . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.

Laisser un commentaire