Pyrale du maïs

Pour une copie de l'article :
Ostrinia nubilalis (Hübner)    Lepidoptera : Crambidae
European corn borer icône feuillesicône pommesicône pommes
Larve 1–4 générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​récolte

Pyrale du maïs (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

Pyrale du maïs (larve)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

pyrale du maïs (larve et dégât)

C (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

pyrale du maïs (dégât)

D (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

L’adulte est un papillon brun jaunâtre clair avec des bandes sinueuses irrégulières plus foncées traversant les ailes; le mâle est nettement plus foncé que la femelle (A). La chenille a le corps brun clair à gris rosâtre avec de petites taches brunes rondes peu marquées et la tête noire (B).

Répartition

L’espèce est présente dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord, jusque dans le nord de la Floride.

Dégâts

L’espèce s’attaque principalement au pommier, mais aussi parfois au cerisier et au pêcher. Au début de l’été, la chenille consomme les feuilles des pousses terminales des arbres nouvellement plantés (C), causant le brunissement et le flétrissement des feuilles, ce qui peut déparer l’arbre. Vers la fin de l’été, la chenille partiellement développée migre depuis les adventices qui lui servent d’hôtes vers les fruits (D); elle creuse dans la chair de ceux-ci et y crée des galeries remplies de déjections.

Espèces semblables

La chenille de la pyrale du maïs ressemble à celles de la tordeuse orientale du pêcher (Grapholita molesta) et du carpocapse de la pomme (Cydia pomonella), mais elle est dépourvue de peigne anal, contrairement à celle du carpocapse de la pomme. En outre, elle se distingue de ces deux espèces par sa couleur et par les tubercules bruns bombés de ses segments abdominaux, qui sont surtout visibles durant les derniers stades larvaires.

Moyens de lutte

Les infestations surviennent généralement lorsque les conditions sont anormalement chaudes et sèches, ce qui a une incidence sur les adventices généralement privilégiées par l’espèce poussant dans les vergers ou à proximité, ainsi que dans les vergers situés près d’une forêt. Un bon programme de désherbage permet généralement de réduire les risques d’infestation. La présence et la période de vol de l’espèce peuvent être surveillées au moyen de pièges à phéromone. Un insecticide sélectif, notamment le Bacillus thuringiensis, peut être appliqué à la fin de l’été, moment où l’application régulière de pesticides est généralement moins importante.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.