Tordeuse soufrée

Pour une copie de l'article :
Sparganothis sulfureana Clemens    Lepidoptera : Tortricidae
Sparganothis fruitworm icône feuillesicône pommes
Larve 2+ générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​récolte

tordeuse soufrée (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

tordeuse soufrée (larve)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

tordeuse soufrée (dégât)

C (photo : Gus Howitt – Michigan State University)
Caractéristiques

L’adulte est un papillon jaune vif avec des marques magenta grisâtre en V (qui forment un « X » lorsque les ailes sont repliées) et des motifs orange rougeâtre en dentelle sur les ailes antérieures (A). La chenille est vert clair avec la tête vert jaunâtre (B).

Répartition

L’espèce est présente depuis la Nouvelle-Écosse et l’Ontario jusqu’à l’État de New York et au New Jersey, ou même plus au sud.

Dégâts

L’espèce s’attaque au pommier. Les chenilles des premiers stades larvaires passent l’hiver dans la couverture végétale du sol des vergers; au printemps, elles se nourrissent de la végétation basse sous les arbres. La femelle pond sur les feuilles des pommiers au début de l’été, et les chenilles se nourrissent des feuilles jusqu’au milieu de l’été. Après la deuxième période de vol, il arrive que les chenilles se nourrissent des fruits à la fin de l’été, y créant de minuscules trous ou des zones creusées (C).

Espèces semblables

La chenille de la tordeuse soufrée ressemble à celle de l’enrouleuse panachée (Platynota flavedana); elles sont vert clair avec la tête vert jaunâtre dans les deux cas, mais, dans le cas de la tordeuse soufrée, la face dorsale est plus foncée que la face ventrale, et la plaque thoracique présente une étroite bordure brun foncé; les antennes du papillon sont noires avec un support blanc.

Moyens de lutte

Généralement, l’espèce est problématique seulement dans certains endroits. L’espèce peut être surveillée au moyen de pièges à phéromone, mais il est recommandé d’inspecter les feuilles au courant de l’été pour déterminer la gravité de l’infestation. En cas d’infestation d’importance économique, utiliser des insecticides sélectifs (par exemple, Bacillus thuringiensis) ou des insecticides à large spectre.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.