Avis du 16 mai 2018 sur les maladies du pommier

Pour une copie de l'article :

TAVELURE (pluie du 15 mai)

La pluie imprévue tombée hier a provoqué l’éjection d’une grande quantité de spores (ascospores). Dans la plupart des régions, la période de mouillure n’était pas suffisante pour l’infection. Dans les vergers où la mouillure a perduré en soirée, une fraction des spores éjectées a eu les conditions nécessaires pour l’infection. Cette fraction augmente avec la durée. Le critère minimum d’infection implique qu’une fraction minime des spores mèneront à des taches de tavelure en absence de traitement. Selon la quantité de spores dans le verger (ex: verger tavelé l’an dernier ou non), cette fraction minimale représente une une quantité négligeable ou appréciable. Dans les vergers exempts de taches l’an dernier où le risque d’infection est minimal (valeur de RIM faible), aucun traitement n’était requis. À l’inverse, dans les vergers tavelés où il n’y a pas eu de traitement d’urée au sol pour réduire l’inoculum, la moindre infection peut parfois mener à des taches. Un traitement en soirée après l’éjection (traitement de germination ou stop) est l’idéal dans ces cas. Des traitements plus tardifs avec produits capables d’arrêter le champignon plus de 18 heures après l’infection (post infection) restent possibles, mais cette approche est plus couteuse et les produits disponibles sont tous sujets à la résistance.

TAVELURE (pluie prévue du 19 au 20 mai)

La pluie prévue samedi et dimanche provoquera vraisemblablement la première infection à risque élevé de 2018. Bon an, mal an, nous enregistrons 2 ou 3 infections par saison avec un risque qui approche ou dépasse 1000 sur l’échelle de RIMpro. Dans les vergers où la tavelure est un problème, un seul traitement en protection avant ce genre d’infection grave ne suffit pas à réprimer toutes les taches. Trois facteurs forceront le renouvellement des traitements:

  1. La croissance après le premier traitement ne sera pas protégée contre les éjections qui seront réparties sur les deux jours.
  2. Le lessivage par la pluie réduira l’efficacité des traitements sur les feuilles traitées
  3. Une forte éjection et un RIM élevé augmente les risques que des spores infectent des feuilles non traitées ou mal traitées.

Tenir compte de ces facteurs stratégiques aura beaucoup plus d’impact sur votre réussite que le facteur chimique. Le type de produit et la dose ont moins d’impact que bien cibler le traitement. L’utilisation d’un logiciel comme RIMpro facilite la décision sur la nécessité d’un second ou d’un troisième traitement en illustrant si les spores éjectées sur la croissance après traitement ou après le lessivage peuvent ou non infecter le feuillage.

Si un second traitement est appliqué (ex: pendant la période de germination ou en post-infection), pensez à le faire dans le sens contraire de celui fait avant la pluie. Un traitement en sens inverse permet d’atteindre des feuilles non ou mal couvertes la première fois.

Blanc du pommier

Selon le modèle en usage (RIMpro blanc), les conditions actuelles et prévues au cours de la prochaine semaine ne sont pas propices au blanc du pommier. Voir la fiche 109 du guide PFI pour plus de détails. Il n’est donc pas utile de choisir vos traitements fongicides en fonction de cette maladie.

Feu bactérien

Selon le modèle en usage (RIMpro feu), les conditions actuelles et prévues au cours de la prochaine semaine ne sont pas propices au feu bactérien. Voir les explications du modèle pour plus de détails. Cependant, les conditions peuvent changer rapidement et des messages seront publiés au besoin sur la plateforme de l’IRDA (reseaupommier.irda.qc.ca)

Fertilisation, irrigation, régulateurs de croissance et phytoprotection (V. Philion et G. Chouinard)

L’urée foliaire utilisé comme engrais est partiellement efficace contre la tavelure. Fractionnez vos apports d’urée en mélange avec vos traitements réguliers (ex: 5 traitements à raison de 3kg/ha) entre le stade pré bouton rose et la fin mai (première semaine de juin Max). Voir la nouvelle fiche sur la fertilisation sans nuire à la phytoprotection pour plus de détails.

L’application du régulateur de croissance Prohexadione-Ca (APOGEE, KUDOS) ralentit la croissance végétative, ce qui réduit les besoins de taille et favorise la coloration et la qualité des fruits. Ce produit limite aussi fortement la propagation du feu bactérien en été. Les traitements peuvent débuter très tôt durant la floraison. APOGEE ou KUDOS sont sans effet sur les abeilles. Voir la fiche 49 pour les détails sur ces produits et la fiche 106 pour les stratégies de lutte contre le feu bactérien.

Pendant la période de la floraison, la disponibilité de l’eau dans le sol a un impact important sur la sévérité du feu bactérien. Limitez l’irrigation (goutte à goutte, etc) au minimum. Voir la fiche 106

 

Laisser un commentaire