Floraison des poiriers et risque de feu bactérien

Pour une copie de l'article :

Selon les prévisions actuelles, des conditions favorables à une infection par le feu bactérien (voir fiche 104) sont possibles actuellement dans certaines localités pour les poirier en fleurs. Encore en 2018, le modèle RIMpro vous permet de visualiser en continu les risques pour votre localité.

Pour gérer efficacement le feu bactérien, il est inutile de se précipiter et traiter dès l’ouverture des fleurs. Seules les fleurs ouvertes au moment du traitement sont protégées adéquatement. Il est donc plus stratégique d’attendre le plus longtemps possible et traiter davantage de fleurs ouvertes en lien avec l’infection prédite. Les fleurs traitées seront protégées jusqu’à la fin de la floraison. Les bactéricides* peuvent être appliqués dans les 24-48 h précédant l’infection ou le jour même pour maximiser l’efficacité. Les traitements appliqués dans les 24 h suivant l’infection restent néanmoins efficaces selon la dose appliquée ( >1 kg/ha) et si la température n’est pas très élevée. Les agents de lutte biologique (Blossom Protect) doivent être appliqués au moins 24 h avant l’infection prédite. Voir la fiche 106 pour plus de détails.Pour comprendre le graphique:

Pour chaque jour d’éclosion de fleurs, la population bactérienne est représentée par une ligne noire qui monte à mesure que les bactéries colonisent les fleurs ouvertes. Lorsque la température est trop froide, la ligne n’est pas représentée. Lorsque la ligne noire atteint un niveau critique de population (zone orange), l’infection est possible suivant une période d’humectation courte. Les lignes noires arrêtent après un certain temps parce que les fleurs trop vieilles ne peuvent être infectées, même si leur population bactérienne est élevée. L’infection est représentée par une colonne rouge qui varie en hauteur et en épaisseur selon le nombre de fleurs à risque et l’intensité de l’infection. Lorsque l’infection est suffisamment importante et dépasse le seuil d’intervention, le modèle fait apparaitre une  ligne rouge pour représenter les bactéries dans la plante (population endophyte). Les symptômes sont prévus quand la population endophyte dépasse le seuil (zone verte).

Exemple concret d’utilisation

Les fleurs écloses le 10 mai et celles qui ouvriront le 14 mai seront à risque d’infection le 15 mai et le 19 mai respectivement. La ligne de colonisation pour les fleurs du 11 mai a été retardée au 12 parce que les conditions n’étaient pas favorables pour les insectes. Les fleurs en éclosion le 12 et le 13 mai ne sont pas à risque d’infection selon le modèle parce qu’aucune période d’humectation n’est prévue entre le 16 et le 18 mai. L’infection du 15 mai n’est possible que si les fleurs sont effectivement humectées ce jour là. Le risque d’infection le plus probable cette semaine est lié à l’éclosion du 14 mai puisque la pluie du 19 mai semble assez certaine.

Si les prévisions ne changent pas et que des poiriers à risque étaient en éclosion le 14 mai,  un traitement entre le 15 et le 18 mai (Blossom Protect ou bactéricide*) OU le 19 mai (bactéricide*) serait optimal.

Les traitements subséquents seront faits en fonction des fleurs ouvertes depuis votre dernier traitement et le risque pour ces fleurs non traitées.

*Bactéricide = Streptomycine ou Kasumine

2 réflexions sur « Floraison des poiriers et risque de feu bactérien »

  1. Question:

    Peut-on utiliser de la bouillie bordelaise au débourrement sur les poiriers pour diminuer les risques d’infection de feu bactérien comme on le fait sur les pommiers? Si oui à quelle dose? 100 gr de cuivre+100 gr de chaux hydratée dans 10 L eau?
    Si oui, cela pourrait être un traitement intéressant l’an prochain.

    Daniel Guillot

Laisser un commentaire