Tavelure, la coupe déborde à mi parcours.

Pour une copie de l'article :

Dans les régions limitrophes à Montréal, environ 50% des spores responsables des infections primaires de tavelure ont été éjectées au cours des nombreuses pluies depuis le débourrement. Selon les régions, plusieurs de ces pluies ont mené à des risques graves d’infection et de multiples traitements en un court laps de temps. Malheureusement, les prévisions des prochains jours ne laissent présager aucun répit.

Gardez à l’esprit que le lessivage par la pluie n’est pas le critère déterminant pour le renouvellement des traitements. La plupart du temps, c’est le nouveau feuillage apparu depuis votre dernière application de fongicide qui devrait vous guider pour décider si un nouveau traitement est nécessaire. Ne comptez pas sur la pluie pour redistribuer vos traitements aux nouvelles feuilles. Ne comptez pas non plus sur l’effet pénétrant des produits pour protéger les feuilles en développement.

Après chaque pluie, demandez-vous si les spores éjectées ont pu atterrir sur une nouvelle feuille pas traitée. Si c’est le cas, est-ce que ces spores ont eu le temps d’infecter? Répondre à ces deux questions est possible seulement si vous suivez de près la croissance et en considérant le risque d’infection des spores qui ont pu atterrir sur ce feuillage. Le lessivage par la pluie des feuilles déjà traitées est un facteur mineur.

Comptez les feuilles et consulter RIMpro est plus rentable que se fier au pluviomètre. Au lieu de la règle du « pouce de pluie », retenez cette règle « du pousse »: Une nouvelle feuille en moyenne = 33% d’efficacité perdue.

 

1 réflexion sur « Tavelure, la coupe déborde à mi parcours. »

  1. Bonjour monsieur Philion, quel bon texte REALISTE… Je suis en coaching actuellement avec une relève et votre texte viens corroborer ce que je me tue à leur répéter !

    Merci et poursuivez votre excellent travail !

    Marc C.

Laisser un commentaire