Pour une copie de l'article :

INSECTES ET ACARIENS
(F. Pelletier)

Les captures de mouche de la pomme sont à la baisse dans la plupart des vergers pour les régions les plus hâtives. Selon les secteurs, plusieurs vergers se sont maintenus sous les seuils d’intervention et une minorité en sont à leur 2eintervention. Peu de dommages sont rapportés pour le moment. Selon le modèle prévisionnel, le pic d’activité de la mouche a été atteint au cours de la dernière semaine pour les régions de l’Estrie et de Québec (voir le sommaire par région en fin de communiqué).
Le vol de la 2e génération de carpocapse de la pomme est en cours, mais les captures demeurent faibles en général et peu de nouveaux dommages sont rapportés par les collaborateurs du Réseau. Des captures et des dégâts récents sont observés dans une minorité de vergers seulement.
Les populations de tétranyques sont en augmentation dans certains vergers. Un bon contrôle naturel est toutefois observé dans les vergers où les acariens prédateurs (agistèmes et phytoséides) sont présents, mais des applications d’acaricides ont été requises de façon localisée dans les vergers où les prédateurs ne sont pas présents.
Selon le modèle prévisionnel, on approche du pic de captures de la 2e génération de tordeuse à bandes obliques pour les régions les plus hâtives. Quelques chenilles et dommages sont observés dans certains vergers, mais à des niveaux généralement faibles.
Les populations de scarabée japonais sont à la baisse, bien que des populations soient encore présentes dans certains secteurs, notamment dans la région de Missisquoi. Quelques dommages sur fruits ont été rapportés dans les cultivars Cortland, Honeycrisp et Gingergold.
La présence localisée de punaises pentatomides et de quelques dommages sur fruits est rapportée par certains observateurs du Réseau dans la région de la Montérégie.
STRATÉGIES PFI EN FIN DE SAISON
(G. Chouinard)
La question en ce moment est de déterminer s’il y a un réel besoin d’intervenir, car les populations varient d’un verger à l’autre, la faune auxiliaire (espèces utiles) est très active, la date de la récolte approche et certains insectes commencent à réduire leur activité.

Le dépistage reste essentiel et critique pour le carpocapse, les acariens et la mouche. Toutefois, il est encore plus essentiel de n’intervenir que si les seuils d’intervention sont atteints. Attention, les seuils sont plus élevés (la tolérance est plus grande) en fin de saison pour plusieurs espèces, et encore plus s’il y a présence de prédateurs. Si un traitement doit être effectué, favorisez un insecticide qui protégera le plus possible les espèces bénéfiques, notamment les phytoseides, les syrphes, les cécidomyies, les chrysopes et les coccinelles. Permettez qu’ils poursuivent leurs attaques contre les acariens et les pucerons. Autrement, ces derniers pourraient se développer au point de requérir encore une fois votre intervention!

SOMMAIRE DES OBSERVATIONS et PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 10 AOÛT
(F. Pelletier)
Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.
POUR PLUS D’INFORMATION EN PÉRIODE ESTIVALE
  • Messages des conseillers du MAPAQ, prévisions et observations en temps réel : cliquez ici
  • Portail des prévisions et observations du Réseau : cliquez ici
Bonne récolte!

Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire