Trypètes des cerises

Pour une copie de l'article :

Trypète des cerises

Rhagoletis cingulata (Loew)    Diptera : Tephritidae
Cherry fruit fly icône cerisesicône cerises

Trypète noire des cerises

Rhagoletis fausta (Osten Sacken)    Diptera : Tephritidae
Black cherry fruit fly icône cerisesicône cerises
Adulte 1 génération
Bouton blanc Floraison Calice Début été Mi-été Fin été

trypète des cerises (adulte et dégât)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

trypète noire des cerises (adulte)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

trypètes des cerises (larve et dégât)

C (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

trypètes des cerises (dégât)

D (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

L’adulte de la trypète des cerises, qui est un peu plus petit qu’une mouche domestique, a la tête et les pattes brun jaunâtre et des bandes transversales blanches sur l’abdomen (A). La trypète noire des cerises est légèrement plus grosse, et son abdomen est entièrement noir (B). Chez les deux espèces, les ailes sont transparentes avec des marques caractéristiques; les ailes présentent des bandes plus larges et plus foncées ainsi qu’une marque caractéristique en « trou de beigne » chez la trypète noire des cerises. La larve des deux espèces est un asticot de couleur crème dépourvu de pattes et de tête distincte; la partie postérieure du corps est arrondie et s’effile vers la partie antérieure jusqu’à deux crochets buccaux foncés (C).

Répartition

Au moins l’une ou l’autre des deux espèces se rencontre dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord; toutefois, la trypète noire des cerises n’est présente vers le sud que jusqu’en Pennsylvanie.

Dégâts

Les deux espèces s’attaquent au cerisier. La femelle perce le fruit avec son ovipositeur et insère les œufs légèrement sous la peau, ce qui laisse une cicatrice et peut entraîner l’apparition d’une fossette dans le cas des fruits verts (A). La chenille s’alimente dans le fruit et sépare le noyau de la chair, causant le brunissement du fruit; parfois, la peau se ratatine au-dessus de la partie endommagée. Les fruits infestés ne tombent pas prématurément; les fruits contenant des larves (D) peuvent être touchés par la pourriture brune (Monilinia sp.), qui se propage ensuite aux fruits sains.

Espèces semblables

La mouche de la pomme (Rhagoletis pomonella) est étroitement apparentée et semblable aux deux espèces, mais elle peut en être distinguée par les motifs de ses ailes et ne s’attaque pas au cerisier.

Moyens de lutte

Éliminer les cerisiers non traités ou abandonnés et les arbres sauvages du genre Prunus présents à proximité du verger. Utiliser des pièges collants jaunes pour détecter l’apparition des adultes. Appliquer un insecticide sept jours après la capture des premiers adultes, pour éviter l’infestation.

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.