Punaise terne

Pour une copie de l'article :
Lygus lineolaris (Palisot de Beauvois)    Hemiptera : Heteroptera : Miridae
Tarnished plant bug icône pommesicône pommes
Adulte 2–4 générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​récolte

punaise terne (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

punaise terne (larve)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

punaise terne (dégât sur pomme)

C (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

punaise terne (dégât sur pêche)

D (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

L’adulte est brun et a l’extrémité des ailes translucides et un écusson (plaque triangulaire) de couleur crème sur le dos (A). La larve est vert clair et possède cinq points noirs sur le dos à partir du troisième stade larvaire (B). L’espèce quitte généralement les arbres fruitiers peu après la floraison pour se diriger vers ses hôtes intermédiaires.

Répartition

L’espèce est répandue dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord.

Dégâts

L’espèce s’attaque à la plupart des arbres fruitiers à feuilles caduques. Les piqûres faites avant la floraison sur les tissus ligneux et sur le pédoncule floral laissent une goutte de sève, souvent suivie d’un avortement des boutons floraux. Les piqûres faites à la base du réceptacle floral ou sur les fruits provoquent la formation d’une dépression en forme d’entonnoir (C); dans le cas des fruits à noyau, les fruits attaqués présentent des cicatrices liégeuses (D) ou des malformations en « face de chat ».

Espèces semblables

La punaise de la pomme (Lygocoris communis) peut être présente sur le pommier toute la saison; elle se distingue de la punaise terne par la couleur de son corps.

Moyens de lutte

Surveiller les adultes sur les bourgeons. Dans le cas du pommier, l’espèce peut être dépistée au moyen de pièges collants blancs; utiliser, au besoin, des insecticides à large spectre en période préflorale. L’élimination dans le verger des adventices à feuilles larges qui constituent les hôtes intermédiaires de l’espèce, particulièrement les légumineuses, la molène, le céraiste et le pissenlit ainsi que l’amarante, le chénopode, le plantain, la verge d’or et l’aster, peut contribuer aux mesures de lutte.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.