Chancre bactérien (du poirier)

Pour une copie de l'article :
Pseudomonas syringae pv. syringae van Hall
Bacterial blossom blast of pear icône fleursicône fleursicône poiresicône feuilles

chancre bactérien (du poirier) (bouquets)

A (photo : Dave Rosenberger – Cornell University)

chancre bactérien (du poirier) (bouquet)

B (photo : Dave Rosenberger – Cornell University)
Hôtes

Poirier.

Symptômes

Les symptômes les plus courants sont le flétrissement, suivi du brunissement ou du noircissement des fleurs, qui s’étend souvent à toute la grappe de fleurs et entraîne la mort du dard (A, B). Si l’infection se limite au calice et que la fleur ne meurt pas, des lésions noires peuvent apparaître sur les fruits en développement; de nombreux fruits tombent alors. L’infection des feuilles entraîne l’apparition de petites lésions et de criblures; des feuilles entières peuvent être tuées.

Répartition

Maladie commune dans toutes les régions fruitières de l’est de l’Amérique du Nord, plus particulièrement dans les régions froides et humides.

Maladies et troubles similaires

Le chancre bactérien peut être confondu le feu bactérien (Erwinia amylovora). Cependant, les infections dues au feu bactérien causent souvent beaucoup de dommages aux pousses et aux branches maîtresses et touchent souvent les vergers de pommes situés à proximité; P. syringae pv. syringae ne s’attaque pas aux pommiers.

Moyens de lutte

Le chancre bactérien cause des dommages lorsque des conditions fraîches et humides surviennent durant la floraison, surtout lorsque les fleurs ont subi des blessures dues à une gelée légère. Il est difficile de lutter contre cette maladie. L’application de bactéricides à base de cuivre est le seul moyen de lutte pratique qui existe. L’application de streptomycine contre le feu bactérien peut réduire la gravité du chancre bactérien.

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.