La saison des infections primaires de la tavelure du pommier est commencée

Pour une copie de l'article :

État de la situation

Dans la plupart des vergers de production pomicole du Québec des ascospores sont prêtes à l’éjection depuis une semaine environ. Toutes les pluies suivant l’ouverture des bourgeons rendent donc possibles les infections de la tavelure du pommier.  Lire la fiche 100 sur la tavelure pour bien comprendre le cycle de cette maladie.

La gravité de l’infection prédite en lien avec la pluie prévue au cours des prochains jours est variable, mais est très élevée pour certaines localités. Si c’est le cas dans votre région, ne comptez pas sur la chance. Même si la surface foliaire exposée est limitée, une fraction non négligeable des spores est prête à l’éjection. Si vous aviez de la tavelure dans votre verger l’an dernier, elle viendra encore vous hanter.

Stratégie d’intervention

Dans les vergers où un traitement est requis mais qui n’est pas fait avant la pluie, il est possible de stopper l’infection en cours par un traitement de « germination » qui va tuer les spores avant que le champignon puissent pénétrer la cuticule des feuilles.  Les traitements appliqués après l’éjection des spores mais avant l’infection sont les plus efficaces. Cependant, les traitements réalisés un peu plus tard peuvent tuer une grande proportion des spores.

Le simulateur RIMpro (accessible gratuitement en ligne) est conçu pour illustrer la dynamique complexe entre l’éjection des spores, la période de germination et d’infection et mieux cibler les traitements. La ligne rouge illustrée par le simulateur de tavelure RIMpro vous permet de comprendre la progression de l’infection et de gérer le moment des traitements. Les autres outils proposés pour faire les calculs d’infection ne tiennent pas correctement compte de l’intensité des éjections, de la quasi absence d’éjection la nuit et de la progression du risque en cours de pluie. Ne pas tenir compte de ces facteurs augmentent la fréquence des traitements inutiles.

Bicarbonate de potassium: Une poudre blanche pas illicite pour les besoins d’icitte. Un mode d’emploi sur les traitements avec le bicarbonate de potassium est disponible sur le site de l’IRDA.

Urée: Il n’est pas trop tard pour bien faire. Par contre, évitez d’appliquer l’urée au sol juste avant une pluie. Comme l’urée est très soluble, il serait alors rapidement éliminé par ruissellement. Même si le temps de contact requis entre l’urée et les feuilles de litières pour maximiser l’efficacité n’a pas été étudié spécifiquement, on peut présumer que l’absorption requière simplement un bon séchage.

Laisser un commentaire