Stratégies d’éclaircissage post floral: est-il possible d’éclaircir ses pommiers sans carbaryl?

Pour une copie de l'article :

L’éclaircissage des pommiers est une étape importante de la production qui consiste à retirer une certaine quantité de pommes dans le but de maximiser la qualité des fruits et de stabiliser la production année après année. Les pommiers mal éclaircis produisent des pommes de petit calibre, moins colorées et moins goûteuses. Ils ont aussi tendance à produire une année sur deux, ce qui évidement n’est pas souhaitable en production commerciale.

L’éclaircissage chimique des fruits est la méthode la plus utilisée au Québec et dans la majorité des pays producteurs de pommes. Plusieurs produits à base d’hormones végétales sont utilisés à cet effet. Le carbaryl, un insecticide à large spectre, est également couramment utilisé en combinaison avec les produits à base d’hormone. Bien qu’il ait un effet éclaircissant, c’est surtout pour sa propriété d’améliorer l’efficacité des produits à base d’hormones que le carbaryl est utilisé.

Depuis la saison 2017, l’homologation du SEVIN, produit à base de carbaryl a été modifiée et son utilisation est plus contraignante. La dose de produit ne doit pas dépasser 3,22L dans les vergers en haute densité et 2,15L dans les autres types de vergers (soit respectivement, 1,5 kg et 1 kg de matière active par hectare par année) et au maximum 2 applications par année sont permises.  Les délais de réentrée ont également été augmentés selon la tâche qui est effectuée et le délai avant récolte est passé à 75 jours. Face à ces modifications, les pomiculteurs doivent s’adapter et trouver de nouvelles stratégies. L’éclaircissage sans carbaryl gagne également de l’intérêt chez les pomiculteurs qui travaillent en production fruitière intégrée à cause de ses effets négatifs sur les insectes bénéfiques et de ses risques pour la santé. Or le succès des traitements d’éclaircissage sans carbaryl est souvent décevant. Un article publié dans la revue Quarterly [1] proposait différentes stratégies. En voici un résumé.

Commencer tôt et utiliser plusieurs méthodes

Une bonne stratégie pour les variétés difficiles à éclaircir est d’utiliser toutes les fenêtres possibles d’éclaircissage.

  • On peut commencer dès la taille, en réduisant le nombre de bourgeons à fruit : en sélectionnant les branches fruitières et en frottant son bras sous les branches on peut éliminer des bourgeons qui se trouvent dans cette position.
  • On peut ensuite poursuivre durant la floraison avec des traitements d’éclaircissage mécanique (voir la fiche 43 du Guide de PFI)  dans les pommiers nains conduits en mur fruitier.
  • Certaines substances chimiques ont également pour effet de faire sécher les fleurs et de réduire la nouaison. C’est le cas de la bouillie sulfocalcique, utilisée en pomiculture biologique et de l’ammonium thiosulfate (ATS), un fertilisant foliaire composé d’azote et de soufre. Ces produits ont toutefois un effet limité et plusieurs précautions d’usage.
  • Des essais sont également en cours au Québec afin de d’homologuer l’usage du bicarbonate de potassium pour l’éclaircissage floral des pommiers.
  • L’Acide Naphtalène Acétique (FRUITONE) peut également être utilisé durant la floraison. Dans un article publié en 2016 dans la revue Quaterly, les spécialistes de Cornell recommandent jusqu’à trois traitements d’ANA pour les variétés difficiles à éclaircir en commençant par un traitement à 10ppm durant la floraison suivi d’un traitement d’ANA et de MAXCEL (benzyladenine) à la chute des pétales et d’un troisième traitement au stade 10-12 mm. Les variétés plus faciles à éclaircir pourraient quant à elle recevoir deux traitements: un premier à la chute de pétales et un second au stade 10-12 mm.

Faire plusieurs traitements répétés plutôt qu’un seul:

Les stratégies qui utilisent plusieurs méthodes dont de petites doses d’éclaircissant chimique sont recommandées car elles permettent d’obtenir de meilleurs calibres de fruits et réduisent les risques de sur éclaircissage. Une bonne stratégie pour les variétés difficiles à éclaircir est d’utiliser toutes les fenêtres possibles d’éclaircissage: à la pleine floraison pour réduire le nombre de fruits noués, à la chute des pétales et ensuite entre le stade 8 et 12mm des pommes selon les conditions météo.

Augmenter la dose : oui mais pas trop!

Lorsqu’ils sont utilisés sans carbaryl, les doses des produits à base d’hormone (FRUITONE et MAXCEL) doivent être augmentées d’environ 50% pour obtenir des résultats semblables. Attention! Des doses trop élevées d’ANA (FRUITONE) peuvent causer un arrêt de croissance et avoir un impact négatif sur la taille finale des fruits. Il est préférable de ne pas dépasser 10ppm (bien que des doses allant jusqu’à 20ppm puissent produire plus d’effet). Il est ainsi préférable d’appliquer 2 traitements à 10ppm plutôt qu’un seul traitement à 20ppm.

Combiner les hormones…

Les produits à base de cytokinine tel que MAXCEL(benzyladenine) et CILIS (benzylaminopurine) sont moins utilisés puisqu’ils sont plus couteux et que leur effet éclaircissant est moins puissant. De plus ils ne conviennent pas à toutes les variétés. Dans une étude réalisée sur l’éclaircissage sans carbaryl par l’équipe de Terence Robinson à l’université Cornell, la combinaison de FRUITONE (7,5ppm) et MAXCEL (75ppm) a donné d’excellents résultats sur 10 des 12 variétés testées. En effet, les variétés Braeburn, Cortland, Empire, Gala Gingergold, Jonagold, Jonamac, Liberty, McIntosh et Sansa ont bien réagi. Par contre ce mélange a stoppé la croissance des fruits des variétés Délicieuse et Fuji. En plus de leur effet écaircissant, les produits à base de cytokinine ont aussi la faculté de stimuler la division cellulaire, particulièrement lorsqu’ils sont utilisés tôt, c’est-à-dire après la chute des pétales – dans les premiers stades de développement des fruits.    Cette combinaison est particulièrement recommandée pour les variétés qui ont tendance à faire de petits fruits tel que Gala et Empire.

Utiliser des modèles

Un modèle bioclimatique qui prédit la réponse des pommiers aux traitements d’éclaircissage en fonction du bilan glucidique des arbres a été développé à l’Université Cornell (NY) par Alan Lakso et Terence Robinson. Ce modèle a fait l’objet de plus de 20 ans d’analyse et de suivi. Il tient compte de la météo des 2 jours précédents et des 4 jours qui suivent le traitement et de la possibilité pour les arbres d’accumuler des glucides par la photosynthèse. Depuis 2012, l’agronome Paul-Émile Yelle préparait les bilans glucidiques pour les principales régions pomicoles du Québec. Après un an d’absence, les bilans glucides sont de retour en 2019. Ces derniers vous permettent d’estimer la sensibilité des arbres aux traitements d’éclaircissage après fleur et d’ajuster la dose des produits à base d’hormone en conséquence. Ces bilans seront mis à jours plusieurs fois par semaine et publiés sur agri-réseau ICI. Les développeurs du modèle RIMpro ont également adapté une version qui est disponible en ligne ICI

Faire le suivi de vos traitements

En terminant, il est important de faire le suivi de vos traitements d’éclaircissage et de réagir rapidement si des traitements supplémentaires sont nécessaires. Philipp Schwalier de l’université du Michigan a développé un modèle de prédiction de la nouaison. Les outils sont disponibles en ligne ICI.   

  1. Sazo, M.M., Francescatto, P., Sanahuja,J.L., Robinson, T. L. , <Mechanical Blossom Thinning followed by 6-BA Shows promise as an alternative to thinning without carbaryl.pdf>.New York Fruit Quaterly, 2016. 24(4): p. 6.

 

Laisser un commentaire