Focus sur une pratique à moindre risque (4): la production de pommes sous filet d’exclusion monorangs

Pour une copie de l'article :

La production commerciale de pommes sous filet d’exclusion se fait principalement en Europe, où la technique a d’abord été développée et perfectionnée. Au Québec, l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) évalue la technique dans son verger expérimental de St-Bruno depuis 2012. L’évaluation et les essais se poursuivent, mais les nombreuses années d’expérience acquises jusqu’à maintenant montrent que la technique est suffisamment intéressante et fiable pour être adoptée en verger commercial.

Description et objectifs

La technique consiste à déployer des filets sur les pommiers afin de former une barrière physique et les protéger contre les attaques des insectes ravageurs. En présence des filets, il devient possible de cesser les traitements phytosanitaires sur les arbres tout en obtenant des pommes de qualité. Globalement, durant une saison de production, la technique permet de réduire considérablement les éléments suivants :
• le nombre d’interventions phytosanitaires ;
• le risque pour la santé et l’environnement liés aux pesticides ;
• les résidus de pesticides potentiellement laissés sur les fruits.

Installation et retrait des filets d’exclusion

Les filets sont installés le plus tôt possible en début de saison, idéalement tout juste après le dernier traitement à l’huile dirigé contre les oeufs du tetranyque rouge. Les filets demeurent fermés jusqu’au moment de la récolte, sauf en période de floraison pour permettre la pollinisation. Relever et refermer les filets en cours de saison est un travail long et fastidieux que l’on veut éviter. Exceptionnellement, les filets peuvent être relevés si des interventions phytosanitaires urgentes sont justifiées par les données de dépistage.

Pollinisation

Les filets peuvent être ouverts lorsqu’au moins une fleur par bouquet est ouverte (fleur mère). L’ouverture pendant une durée de quarante-huit heures est suffisante pour assurer une bonne pollinisation des fleurs, en autant que les journées choisies soient propices à l’activité des pollinisateurs (chaudes, ensoleillées et sans vent). Il n’est pas nécessaire ni recommandé d’introduire des ruches d’abeilles sous les filets fermés (les bourdons font un bon travail par contre même sous filets).

Éclaircissage

La courte période de pollinisation devrait se traduire par un ou deux fruits noués par bouquet. Si des travaux d’éclaircissage supplémentaires sont jugés nécessaires, les filets devront être relevés à nouveau pour procéder.

Traitements phytosanitaires

Une fois les filets installés, l’objectif est justement de cesser toute intervention phytosanitaire. En conséquence, il convient de prévoir les éléments suivants :

  • Avant l’installation des filets, s’assurer de bien réussir son traitement à l’huile supérieure. Normalement, ce traitement ne sera  toutefois plus  nécessaire après un an ou deux de production sans pesticides, les acariens prédateurs s’occupant de cette tâche.
  • Puisqu’aucun fongicide n’est appliqué en présence des filets, choisir des cultivars résistants à la tavelure. Le cultivar Honeycrisp est un bon candidat. C’est d’ailleurs le seul qui a été évalué sous filets au Québec.
  • Dépister et suivre l’évolution des ravageurs sous les filets puisque des problématiques peuvent quand même survenir. Les insectes enfermés sous les filets au moment de la pose peuvent continuer leur développement, tels la tordeuse à bandes obliques et la punaise de la molène. Exceptionnellement, il est possible que les filets doivent être relevés pour procéder à des pulvérisations. Les pulvérisations à travers le filet sont possibles, mais les mailles du filet réduisent la pénétration de la bouillie (ceci est actuellement en cours d’évaluation à l’IRDA).

Influence des filets sur les éléments météo

Les données recueillies depuis 2012 indiquent que la température et l’humidité relative sous les filets sont sensiblement les mêmes comparativement à ce qui est observé hors filets. La date de récolte peut être devancée ou retardée de quelques jours, mais en moyenne la différence sera faible. Et en cas d’épisode de grêle, les fruits seront protégés des impacts.

Rendement et qualité de la récolte

L’utilisation des filets peut aisément permettre l’obtention d’un rendement et d’une qualité comparables à une régie conventionnelle. Les filets bien installés permettent de contrôler les dommages d’hoplocampe, de charançon de la prune, de mouche de la pomme, de carpocapse, de plusieurs types de punaises, et bien plus.

Structure et matériel

Les filets sont installés et fixés solidement sur une structure portante selon une configuration monorang (chaque rang est recouvert individuellement). Idéalement, il faut privilégier les sites bien abrités du vent. Pour éviter les structures trop imposantes, les filets devraient idéalement être déployés sur des arbres dont la hauteur à maturité n’excède pas 3 mètres (10 pieds). Exemple de matériel suggéré (variable selon chaque projet) :

• Poteaux et capuchons anti-abrasion:

• Câbles et serres-câbles:
• Arches pour supporter les filets:


• Filets 60g/m2 (mailles de 1,90mm x 0,95mm) d’une largeur de 8,4 mètres
• Pinces pour fixer les filets
• Quincaillerie diverse

Coûts et rentabilité

Les filets, la structure portante et le temps de main d’œuvre pour installer et manipuler le système représentent des coûts importants. Comparativement à une régie conventionnelle, les coûts de production sont assurément plus élevés. Le prix déterminé pour les pommes vendues devra à son tour être ajusté pour couvrir ces coûts et assurer la rentabilité de la technique. Plus de détails seront fournis dans des publications plus complètes sur le sujet.

Aide financière

Les producteurs intéressés à mettre en place des parcelles sous filets d’exclusion peuvent obtenir une aide financière provenant de deux volets du programme Prime-Vert 2018-2023 du MAPAQ :

• volet 1 «Équipements et pratiques visant la réduction des risques liés aux pesticides». Ce volet permet d’obtenir une aide financière pour l’achat des filets anti-insectes jusqu’à un montant maximal de 20 000$ pour la durée du programme. Il est à noter que depuis le 1er avril 2020, les coûts reliés à la structure de fixation et les équipements de fixation spécialisés sont également admissibles ;

• sous-volet 3.3 du volet 3 «Essais à la ferme». Ce volet vise à appuyer les entreprises agricoles dans la réalisation d’essais d’implantation de pratiques agroenvironnementales éprouvées. Une aide maximale de 15 000$ couvre jusqu’à 70% des dépenses admissibles associées à la réalisation de l’essai pour un projet ayant une durée maximale de 3 ans.

Selon ces diverses possibilités et les particularités de votre projet, il peut s’avérer fort intéressant de combiner les aides financières provenant de ces deux volets. Pour en savoir plus sur ces programmes d’aide financière, contacter les responsables régionaux au MAPAQ de votre secteur.

Pour en savoir plus: les vergers-vitrine

Trois parcelles de démonstration de filets sont actuellement en place dans les vergers vitrine de L’Islet (Chaudière-Appalaches), Mont-Saint-Grégoire (Montérégie-Ouest) et Sainte-Cécile-de-Milton (Montérégie-Est). Ces parcelles sont ouvertes à tous les producteurs et intervenants du secteur pomicole. N’hésitez pas à contacter votre conseiller pomicole si vous désirez visiter les installations.

Références

  • https://www.agrireseau.net/reseaupommier/documents/Document_101631.pdf
  • https://www.agrireseau.net/reseaupommier/documents/Document_90518.pdf
  • https://www.agrireseau.net/reseaupommier/documents/87098
  • https://www.cetab.org/system/files/publications/production_darbres_fruitiers_sous_filet_dexclusion_sans_insecticides.pdf

 

Laisser un commentaire