Pour une copie de l'article :
GEL 
(F. Pelletier et G. Chouinard)
Image Agri-Réseau
Image Agri-Réseau

Cas extrêmes de gels observés dans l’ouest de la Montérégie à la suite du gel de la fin de semaine dernière. Photo : Club des producteurs du Sud-Ouest

Les nuits des 27, 28 et 29 mai ont été anormalement fraîches pour la saison et des températures gélives ont été enregistrées localement dans la plupart des régions. Les stades de développment des pommiers affectés allaient de « calice » à « nouaison 18 mm ». Des dommages sont rapportés dans certains sites sensibles aux gels (bas de pente, mauvaise circulation de l’air), principalement en Montérégie et au sud-ouest de Montréal. Dans les vergers touchés, l’importance des dommages est variable selon les secteurs et la variété, allant de 5 % à près de 100 % de fruits affectés.

TAVELURE : LES INFECTIONS PRIMAIRES NE SONT PAS TERMINÉES
(V. Philion)

 

Chaque semaine, des échantillons frais et représentatifs des vergers (qui ont donc subi la sécheresse de mai) sont soumis à une averse de pluie pour déterminer si les ascospores de la tavelure peuvent encore être éjectées. Les résultats des tests sont publiés deux fois par semaine. Ces tests démontrent que le champignon a bien survécu aux conditions printanières et que les éjections ne sont pas terminées. Cependant, les éjections achèvent. Le modèle RIMpro reflète bien les observations et indique que la pluie prévue demain dans plusieurs régions va marquer la fin des éjections importantes. La saison des infections primaires sera terminée dans une semaine environ.

L’infection prévue demain est importante et nécessite certainement une intervention.

INSECTES ET ACARIENS
(G. Chouinard et F. Pelletier)

Peu de dégâts récents du charançon de la prune ont été rapportés pour la dernière semaine. Quelques sites à risques ou en régie biologique présentent des niveaux de dommages plus élevés. Selon les prévisions météorologiques, plusieurs nuits favorables à l’activité de cet insecte sont prévues du 3 au 7 juin, dépendamment de la région (voir le sommaire par régions en fin de communiqué).

Les premières captures de carpocapses de la pomme ont eu lieu dans la région de Québec. Selon le modèle prévisionnel, les toutes premières éclosions devraient commencer la semaine prochaine dans les régions les plus hâtives. Cependant, la ponte et l’éclosion s’étaleront encore sur une longue période (voir le sommaire).

Les populations de pucerons roses sont en augmentation dans certains vergers mais demeurent généralement sous le seuil d’intervention.

Enfin, quelques observations de punaises de la molène et de cicadelles blanches sont rapportées par les collaborateurs du Réseau.

Stratégies d’intervention PFI

  • Charançon : Bien que nous soyons en avance sur une année dite normale et que le pic d’activité de ponte soit passé dans la majorité des régions, la période critique de surveillance pour cet insecte n’est pas terminée. Des réinfestations sont possibles en raison du retour des températures chaudes. Demeurez vigilants jusqu’à la mi-juin et intervenez au besoin de façon localisée en cas de réinfestations (seuil d’intervention : 2% de dommages frais)
  • Carpocapse : Vous n’utilisez pas la confusion sexuelle? Une, deux ou trois interventions pourront être nécessaires d’ici la fin juillet pour assurer une bonne protection des fruits. Si l’historique des dommages dans vos parcelles affectées l’an passé dépasse 3 %, trois applications de produits différents seront minimalement nécessaires. Les détails sont à la fiche 76 du Guide de production fruitière intégrée (Guide de PFI).

  • Puceron rose : Il s’agit d’un insecte à surveiller à cette période de l’année. Il peut passer inaperçu en période préflorale, mais causer d’importants dommages si les populations continuent à se développer lors de la formation des pommes. La méthode de dépistage est décrite à la fiche 65 du Guide de production fruitière intégrée (Guide de PFI), et la stratégie de lutte est détaillée à la fiche 78.

  • Punaise de la molène : La période critique où les fruits sont petits et susceptibles aux dommages est passée dans presque toutes les régions. N’oubliez pas que la punaise de la molène est un insecte 100 % utile en période estivale, car elle se nourrit de pucerons et d’acariens. Lisez la section suivante pour protéger cet insecte utile!

 

PROTECTION DE VOS EMPLOYÉS BÉNÉVOLES : LES ESPÈCES UTILES
(G. Chouinard)

apophua TBO.jpg

Cette larve de TBO en mauvais état est condamnée, car parasitée par Apophua sp., un ichneumon présent au verger de Saint-Bruno. Photo : Francine Pelletier (IRDA)

Le choix de produits non toxiques pour vos prédateurs et autres espèces utiles est crucial si vous voulez favoriser leur présence et vous épargner des traitements supplémentaires au courant de l’été.  Pour des informations détaillées sur les produits homologués et utilisables en période post-florale, consultez le plus récente affiche Production fruitière intégrée ou le site SAgE Pesticides. Utilisez l’onglet PFI de SAgE Pesticides pour comparer les effets principaux et secondaires des outils disponibles, trier les options selon le critère de votre choix,  protéger les espèces utiles de votre verger et protéger votre portefeuille en choisissant le produit le plus approprié à votre situation. Le tableau de la fiche 95 du Guide de PFI peut aussi être utilisé.

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 1er JUIN
(F. Pelletier)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

POUR EN SAVOIR PLUS
(G. Chouinard)

Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire