Fiche 78

Pour une copie de l'article :

Les pucerons

Yvon Morin et Gérald Chouinard

 

Le puceron lanigère est réglementé en vertu de la Loi sur la protection sanitaire des cultures (Fiche 15) et les mesures nécessaires doivent être prises pour éviter la propagation aux cultures avoisinantes.

 

Description et comportement

Les pucerons sont des insectes qui se nourrissent de la sève des pommiers. Ils ont un petit corps mou en forme de poire. Ils se multiplient très rapidement et complètent plusieurs générations par année. Ils se retrouvent principalement sous les feuilles et au bout des pousses en croissance, en groupes composés souvent d’innombrables individus (colonies).

Généralement en PFI, il n’y a pas lieu de contrôler leurs populations, car de nombreux ennemis naturels s’occupent de maintenir leurs populations en échec. Des traitements peuvent cependant être nécessaires lorsque les populations explosent suite à l’utilisation d’insecticides à large spectre en période postflorale.

Il existe quatre espèces de pucerons dans les vergers : le puceron vert du pommier, le puceron de la spirée, le puceron rose et le puceron lanigère.

Pucerons verts

Il est difficile de distinguer le puceron vert du pommier (Aphis pomi) du puceron de la spirée (Aphis spiraecola). Les deux sont communément appelés « pucerons verts » (bien qu’occasionnellement les deux peuvent être jaunes!). Il s’agit de ravageurs secondaires en PFI.

pucerons verts

Il ne faut pas confondre ces pucerons avec les pucerons des graminées (voir ci-après) qui se trouvent sur les bourgeons au débourrement des pommiers. Ces derniers migrent sur des graminées lors de l’épiaison (vers le stade calice du pommier) et ne sont pas nuisibles dans la très grande majorité des cas.

Les pucerons verts hibernent sous le stade d’œufs ovales, noirs et luisants à la base des bourgeons, des gourmands ou des cicatrices foliaires des pousses terminales. Généralement, les œufs éclosent à partir du débourrement avancé. Les larves ou nymphes complètent quatre stades et deviennent adultes environ deux semaines plus tard. Elles se nourrissent de la sève des feuilles. Tous ces adultes sont des femelles! Il n’y a donc ni accouplement ni ponte d’œuf, mais de 50 à 100 larves naissent de chaque femelle par le phénomène de la « parthénogénèse » (reproduction asexuée). Les larves deviennent des femelles adultes ailées ou aptères (sans ailes) en quelques jours.

Habituellement il est possible d’apercevoir les colonies dès le mois de juin sur les jeunes pousses et les gourmands. Les populations sont à leur maximum entre la fin juillet et le début août. Les pucerons ailés se dispersent alors partout dans le verger pour former de nouvelles colonies.

À l’automne seulement apparaissent des pucerons mâles en plus des femelles. Ils s’accouplent pour que la femelle ponde des œufs qui hiberneront sur les pommiers.

Puceron lanigère

Le puceron lanigère (Eriosoma lanigerum) est un ravageur secondaire en PFI. Il a comme particularité de s’entourer de sécrétions blanches floconneuses ou laineuses. Sous cette couche, leur couleur varie du rouge brun au pourpre. Lorsqu’ils sont écrasés, leur corps mou libère un pigment caractéristique rouge sombre qui tache la peau et les vêtements.

pucerons lanigères

Les premières colonies sont apparentes sur les cicatrices des branches charpentières et sur les racines des pommiers. À partir de la mi-juin, elles migrent vers les branches fruitières. La reproduction se poursuit tout l’été et, si la saison est favorable, la population augmente rapidement. Du milieu à la fin de l’été, les colonies produisent quelques femelles, qui migrent vers le haut de l’arbre et y établissent d’autres colonies.

Ce ravageur est généralement contrôlé par un parasitoïde. Le perce-oreille est un excellent prédateur de puceron lanigère.

Au début de l’automne, des femelles ailées sont produites, lesquelles peuvent former de nouvelles colonies sur d’autres pommiers ou, si des ormes sont à proximité, donner naissance à des mâles et femelles sans ailes pour permettre la reproduction sexuée. Sur le pommier, une partie des femelles migre vers les racines à la fin de l’été, pour ensuite hiberner à cet endroit.

Puceron rose du pommier

pucerons roses

Le puceron rose (Dysaphis plantaginea) est un ravageur secondaire en PFI. Il est de couleur pourpre (2,5 mm), apparaît sur les bourgeons au stade débourrement avancé et se développe en colonies sur le pommier jusqu’en juillet. Il se retrouve principalement sur les pommiers en bordure des boisés et sur des cultivars tels que Cortland, ou encore dans les pommiers qui n’ont pas reçu de traitement préfloral avec un pyrèthre de synthèse. Il se développe surtout sur le plantain en fin d’été, mais revient pondre ses œufs sur le pommier à l’automne. Cet insecte est présent uniquement de façon sporadique, lors de printemps frais et pluvieux, et les populations ne sont habituellement pas assez fortes pour causer des pertes économiques.

Puceron des graminées

pucerons des graminées

Les adultes et les stades immatures de ce puceron vert tendre portent trois bandes vert foncé sur le dos. Les œufs pondus sur le pommier éclosent au stade débourrement et les jeunes pucerons se nourrissent à même les bourgeons. Les populations sont rarement assez abondantes à cette époque pour nécessiter des traitements. Au stade calice apparaissent les formes ailées, qui migrent sur les plantes herbacées. Il ne faut pas le confondre avec le puceron vert du pommier, dont la taille est semblable mais qui est uniformément vert et qui apparaît un peu plus tard. Les bourgeons peuvent supporter de fortes populations sans qu’il y ait de pertes économiques. Les bourgeons ou les pousses sévèrement affectés peuvent prendre une apparence rabougrie.

 

Dommages

Lorsque les populations de pucerons sont importantes, du miellat sécrété par les pucerons tombe sur les pommes. Si des conditions humides s’ensuivent, un champignon noir, nommé la fumagine, se nourrit du miellat. C’est ce champignon qui affecte la récolte, car il est très difficile de nettoyer les pommes affectées.

La croissance des jeunes pommiers affectés par les pucerons est ralentie et les rameaux fortement infestés sont plus sensibles au gel hibernal.

En plus de causer ces dommages, le puceron lanigère provoque la formation de nodules sur les racines et les pousses sur lesquelles il se nourrit. Ces nodules sont des portes d’entrée idéales pour les chancres et d’autres maladies.

Quant au puceron rose, il s’attaque également aux fruits. La toxine injectée lors des piqûres répétées de cet insecte provoque de fortes déformations des feuilles et des fruits affectés.

dégât de puceron rose

 

Estimation du risque

Les méthodes de dépistage de ces ravageurs sont décrites au tableau-synthèse Dépistage par observation des fruits ou du feuillage de la fiche 65.

 

Stratégie d’intervention
Lutte naturelle

Les pucerons ont plusieurs prédateurs et parasitoïdes qui limitent leurs populations et des traitements insecticides sont rarement nécessaires (voir la fiche 98). Cependant, lorsque les pommiers sont trop vigoureux, ou que des insecticides toxiques aux prédateurs et parasitoïdes ont été utilisés, les pucerons peuvent se multiplier rapidement et atteindre des niveaux dommageables.

Répression

À la date de publication de ce guide, il existe trois aphicides homologués en pomiculture soit le MOVENTO, le BELEAF et le CLOSER. Les autres insecticides efficaces contre ces ravageurs font partie de la famille des néonicotinoïdes. Les traitements devront être effectués uniquement sur les cultivars sensibles, en l’absence de prédateurs et avant que les feuilles ne s’enroulent, car celles-ci protégeront alors les colonies établies sur elles.

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Ce contenu a été publié dans Guide de PFI par . Mettez-le en favori avec son permalien.

Yvon Morin

agronome spécialisé en pomiculture depuis plus de 25 ans. Employé, puis dirigeant de la première entreprise de services-conseils pour les vergers, il a développé et mis à l'épreuve nombre de méthodes de dépistage et de seuils d'intervention utilisés par les conseillers en pomiculture du Québec

Laisser un commentaire