Pour une copie de l'article :
DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS
(F. Pelletier)

Pour le cultivar ‘McIntosh’, le stade « nouaison » est atteint dans l’ensemble des régions à l’exception de celle de Québec. La nouaison est bonne pour la majorité des sites et des cultivars. En raison de la chaleur des derniers jours, le calibre des fruits augmente rapidement. En date du 24 mai, un diamètre moyen de 8-10 mm est observé (cultivar ‘McIntosh’) dans les régions les plus chaudes. Dans la région de Québec, les pommiers sont au stade « calice » dans les sites les plus hâtifs, et le stade « nouaison » devrait être atteint autour du 1er juin.

TAVELURE ET FEU BACTÉRIEN : OUVREZ L’OEIL
(V. Philion)

Plusieurs conseillers régionaux rapportent l’apparition de taches de tavelure dans un grand nombre de vergers. La position des feuilles infectées indique que l’infection du 15 avril (indice RIM entre 100 et 500 selon la station, soit élevé) est à l’origine des taches.

Dans les vergers où des taches sont apparues malgré un traitement, l’important est de comprendre ce qui est arrivé pour mieux gérer cette maladie à l’avenir. Plusieurs causes sont possibles : un mauvais pulvérisateur, un mauvais réglage, des erreurs de manipulation, etc. L’achat de nouveaux équipements ou leur amélioration doivent être planifiés. Enfin, dans les vergers où la tavelure est visible, les traitements doivent continuer après la saison des infections primaires pour éviter la propagation aux fruits.

Les courtes pluies peuvent provoquer des éjections d’ascospores importantes, mais l’infection n’a pas lieu si le feuillage sèche assez rapidement. Cependant, les spores déposées sur le feuillage ne meurent pas instantanément. La survie des ascospores peut mener à des infections sournoises quand les averses s’accumulent. C’est le cas actuellement dans certains secteurs. La gravité du risque dépend du temps de séchage et de la durée des périodes de mouillure des feuilles cumulées. Dans l’exemple illustré, le risque cumulé (ligne rouge RIM) est bas, mais augmenterait certainement et rapidement si une autre averse survenait. Soyez prudents dans l’interprétation des modèles qui ne tiennent pas compte de la  survie des ascospores sur feuillage sec.

 

Les symptômes de feu bactérien issus des infections florales devraient apparaître d’ici peu. Sur les graphiques de RIMpro, la date à laquelle les premiers symptômes commencent à apparaître correspond au moment où la ligne rouge d’infection atteint la zone verte (voir graphique). La détection rapide des symptômes facilite la gestion de la maladie. La taille rapide des branches affectées est efficace quand la maladie n’est pas trop grave. Un programme de traitements d’urgence avec les régulateurs de croissance APOGEE et KUDOS 27.5 WDG, commencé immédiatement après l’apparition des premiers symptômes, limite fortement la progression de la maladie. Retardez de quelques jours vos applications de calcium pour maximiser l’absorption de l’hormone. Les traitements d’éclaircissage doivent être bonifiés dans les vergers traités.

 

INSECTES ET ACARIENS
(F. Pelletier)

Les premiers dommages de charançon de la prune ont été observés dans quelques sites à risque ou sous régie biologique en Montérégie, au sud-ouest de Montréal et dans la région de Missisquoi. Les conditions étaient favorables à l’activité de ce ravageur au cours de la dernière semaine, et des interventions ont été effectuées dans plusieurs vergers. Selon les prévisions météorologiques actuelles, la soirée du 26 mai sera de nouveau favorable à son activité dans certaines régions (voir sommaire en fin de communiqué).

Les populations d’hoplocampe des pommes ont dépassé le seuil d’intervention au courant de la semaine dernière, dans certains secteurs au sud-ouest de Montréal, dans les Laurentides et en Estrie.

Les captures de carpocapse de la pomme ont débuté dans l’ensemble des régions à l’exception de celle de Québec.

Image Agri-RéseauCarpocapses au fond d’un piège Multi-Pher, à Saint-Bruno, le 25 mai 2021. Photo : G. Tremblay (IRDA)

Les populations de larves de tordeuse à bandes obliques (TBO) ont dépassé le seuil d’intervention dans différents vergers, principalement en Montérégie, mais également dans quelques sites au sud-ouest de Montréal, dans la région de Missisquoi et dans les Laurentides. Les premières chrysalides ont été observées dans le verger du Réseau-pommier au Mont-Saint-Bruno. Selon le modèle prévisionnel, les premières captures de papillons sont prévues pour la fin de la semaine prochaine dans les régions les plus hâtives.

Le début de la ponte des tétranyques rouges a été observé par différents collaborateurs du Réseau, mais les populations sont faibles dans la majorité des vergers.

Le seuil d’intervention pour la punaise de la molène a été atteint dans un petit nombre de vergers, en Montérégie et dans la région de Missisquoi.

Autres observations d’intérêt :

  • Des chenilles de spongieuses ont été observées dans quelques secteurs au sud-ouest de Montréal et en Montérégie.
  • La présence localisée du charançon de la pomme est rapportée dans certains vergers et sur des poiriers.
  • Les premières pontes de punaises pentatomides ont été observées, à la fois celles des espèces phytophages (punaises brunes) et celles des espèces prédatrices (punaises soldats).

Stratégies d’intervention PFI

Charançon de la prune et carpocapse de la pomme
À surveiller! Consultez les communiqués des semaines précédentes pour les stratégies.

Punaise de la molène
Tant que les fruits n’ont pas encore atteint un diamètre de 10 mm, une intervention peut être envisagée si la punaise de la molène est présente et si plus de 1 à 5 % des fruits sont attaqués. Une fois que les fruits ont atteint ce diamètre, la punaise de la molène n’est plus nuisible. Elle demeure même un excellent prédateur d’acariens : il faut donc la protéger!

Punaise terne, hoplocampe et TBO
Il est trop tard pour intervenir contre les deux premiers insectes, une fois la nouaison atteinte : les stades dommageables ne seront pas de retour avant l’an prochain.

Concernant la TBO, il est aussi trop tard en Montérégie, car une fois les premières chrysalides observées, les interventions insecticides sont peu efficaces. La taille d’été est la première recommandation du Réseau pour la lutte contre cet insecte en période estivale. Nous vous reviendrons avec les recommandations dans quelques semaines.

Note
Ces recommandations sont d’ordre général. Pour des informations détaillées sur les produits homologués et utilisables en période postflorale, consultez la plus récente affiche Production fruitière intégrée ou le site SAgE pesticides (liens directs : charançon de la prunecarpocapse de la pomme, punaise de la molène). Utilisez l’onglet PFI de SAgE pour comparer les effets principaux et secondaires des outils disponibles, trier les options selon le critère de votre choix, et pour protéger les espèces utiles de votre verger (et votre portefeuille) en choisissant le produit le plus approprié à votre situation.

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 25 MAI
(F. Pelletier)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

POUR EN SAVOIR PLUS
(G. Chouinard)

Cliquez ici pour les messages des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire