DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS
(F. Pelletier)

En date du 13 juin, le calibre moyen pour le cultivar ‘McIntosh’ se situait entre 8 et 12 mm pour la région de Québec et atteignait 25 mm en Montérégie. Différents collaborateurs rapportent une forte croissance végétative cette année. Dans quelques régions, notamment en Estrie et en Montérégie-Est et Ouest, on rapporte une nouaison variable, malgré une bonne floraison.

 

INSECTES RAVAGEURS ET BÉNÉFIQUES
(F. Pelletier)

L’activité de ponte du charançon de la prune n’est pas terminée et quelques dégâts frais ont été observés au cours des derniers jours, principalement dans les vergers en régie biologique, mais également dans quelques vergers en régie conventionnelle. Selon les prévisions météorologiques actuelles, les prochaines nuits (15 et 16 juin) seront favorables à l’activité de cet insecte. La présence du charançon de la pomme est également rapportée de façon localisée dans différentes régions (Missisquoi, Montérégie-Est et Ouest et Capitale-Nationale).

Les premiers dommages de carpocapse de la pomme ont été observés. On se situe actuellement au tout début de l’éclosion des œufs. Les captures de papillons sont demeurées faibles en général au cours de la dernière semaine, mais selon le modèle prévisionnel du Réseau, on approche du pic de vol de la 1re génération pour les régions plus hâtives (voir le sommaire en fin de communiqué pour les prévisions détaillées par région).

Les captures de papillons de tordeuse à bandes obliques (TBO) ont commencé dans l’ensemble des régions à l’exception de la Capitale-Nationale. Le pic de captures de la 1re génération devrait être observé en début de semaine prochaine pour la Montérégie.

Une première capture de sésie du cornouiller a été observée en début de semaine en Montérégie-Ouest.

Bien que le modèle prévisionnel ne prédise les premières captures de la mouche de la pomme qu’en juillet, des captures sont possibles dès la fin juin dans les sites les plus hâtifs et les vergers plus affectés par cet insecte.

La présence des prédateurs de pucerons (coccinelles, punaises de la molène, larves de syrphe) est en augmentation dans les vergers où des colonies de pucerons sont présentes. Dans les Laurentides, où des populations élevées de pucerons roses sont observées cette saison, la présence abondante de prédateurs a permis jusqu’à présent un bon contrôle naturel des ces ravageurs dans la majorité des vergers sous régie biologique. Des interventions localisées ont été requises dans plusieurs autres vergers.

Stratégies d’intervention
Consultez la section qui suit (pour la mouche) et les communiqués précédents (pour les autres ravageurs mentionnés). Nous vous reviendrons bientôt au sujet de la TBO, rien n’est recommandé pour l’instant.

LA MOUCHE DE LA POMME À VTT
(G. Chouinard)

Dépistage
Il est temps d’installer vos boules rouges engluées pour le dépistage de la mouche. Vous n’en avez pas? Cliquez ici. Peu importe que vous optiez pour la lutte par pulvérisation classique ou que vous utilisiez le GF-120, le dépistage est nécessaire – et rentable! Ne confondez toutefois pas la mouche de la pomme avec des espèces d’apparence semblable. À l’état adulte, la mouche de la pomme est un peu plus petite qu’une mouche domestique et ses ailes sont traversées de bandes noires en zigzag formant un « F » pointant vers l’extérieur. Les autres espèces illustrées ne sont pas nuisibles au pommier.

Image Agri-Réseau

GF-120
Si vous ne connaissez pas encore le GF-120, sachez qu’il s’agit d’une alternative aux insecticides à large spectre qui offre plusieurs avantages sur ceux-ci. Le GF-120 est un produit à base de spinosad (l’ingrédient actif du SUCCESS) et sa particularité est qu’il s’applique avec un équipement portatif monté sur un VTT. Pour plus de détails, lisez la fiche d’information GF-120 sur le site Web des vergers-vitrines, et ne ratez pas les journées de démonstration de cet été (voir la section qui suit)!

Image Agri-Réseau

Le GF-120 s’applique rapidement et simplement, à l’aide d’un réservoir monté sur un VTT. Photo : G. Chouinard

RAPPEL : JOURNÉES DE DÉMONSTRATION DANS LES VERGERS-VITRINES

 

Cet été, participez gratuitement à l’une ou plusieurs des activités dans un verger près de chez vous. Vous y ferez le plein de connaissances sur des méthodes de production novatrices et moins risquées pour la santé et l’environnement! Programmations complètes et inscriptions : www.vitrine-pommes.com

Image Agri-Réseau

FEU BACTÉRIEN ET FLORAISON TARDIVE DES NOUVEAUX POMMIERS : ATTENTION!
(extrait de la fiche 106 du Guide de PFI – V. Philion)

Durant l’année de plantation, la floraison des nouvelles parcelles est presque toujours décalée par rapport à la floraison des parcelles établies. Cet écart favorise le feu bactérien de deux façons : premièrement, les populations bactériennes ont le temps de se développer dans les parcelles avoisinant les nouvelles plantations et le risque de contamination est accru; deuxièmement, la température généralement plus chaude lors des floraisons tardives permet aux bactéries de se multiplier sur les fleurs des nouveaux pommiers. Or, toutes les infections sur des arbres très jeunes et en forte croissance mènent invariablement à des dommages importants. Conséquemment, il est absolument essentiel d’éliminer cette floraison. L’élimination manuelle des fleurs est fastidieuse, mais est utilisée largement à cette fin. Pour les autres options et les détails, consultez la fiche Le feu bactérien : stratégies de lutte.

 

FERTILISATION : PAS D’AZOTE EN ÉTÉ
(V. Philion et E. Barriault)

La phase de multiplication cellulaire dans les fruits (environ 28 jours suivant la floraison) sera bientôt terminée dans les régions les plus chaudes, pour plusieurs cultivars. D’ici à la récolte, les cellules des fruits prendront du volume, mais ne seront pas plus nombreuses. Les engrais foliaires qui aident à la multiplication cellulaire (ex. : nitrate et autres formes d’azote) ne sont donc plus utiles à partir de ce stade et peuvent même engendrer une longue liste de problèmes (coloration, fermeté, chute prématurée, liège, point amer, « scald », brunissement vasculaire, sénescence, gel hivernal). Ils peuvent aussi augmenter les problèmes de maladies et d’insectes. Les applications de sel d’Epsom (magnésium), de bore et de zinc peuvent être justifiées, mais l’azote est à proscrire. Les applications de calcium les plus efficaces sont celles qui ont été faites pendant la multiplication cellulaire, mais des applications régulières en été restent utiles. Un calendrier des apports foliaires est suggéré à la fin de la fiche sur la fertilisation et la phytoprotection (fiche 37A du Guide de production fruitière intégrée [Guide de PFI]).

OBSERVATIONS ET PRÉVISIONS DU RÉSEAU EN DATE DU 14 JUIN

(F. Pelletier)

Cliquez ici pour consulter le sommaire préparé chaque semaine pour les différentes régions pomicoles.

POUR EN SAVOIR PLUS

Cliquez ici pour les messages téléphoniques des conseillers du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les dernières prévisions et les observations en temps réel dans les vergers pilotes du Réseau-pommier.

Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire