Fiche 108

Pour une copie de l'article :

Le roussissement

Vincent Philion

 

roussissure

Le roussissement, aussi appelé roussissure ou russeting des pommes, résulte d’une altération des cellules de l’épiderme, qui sont remplacées par une couche liégeuse terne et rugueuse de couleur brunâtre. Dans les cas graves, l’épiderme peut même être craquelé. Cette altération des cellules est en partie d’origine physiologique (ex. : gel, phytotoxicité), mais peut également être causée par certaines bactéries et levures naturellement présentes dans le verger et le roussissement peut donc aussi être considéré une maladie. Les aspects et l’intensité sont fort variables en raison des nombreux facteurs qui peuvent provoquer ce changement. Les zones affectées ont un pourtour mal défini, sont irrégulières, pointillées, linéaires, isolées ou groupées. Elles affectent, en partie ou en tout, la surface des fruits.

La période favorable au déclenchement de ce phénomène se situe durant les trois à cinq semaines qui suivent la floraison. Dans les cas où la roussissure est biotique, donc parasitaire, les applications de fongicides qui répriment la levure commune, Aureobasidium pullulans, (black yeast), pendant cette période contribuent à diminuer les symptômes. Le blanc (voir la fiche 109) provoque aussi parfois un roussissement sur fruits.

Le roussissement ne fait pas l’objet de recommandation de traitement spécifique au Québec, puisque les traitements qui répriment la tavelure répriment aussi la levure. Cependant, le choix des traitements pendant la période critique peut influencer le niveau de roussissement observé à la récolte.

Efficacité des traitements pour réprimer le roussissement (s’il est de cause biotique) :

  • Très efficace : FLINT
  • Efficace : CAPTAN, MAESTRO, DITHANE, MANZATE, PENNCOZEB
  • Peu efficace : INSPIRE SUPER, PHOSPHONATE (éliciteur)

 

Facteurs prédisposants

Plusieurs facteurs favorisent l’apparition de roussissement et une combinaison de ces facteurs peut aggraver les symptômes. Ils sont présentés ici en ordre décroissant d’importance.

La sensibilité variétale

Les cultivars comme Golden Delicious et Ginger Gold sont plus sujets à la roussissure. Il arrive fréquemment que la roussissure apparaisse seulement sur les cultivars les plus sensibles même, quand les facteurs de roussissement étaient également présents dans tout le verger.

Facteurs climatiques

Une baisse de température près du point de congélation, des périodes nuageuses prolongées, de fortes pluies ou une sécheresse prolongée pendant la période critique peuvent provoquer du roussissement à des degrés divers selon la sensibilité du cultivar. Le vent qui provoque un frottement des fruits avec les branches est aussi impliqué.

Traitements foliaires

L’emploi de produits antiparasitaires ou d’engrais foliaires plus irritants durant la période critique, notamment en lien avec des facteurs climatiques aggravants, devrait être évité. Par exemple, les applications en soirée pendant la période critique peuvent maintenir les jeunes fruits fragiles mouillés pendant une période prolongée. De même, les traitements durant des conditions très humides ou lorsque la température dépasse 30 °C devraient être évitées. Les pesticides sous forme d’émulsions (EC) sont plus fréquemment impliqués que les poudres mouillables (WP) dans les cas de roussissure.

L’état des vergers

La vigueur excessive des arbres, un déséquilibre de fertilisation, notamment les excès d’azote, peuvent entraîner un roussissement des fruits. Les sols mal aérés sont aussi un facteur aggravant.

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Laisser un commentaire