Cochenille de Comstock

Pour une copie de l'article :
Pseudococcus comstocki (Kuwana)    Hemiptera : Sternorrhyncha : Pseudococcidae
Comstock mealybug icône pommes
Adulte et larve 2 générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​récolte

cochenille de Comstock (larve)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

cochenille de Comstock (adulte femelle)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

cochenille de Comstock (dégât)

C (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

La femelle adulte et le juvénile se ressemblent généralement; ils ont le corps ovale-allongé et divisé en plusieurs segments, sont dépourvus d’ailes et ont des pattes bien développées (A). Les pattes et les antennes sont peu visibles. Le corps est brun rougeâtre, mais il est recouvert de cire lui donnant un aspect blanc, particulièrement dans le cas de la femelle adulte (B), qui présente aussi de longs filaments sur le corps (dont une paire de filaments postérieurs mesurant le tiers de la longueur du corps). Le mâle adulte est très petit, ressemble à un moucheron et est éphémère, de sorte qu’il est rarement observé.

Répartition

L’espèce est présente dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord.

Dégâts

L’espèce s’attaque principalement au poirier, au pommier et au pêcher. L’adulte et l’immature (larve mobile) se nourrissent de sève sur les tissus verts et se rassemblent aux extrémités pédonculaire et apicale des fruits vers le moment de la récolte. La cochenille de Comstock est considérée comme nuisible en raison de la fumagine qui se développe sur le miellat qu’elle sécrète (C) ainsi que des problèmes esthétiques et des problèmes de contamination associés à sa présence durant la transformation.

Moyens de lutte

Surveiller régulièrement l’activité des larves mobiles sur les pousses terminales tout au long de l’été; installer des rubans collants à double face sur les branches charpentières pour détecter le déplacement des individus vers les fruits. Un insecticide peut être appliqué au milieu de l’été pour éviter l’infestation des fruits, si les autres pesticides appliqués n’ont pas permis de combattre indirectement cette espèce.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.