Fiche 59

Pour une copie de l'article :

Préparation et application de la bouillie : les règles de l’art

Robert Maheux, Gérald Chouinard, Yvon Morin, Sylvie Bellerose, Francine Pelletier et Maude Lachapelle

 

Sécurité avant tout
  • Informez quelqu’un de votre entourage que vous préparez une pulvérisation et demandez-lui d’être disponible en cas d’urgence.
  • Lisez les étiquettes des produits qui seront utilisés.
  • Enfilez votre équipement de protection (voir la fiche 31).
  • Assurez-vous qu’un équipement de protection de rechange, de même que de l’eau propre et du savon, se trouvent sur les lieux où s’effectuent les manipulations de pesticides. Une douche de secours devrait également se trouver à proximité.
  • Une cuve lave-mains d’une capacité de 15 L devrait également être présente sur le pulvérisateur. Elle est disponible sur les nouveaux modèles et elle est facile à installer sur les pulvérisateurs qui n’en possèdent pas.
  • Assurez-vous qu’il n’y aura pas de lien physique direct entre la source d’eau et le réservoir du pulvérisateur, afin de ne pas contaminer la source d’eau en cas de déversement accidentel ou lors du retour d’eau à la pompe. Pour éviter ce problème, utilisez une valve anti-retour ou emmagasinez l’eau dans un réservoir que vous situerez tout juste à côté de l’entrepôt à pesticide.
  • Remplissez le réservoir à moitié avec de l’eau. Utilisez un simple tuyau sans embout pour réduire les éclaboussures lors du remplissage. Si vous utilisez des produits qui ont tendance à mousser, vous pouvez le remplir au ¾ avec une légère agitation et/ou ajouter un agent anti-moussant.
  • Actionnez l’agitateur du pulvérisateur.

 

Réduire votre exposition

Par définition, la grande majorité des pesticides sont des produits dangereux. Consultez les fiches 31 (Utilisation sécuritaire des pesticides) et 32 (Mesures d’urgence) : vous y trouverez de l’information pour vous aider à vous protéger et aussi à reconnaître rapidement les signes et symptômes d’une exposition à divers groupe de pesticides, pour savoir comment intervenir en cas d’intoxication.

exposition cutanée aux pesticides

exposition orale aux pesticides

N’attendez pas de ressentir ces symptômes avant de vous protéger; ceux-ci peuvent apparaître après quelques minutes d’exposition ou après quelques heures.

Le port d’équipement de protection approprié est essentiel pour diminuer votre exposition aux pesticides et protéger votre santé. De plus votre équipement doit être en bon état et bien ajusté! Si vous utilisez un masque par exemple, il doit être parfaitement ajusté au niveau du nez et des yeux afin de ne pas laisser entrer les vapeurs de pesticide. Un simple test peut être réalisé avec de l’huile de banane ou un autre produit sécuritaire qui vous permettra de vérifier l’étanchéité de votre masque. Pour plus d’informations consultez le site web de la CNESST ou le Guide d’élaboration d’un programme de protection respiratoire.

 

La pesée des produits
  • Installez-vous sur une surface plane, non poreuse et imperméable, facilement nettoyable.
  • Mesurez précisément les quantités nécessaires en utilisant une tasse à mesurer ou une balance. Servez-vous de plus d’un contenant s’il y a plus d’un produit.
  • Rincez les contenants trois fois et versez l’eau de rinçage dans le tamis du pulvérisateur.
  • Les autres objets ayant servi à la manipulation de pesticides doivent aussi être nettoyés après chaque utilisation afin d’éviter de laisser des concentrés de pesticides dans votre environnement de travail.

 

Le mélange des produits
  • Si vous utilisez plus d’un produit, ne les mélangez JAMAIS sous leurs formes pures et ne les versez jamais directement dans la cuve du pulvérisateur. Versez-les plutôt l’un après l’autre, dans le tamis du pulvérisateur. Sur les modèles plus récents de pulvérisateurs, le tamis peut être équipé en option d’un mélangeur qui servira à pré-mélanger les produits avant qu’ils ne se retrouvent dans le réservoir. Vous pouvez également vous servir de la sonde d’aspiration, dont sont munis certains nouveaux modèles de pulvérisateurs, qui aspirera les produits granulaires ou en poudre directement de leur contenant d’origine pour les diriger directement dans le tamis.
  • Assurez-vous de travailler dos au vent, dans un environnement ouvert et bien éclairé.
  • Respectez méticuleusement l’ordre suivant :
    1. Ajoutez les sachets solubles* en premier et laissez-les se dissoudre complètement (environ deux minutes) avant d’ajouter tout autre produit;
    2. Si vous utilisez la totalité d’un contenant de pesticides, effectuez un triple rinçage du contenant et versez la solution de rinçage dans le réservoir;
    3. Ajoutez les poudres mouillables (WP);
    4. Ajoutez les produits en granules dispersibles (DG, DF, WDG);
    5. Ajoutez les produits liquides (FL ou « Flowable ») et les pâtes fluides;
    6. Attendez cinq à dix minutes pour vous assurer que les produits sont complètement dissous;
    7. Ajoutez les produits liquides à base d’huiles et les émulsions concentrées (EC, SC);
    8. Ajoutez les adjuvants suivis des engrais solubles (bore, urée, magnésium, par exemple);
    9. Complétez le remplissage du réservoir.

* Le plastique des sachets solubles réagit avec le bore (B) et certains autres engrais foliaires s’ils n’ont pas été dissous au préalable. L’huile imperméabilise les sachets hydrosolubles s’ils n’ont pas été dissous au préalable. Si un réservoir est mal lavé ou contient des résidus d’huile ou de bore provenant de l’arrosage précédent, il sera important de dissoudre les sachets solubles dans une chaudière avant de les mettre dans le réservoir, afin d’éviter toute formation de gel ou de particules susceptibles d’obstruer les filtres et les buses. N’oubliez pas qu’on doit quand même porter des gants pour manipuler ces sachets et que ces gants doivent être secs afin de ne pas dissoudre et percer les sachets lors des manipulations! Ces sachets sont fragilisés par un hiver passé en entrepôt non chauffé, il faut donc faire attention en les manipulant

 

Application sécuritaire
Si votre tracteur est équipé d’une cabine avec un système de filtration de l’air :
  • Enlevez l’équipement de protection utilisé lors de la préparation de la bouillie avant d’entrer dans la cabine. La cabine est un lieu d’habitation qui ne doit jamais être contaminé par les pesticides.
  • Installez et activez le filtre à air au charbon présent sur la cabine.
  • Vérifiez qu’une trousse de sécurité contenant des équipements de protection individuelle propres et fonctionnels (masque, lunettes, gants, etc.) est présente dans la cabine. En cas de contamination de la cabine (odeur ou premiers symptômes d’intoxication) ou lors d’un bris qui nécessiterait que vous quittiez la cabine, utilisez cet équipement pour circuler dans la zone traitée.
  • En cas de fuite mineure dans le système de pulvérisation, il est préférable d’attendre que le réservoir du pulvérisateur soit vidé de ses pesticides avant d’effectuer les réparations.
Si votre tracteur n’a pas de cabine :
  • Après avoir préparé la bouillie, vous pouvez enlever votre tablier de protection qui a été utilisé. Si vous aviez enfilé une combinaison de protection sous votre tablier, il est important de vérifier si elle a été souillée lors de la préparation de la bouillie. Si c’est le cas, nettoyez-la avec de l’eau claire ou si la contamination est plus que légère, changez-la pour une neuve. Si vous ne portiez pas de combinaison sous votre tablier, vérifiez s’il y a eu contamination de vos vêtements et changez-les au besoin.
  • Vérifiez et enfilez l’équipement de protection; s’il s’agit d’un équipement réutilisable, veillez à ce qu’il soit fonctionnel et propre, sinon, enfilez un nouvel équipement.

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Ce contenu a été publié dans Guide de PFI par . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.

Laisser un commentaire