Tétranyque à deux points

Pour une copie de l'article :
Tetranychus urticae Koch    Acari : Tetranychidae
Twospotted spider mite icône feuillesicône feuilles
Formes mobiles 6–8 générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​Récolte

tétranyque à deux points (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

tétranyque à deux points (adultes femelles)

B (photo : Charles Vincent – Agriculture et Agroalimentaire Canada)

tétranyque à deux points (œufs)

C (photo : Jaques Lasnier – Co-Lab R&D)

tétranyque à deux points (dégât)

D (photo : anonyme)
Feuille endommagée à gauche; feuille saine à droite.

tétranyque à deux points (dégât)

E (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

L’adulte et la larve sont jaunâtres à vert pâle et ornés d’une paire de taches dorsales foncées (en fait, c’est le contenu de leurs tissus internes qui est visible à travers la cuticule) (A). Le mâle est plus petit que la femelle, et son abdomen est pointu. Les femelles prennent une couleur orangée à l’automne (B). Le tétranyque à deux points vit en petites colonies; les individus se regroupent dans les crevasses de l’écorce ou dans la végétation du sol pour passer l’hiver. Les œufs, sphériques et translucides, sont pondus individuellement sur la face inférieure des feuilles (C).

Répartition

L’espèce est répandue et constitue un ravageur important dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord.

Dégâts

L’espèce s’attaque à tous les arbres fruitiers à feuilles caduques. Elle cause en s’alimentant l’apparition de mouchetures sur les feuilles (D). Chez le poirier, les feuilles deviennent brun foncé ou noires (E), particulièrement lorsqu’elles subissent une période d’alimentation intense et relativement courte. Une infestation grave peut entraîner un ralentissement de la croissance de l’arbre ainsi qu’une diminution de la grosseur des fruits et leur chute précoce.

Moyens de lutte

Cet acarien quitte les mauvaises herbes mourantes pour se diriger vers les arbres situés à proximité; surveiller la présence d’infestation sur le feuillage après l’application d’herbicides sur les adventices à feuilles larges, du début au milieu de l’été. Utiliser des acaricides (si le seuil d’intervention est atteint) ou de l’huile minérale en période estivale, pour réduire les populations. L’utilisation de pesticides sélectifs peut permettre une lutte biologique à l’aide d’acariens prédateurs (phytoséiides, stigmaéides et autres), de la punaise translucide (Hyaliodes vitripennis) et de la coccinelle Stethorus punctum.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.