Punaise de la molène

Pour une copie de l'article :
Campylomma verbasci (Meyer)    Hemiptera : Heteroptera : Miridae
Mullein plant bug icône pommesicône pommesicône acariens (oeufs et formes mobiles)icône acariens (oeufs et formes mobiles)icône pucerons
Larve et adulte 2 générations
Pré-bouton rose Bouton rose Floraison Calice Début été Mi-été Pré-​récolte

punaise de la molène (adulte)

A (photo : Guy Boivin – Agriculture et Agroalimentaire Canada)

punaise de la molène (larve)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

punaise de la molène (dégât)

C (New York State Agricultural Experiment Station)

punaise brune du pommier (larve)

D (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

L’adulte est vert grisâtre; ses pattes sont mouchetées de noir (A). La larve (B) ressemble au puceron vert du pommier ou à la cicadelle blanche du pommier, mais elle est solitaire, très mobile et dépourvue de cornicules.

Répartition

L’espèce est présente dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord.

Dégâts

L’espèce s’attaque principalement aux pommiers, particulièrement ceux des variétés Red Delicious, Golden Delicious, Spartan, Yellow Transparent, Northern Spy, Empire et Melba. La larve pique l’épiderme des fleurs en formation et des jeunes fruits. Au début, les marques ressemblent à des « boutons » rougeâtres (C), puis, à mesure que le fruit grossit, elles prennent l’apparence de taches surélevées, liégeuses et brunes ou noires. Dans les cas graves, le fruit peut présenter des malformations. Bien qu’il soit présent de façon sporadique, cet insecte peut causer des dommages considérables dans les cultures. La punaise de la molène est considérée comme un prédateur si les variétés cultivées et les conditions de culture font en sorte que les œufs n’éclosent pas durant un stade propice de la formation des fruits.

Espèces semblables

La larve de la punaise brune du pommier, Atractotomus mali (Meyer) (D), se nourrit des boutons floraux et des jeunes fruits durant la même période que la punaise de la molène et cause des dégâts semblables, mais ses antennes sont dilatées au niveau du 2e article, et son corps est de couleur acajou et légèrement plus gros que celui de la larve de punaise de la molène.

Moyens de lutte

Si les variétés cultivées et les conditions de culture font en sorte que les œufs éclosent avant que les fruits soient assez gros pour résister aux attaques, un insecticide peut être utilisé au stade du bouton rose ou à la chute des pétales.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.