Pyrale tricolore

Pour une copie de l'article :
Acrobasis tricolorella (Grote)    Lepidoptera : Pyralidae
Mineola moth (Destructive pruneworm) icône fleursicône feuillesicône cerises
Larve 1–2 générations
Bouton blanc Floraison Calice Début été Mi-été Fin été

pyrale tricolore (adulte)

A (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

pyrale tricolore (larve)

B (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

pyrale tricolore (dégât)

C (photo : New York State Agricultural Experiment Station)

pyrale tricolore (dégât)

D (photo : New York State Agricultural Experiment Station)
Caractéristiques

L’adulte est un papillon gris bleuté ayant la forme d’une tente lorsqu’il a les ailes repliées. Il présente au milieu des ailes antérieures une large rayure blanche transversale bordée par une rayure brun rougeâtre plus fine; un ensemble semblable de bandes plus petites est présent près de l’extrémité postérieure (A). La chenille a la tête brune et le corps brun grisâtre foncé dans la partie dorsale et brun rougeâtre dans la partie ventrale et possède de nombreuses épines courtes (B).

Répartition

L’espèce est présente depuis le sud du Canada jusqu’au Maine et au Michigan.

Dégâts

L’espèce s’attaque principalement au cerisier, mais aussi au prunier. Elle peut également être observée chez le pommier. Les chenilles qui ont hiverné consomment les boutons floraux (C) et les fleurs en développement et se construisent plus tard un nid dans les feuilles terminales, dont elles se nourrissent ensuite. Les chenilles présentes au début de l’été s’attaquent aux fruits (D) et se nourrissent autour du cœur de ceux-­ci peu avant la récolte.

Espèces semblables

Les formes adulte et larvaire ressemblent à celles de la pyrale de la prune (Euzophera semifuneralis), espèce étroitement apparentée. Toutefois, la chenille ne creuse pas de galeries dans les tissus du cambium, contrairement à celle de la pyrale de la prune.

Moyens de lutte

L’espèce est rarement présente dans les vergers, de sorte qu’’il est peu souvent nécessaire de prendre des mesures de lutte. Des méthodes de lutte chimique peuvent être utilisées au printemps, entre le débourrement et le stade bouton blanc, contre les chenilles qui ont hiverné, puis une deuxième fois contre les nouveaux adultes à la fin juin.

 
bannière du CRAAQ pour le Guide d'identification - maladies, ravageurs et organismes bénéfiques des arbres fruitiers

Ce contenu a été publié dans Guide d'identification par , , , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.