Fiche 112

Pour une copie de l'article :

Le cerf de Virginie

Daniel Cormier, Robert Maheux et Yvon Morin

 

Le cerf de Virginie, appelé aussi le chevreuil, peut causer des dommages considérables dans les vergers. Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune ayant déjà rapporté que des populations élevées de cerfs de Virginie sont présentes dans les zones de chasse du sud et de l’ouest de la province, il n’est pas surprenant de constater une augmentation des dommages dans les vergers non clôturés de ces régions.

C’est principalement au cours de l’hiver que les dommages sont observés, alors que la nourriture en milieu naturel est moins abondante et moins accessible. Le cerf se nourrit de bourgeons à fruits et de rameaux, ce qui peut mener à une perte importante de rendement pour un pommier en production ainsi qu’à des dommages irréparables, voire la mort, particulièrement pour de petits pommiers. Les attaques répétées sur de jeunes arbres non en production rendent aussi irréaliste toute replantation de la part du producteur.

cerf de Virginie / chevreuil

La stratégie de lutte utilisée pour contrer les dommages causés par le cerf de Virginie dépend principalement du niveau de dommages observés dans votre verger. À l’apparition des premiers dommages, s’ils sont faibles et peu fréquents, il est possible d’utiliser des produits répulsifs. Cependant, s’il y a une augmentation constante des dégâts et que les dommages sont plus fréquents, il est plutôt recommandé d’opter pour une clôture dans le but d’obtenir une solution efficace à long terme.

Répulsion
Les répulsifs gustatifs et odorants

Ces répulsifs sont des substances dont l’odeur ou le goût possède la propriété de tenir les animaux à l’écart pour une période de temps limitée. Ce moyen de lutte peut être efficace pour protéger quelques arbres, mais il est peu fiable pour protéger l’ensemble d’un verger. L’efficacité de plusieurs répulsifs est très variable selon le degré d’accoutumance développé par le chevreuil. Ces produits doivent être utilisés en prévention, avant que les cerfs prennent l’habitude de visiter votre verger. De plus, lorsque les cerfs sont affamés, les répulsifs sont généralement inefficaces.

Les répulsifs sonores et visuels

Il existe sur le marché des produits qui servent à éloigner les cerfs à l’aide de bruits ou de sons émis par des appareils électroniques. Ces dispositifs n’ont qu’un effet temporaire, car les cerfs s’y habituent très rapidement et n’y portent plus aucune attention après quelques jours. Il est important de s’informer auprès des autorités locales pour vérifier si la réglementation permet l’usage de tels systèmes.

 

Clôtures

L’installation d’une clôture peut assurer au verger un haut niveau de protection face au cerf de Virginie. La présence d’une clôture est le moyen le plus dissuasif pour empêcher sa présence dans le verger.

Lorsqu’une clôture est installée, il faut se rappeler que le cerf de Virginie est un excellent sauteur et qu’il peut également passer sous la clôture. Pour obtenir le maximum d’efficacité, il est donc important de respecter la hauteur recommandée pour chaque type de clôture et de s’assurer qu’elle soit fixée près du sol. Au Québec, la hauteur de la clôture doit notamment tenir compte de l’accumulation de neige.

Une étude approfondie des coûts, mais également de l’entretien que nécessite chaque type de clôture, peut éviter des dépenses inutiles. Avant de choisir l’une ou l’autre des clôtures, il faut être bien déterminé à l’entretenir de façon adéquate afin de maintenir son efficacité. À cet effet, un tableau comparatif des coûts des clôtures a été compilé par le MRNF et est disponible à l’adresse Internet suivante : http://mffp.gouv.qc.ca/publications/faune/dommages-cerf-fascicule-3.pdf

 

Clôture en treillis

La clôture en treillis est actuellement très utilisée contre le cerf de Virginie au Québec. Il en existe différents modèles et chacun de ces modèles est caractérisé par un carrelage et des matériaux spécifiques. La hauteur de la clôture doit être établie en fonction du niveau d’accumulation de neige de votre région, sans jamais être inférieure à 2,4 m.

Clôture en treillis d’acier galvanisé. L’utilisation de clôtures en broche carrelée d’acier galvanisé est la plus répandue. Deux types de carrelage (grosseur des mailles) sont disponibles : 10 ou 15 cm. Elle est disponible au Québec dans les coopératives agricoles en rouleaux de 1,2 m de hauteur par 100 m de longueur. Il est recommandé de placer un rouleau de 1,2 m avec des mailles de 10 cm dans le bas de la clôture, afin d’éviter que le panache du cerf s’y accroche. Un rouleau de 1,2 m est alors superposé avec des mailles de 15 cm dans le haut pour former une clôture de 2,4 m de hauteur. Il existe aussi des rouleaux de 2,4 m de hauteur, mais ils sont plus difficiles à trouver. Ce type de clôture possède une durée de vie de 20 à 30 ans selon la qualité de son entretien.

clôture contre le cerf de Virginie / chevreuil

Clôture en treillis de polypropylène. Cette clôture est faite d’un treillis de polypropylène résistant au froid et aux rayons ultraviolets. Elle offre l’avantage de s’installer et de se modifier facilement et elle nécessite moins de poteaux que la clôture de treillis en acier galvanisé pour la supporter à cause de sa légèreté. Elle est presque invisible lorsque comparée au modèle en acier, et par conséquent, elle n’a pas l’effet dissuasif de l’acier. Elle est également plus fragile à l’impact d’un cerf en comparaison avec l’acier galvanisé, mais elle est facilement réparable. Elle est disponible au Québec en rouleaux de 2,3 m de hauteur par 100 m de longueur. Un rouleau de polypropylène est environ deux fois moins dispendieux qu’un rouleau d’acier galvanisé. Elle possède une garantie de 10 ans de la part du fabricant.

clôture en treillis contre le cerf de Virginie / chevreuil

Précautions et entretien des clôtures en treillis. Dans le cas d’une clôture de treillis, une inspection régulière permet de vérifier la présence de trous, la solidité des poteaux et de constater si la clôture se rend toujours jusqu’au sol. Ceci évitera de se retrouver avec des problèmes, car il est toujours difficile de sortir un cerf de Virginie d’un verger clôturé! Pour les mêmes raisons, il est recommandé de ne jamais laisser les portes ouvertes d’un verger clôturé .

 

Clôture électrique

La clôture électrique agit surtout comme une barrière psychologique pour le cerf. Son installation fait en sorte que les cerfs soient tentés de la traverser par-dessous ou entre les fils plutôt que par-dessus. Lorsque le cerf entre en contact avec la clôture, il ferme un circuit électrique qui déclenche un choc électrique dissuasif. Ce type de clôture demande plus d’entretien que celles en treillis, car les mauvaises herbes et l’accumulation de neige peuvent causer des mises à la terre nuisant à son bon fonctionnement. Elle est plus économique à l’achat et à la pose en comparaison avec une clôture de treillis. Cependant il est parfois nécessaire d’avoir recours à un spécialiste pour son installation, ce qui en augmente les frais. Il existe plusieurs types de clôture électrique, dont la clôture électrique verticale de 2,4 m de hauteur et la clôture électrique inclinée. Elles possèdent toutes une durée de vie de 20 à 30 ans.

clôture électrique contre le cerf de Virginie / chevreuil

 

Pour en savoir plus

Le cerf de Virginie – Comment faire face aux dommages qu’il peut causer (fascicule 3) disponible au MFFP : http://mffp.gouv.qc.ca/publications/faune/dommages-cerf-fascicule-3.pdf

Guide à l’intention des propriétaires subissant des dommages causés par le cerf de Virginie : www.agrireseau.qc.ca/reseaupommier/Documents/cerf.pdf.

La Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune s’applique aussi à votre verger. Consultez la fiche 20 si vous entrevoyez piéger ou chasser des animaux dans votre verger.

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Ce contenu a été publié dans Guide de PFI par . Mettez-le en favori avec son permalien.

Daniel Cormier

Daniel Cormier est détenteur d’un baccalauréat en agronomie avec une spécialité en phytoprotection, assorti d’une mineure en agriculture biologique. Il a aussi obtenu un doctorat en entomologie à l’Université McGill. En avril 1999, Daniel Cormier s’est joint à l’IRDA à titre de chercheur entomologiste en pomiculture. Ses travaux de recherche visent principalement à développer de nouvelles stratégies de lutte contre les insectes ravageurs du pommier par l’utilisation de moyens à risque réduit pour l’environnement et en conformité avec le programme de Production Fruitière Intégrée (PFI).

Laisser un commentaire