Pour une copie de l'article :

Dernière mise à jour le 25 février 2018
 

Botryosphaeria dothidea (Moug.) Ces. & De Not.)
White rot icône tronc et branchesicône tronc et branchesicône pommesicône pommes

pourriture blanche (fruit)

A (photo : Mid-Atlantic Orchard Monitoring Guide)

pourriture blanche (branche)

B (photo : Mid-Atlantic Orchard Monitoring Guide)
Hôtes

Pommier, poirier.

Symptômes

Quatre à six semaines avant la récolte, des lésions apparaissent sur les fruits sous forme de petites taches circulaires légèrement enfoncées, de couleur havane à brune. Elles sont parfois entourées d’un halo rouge chez les fruits à peau jaune. Sur les fruits colorés de rouge, le halo est violet foncé à noir. En grossissant, les lésions progressent vers le cœur du fruit de manière cylindrique, contrairement aux lésions de la pourriture amère (Colletotrichum acutatum, Colletotrichum gloeosporioides), qui prennent généralement la forme d’un V. Les fruits infectés sont havane à brun clair (A). Des groupes épars de fructifications noires se forment à la surface des fruits aux stades avancés de la maladie. Les fruits peuvent devenir mous et aqueux par temps chaud. Lorsque le temps est frais, la chair pourrie des fruits est plus ferme et d’une couleur havane plus foncée, semblable à celle des lésions de la pourriture noire causée par Botryosphaeria obtusa.

Les chancres apparaissent au printemps sous forme de petites lésions enfoncées brun rougeâtre et grossissent au cours de la saison, provoquant souvent une annélation de la branche maîtresse infectée. Des fructifications semblables à des pustules se forment à la surface des chancres quatre à huit semaines après l’infection (B). On peut observer un dépérissement des pousses au dessus du chancre, particulièrement en cas d’annélation de la branche. L’apparition de feuilles jaunes sur les branches maîtresses infectées à la fin de mai ou au début de juin est l’un des symptômes les plus manifestes de la maladie. Dans le nord-est, les infections peuvent demeurer superficielles, tant que l’agent pathogène reste dans l’écorce externe sans endommager le phloème ou le cambium, jusqu’au moment où un stress de sécheresse permet au champignon de pénétrer dans ces tissus et de les tuer.

Répartition

Maladie répandue, présente dans tout l’est de l’Amérique du Nord.

Maladies et troubles similaires

La pourriture des fruits causée par cette maladie peut être confondue avec la pourriture amère ou la pourriture noire, mais s’en distingue par les symptômes décrits ci-dessus. Les chancres causés par la maladie peuvent être confondus avec les autres types de chancres.

Moyen de lutte

Il faut éviter les blessures et l’émondage durant les périodes de stress de sécheresse, et enlever et détruire les branches infectées, les chancres et les autres sources d’inoculum, comme les fruits momifiés. L’application de fongicides contre les maladies estivales, telles que la tavelure du pommier, les pourritures des fruits, la tache de suie et la moucheture, permet d’atténuer l’apparition de chancres.