Fiche 87

Pour une copie de l'article :

Les chenilles forestières

Yvon Morin et Gérald Chouinard

 

Les chenilles de ce groupe sont des ravageurs mineurs en PFI. Elles se rencontrent dans les vergers qui avoisinent des boisés et leur présence est le plus souvent limitée aux pommiers situés en périphérie des vergers. Pour connaître les noms latins des principales espèces rencontrées en vergers, consultez la fiche 10.

 

Arpenteuses du printemps

Les œufs vert jaunâtre et ovales de ces arpenteuses (Paleacrita sp.) sont déposés pêle-mêle par groupe d’environ 50 dans les crevasses ou sous les vieilles écorces. Les larves qui en sortent sont des chenilles (2,5 cm en fin de développement) vert pâle à brun foncé, pourvues de bandes jaunes longitudinales sur les flancs; elles ont souvent l’apparence d’une brindille. Elles possèdent à leur extrémité postérieure deux paires de fausses pattes, dont elles se servent pour se déplacer typiquement en faisant un U renversé, ou pour se redresser le long d’une branche. Les adultes sont des papillons d’apparence très différente selon leur sexe : le mâle (3 cm) est gris avec des lignes sinueuses sur les ailes antérieures alors que la femelle (1 cm) ne possède que des moignons d’ailes gris-brun.

arpenteuse du printemps (larve)

Dégâts observables : Les chenilles dévorent les feuilles, ne laissant que les nervures et le pétiole. Elles peuvent aussi ravager quantité de bourgeons à fruits. Parfois, il y a confusion entre ce genre de dégâts et ceux du pique-bouton.

arpenteuse du printemps (larve et dégâts)

Stratégie de lutte : Des interventions chimiques sont rarement nécessaires contre les arpenteuses, mais des applications localisées peuvent occasionnellement être recommandées jusqu’à la mi-juin. Produit homologué : IMIDAN).

 

Chenille à bosse rouge

Cette chenille (Schizura concinna) de bonne taille, soit 25 mm en fin de développement, est ornée de rayures jaunes, blanches et noires. Le quatrième segment porte une grosse protubérance caractéristique qui, avec la tête, est rouge corail. Cette chenille se retrouve en colonies de plusieurs dizaines d’individus de la mi-août à la mi-septembre sur de nombreuses espèces d’arbres forestiers, ornementaux et fruitiers.

chenille à bosse rouge (larve)

Dégâts observables : Défoliation à la manière des squeletteuses. Cependant, le dommage peut être beaucoup plus extensif en raison du grand nombre de chenilles pouvant être présentes simultanément sur un seul arbre. Les dégâts sont habituellement limités à quelques arbres en bordure des boisés.

 

Livrée d’Amérique et livrée des forêts

Les masses d’œufs de ces papillons (Malacosoma americanum et Malacosoma disstria) prennent la forme d’anneaux noirs et lustrés fixés aux brindilles. Les larves sont des chenilles noires (5 cm en fin de développement), souvent appelées « chenilles à tente », munies de bandes étroites ou encore de taches blanches ou jaunes alignées sur les flancs. Seules les chenilles de la livrée d’Amérique tissent des tentes de soie, lesquelles leur servent d’abri pendant la nuit et lors de périodes de pluie. Ces tentes sont construites aux fourches des arbres par les jeunes chenilles qui apparaissent avec l’ouverture des bourgeons. Les chenilles des deux espèces atteignent leur maturité à la fin juin. Les adultes sont des papillons rouge-brun (25 mm) portant en travers des ailes deux bandes parallèles, blanches chez la livrée d’Amérique et brunes chez la livrée des forêts.

livrée d'Amérique (adulte)

livrée d'Amérique (larve)

livrée des forêts (adulte)

Dégâts observables : Lorsque de nombreuses masses d’œufs sont pondues sur un même arbre, les fortes populations qui en résultent (jusqu’à 5000 chenilles par pommier) peuvent défolier complètement un arbre en quelques jours. Heureusement, les épidémies sont peu fréquentes. De plus, les dégâts sont rarement d’importance économique; les fruits ne sont pas affectés.

Stratégie de lutte : Des interventions chimiques avec des insecticides à large spectre (ex. : IMIDAN) sont rarement nécessaires et sont peu efficaces car les chenilles sont protégées à l’intérieur de la toile. Une meilleure stratégie consiste à couper les branches affectées, au besoin, au stade débourrement, et à les brûler.

 

Spongieuse

L’adulte de spongieuse (Lymantria dispar) est un papillon de bonne taille et d’apparence assez différente selon qu’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle. Le mâle (25 mm) porte des ailes de couleur brun foncé, ornées de lignes ondulées et de mouchetures noires. Il est agile au vol. La femelle, qui est plus grosse (30 mm), ne vole pas mais possède quand même des ailes blanchâtres, ornées de façon semblable à celles du mâle, dans des teintes plus pâles. Les larves (50 mm) sont de jeunes chenilles noirâtres à tête jaune et dont le corps est orné de nombreuses verrues et de longs poils noirs. Elles apparaissent autour du stade pré-bouton rose. Elles se nourrissent surtout la nuit, s’attaquant de préférence à la face supérieure des feuilles et sont actives jusqu’à la mi-juin. Les amas d’œufs sont caractéristiques : de forme ovale et couverts de poils beiges provenant du corps de la femelle, ils sont habituellement déposés sur les troncs. Ils peuvent contenir jusqu’à 1500 œufs chacun.

spongieuse (adulte)

Dégâts observables : Les chenilles de la spongieuse se nourrissent de plus de 300 espèces d’arbres et d’arbustes. Lors d’épidémies, tous les arbres et arbrisseaux de la région envahie sont défoliés. Cependant, les pommiers sont rarement atteints, leur prolifération dans les vergers étant rarissime.

spongieuse (larve et dégâts)

Stratégie de lutte : Brosser les amas d’œufs afin de les déloger ou retirer les branches infestées. Des interventions chimiques à la phosalone (IMIDAN) sont rarement nécessaires, mais des interventions localisées peuvent parfois être recommandées au stade bouton rose sur les arbres très sévèrement affectés.

 

Squeletteuses

La squeletteuse du pommier et la squeletteuse du cenellier (Psorosina sp. et Choreutis sp.) sont des ravageurs mineurs en PFI. Ces insectes sont aussi appelés teignes des feuilles du pommier. Leurs œufs vert pâle sont difficilement perceptibles. La chenille (14 mm en fin de développement) jaune ou vert pâle possède des pattes relativement longues et très mobiles, ainsi que de nombreuses verrues noires sur chaque segment du corps. Le papillon (12-13 mm) est trapu, brun rougeâtre avec deux lignes noires transversales sur chaque aile antérieure. Les chenilles confectionnent un fourreau blanc en repliant le bord de la feuille avec des fils de soie. Plusieurs générations se développent durant l’été.

squeletteuse (larve)

Dégâts observables : Les chenilles dévorent la partie supérieure du limbe de la feuille, ne laissant que les nervures et l’épiderme inférieur. L’apparence de ce squelette de feuille de couleur rouille est très caractéristique. Si les populations sont très fortes, les chenilles peuvent s’aventurer à grignoter l’épiderme des fruits, causant de la roussissure. Les dégâts apparaissent principalement en juillet.

dégât de squeletteuse

 

Stratégie de lutte contre les chenilles forestières

Retirer les branches infestées ou intervenir au besoin sur les arbres affectés.

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Ce contenu a été publié dans Guide de PFI par . Mettez-le en favori avec son permalien.

Yvon Morin

agronome spécialisé en pomiculture depuis plus de 25 ans. Employé, puis dirigeant de la première entreprise de services-conseils pour les vergers, il a développé et mis à l'épreuve nombre de méthodes de dépistage et de seuils d'intervention utilisés par les conseillers en pomiculture du Québec

Laisser un commentaire