Fiche 84

Pour une copie de l'article :

La sésie du cornouiller et
les autres ravageurs du bois

Gérald Chouinard, Yvon Morin et Franz Vanoosthuyse

 

La saperde du pommier et la sésie du cornouiller sont réglementés en vertu de la Loi sur la protection sanitaire des cultures (Fiche 15) et les mesures nécessaires doivent être prises pour éviter la propagation aux cultures avoisinantes.

 

Sésie du cornouiller
Description et comportement

La sésie du cornouiller (Synanthedon scitula) est un ravageur mineur en PFI. Les larves de la sésie sont des chenilles blanchâtres (15 mm) à tête brun-rougeâtre et ronde qui passent par six stades larvaires. La sésie hiberne à l’état de chenille dans une galerie d’alimentation qu’elle creuse sous l’écorce du tronc et des branches charpentières, au niveau des tissus conducteurs de la sève. Elle se transforme en nymphe entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin. L’adulte est un papillon (longueur de 10 à 12 mm; envergure 18 à 22 mm). Ses ailes translucides et son corps noir marqué de bandes jaunes lui donnent un peu l’apparence d’une guêpe. L’émergence des adultes s’étend de la mi-juin à la mi-août, avec une intensité maximale vers le milieu de juillet. Les femelles déposent leurs œufs individuellement sur les surfaces d’écorce rugueuses, sur les plaies de chancre européen, sur les faux-broussains (« burr-knot », en anglais) ou sur d’autres blessures ou tissus mous de l’écorce.

Les jeunes chenilles se nourrissent peu avant d’entrer en hibernation. L’activité reprend au printemps suivant, et la majorité des chenilles complètent leur développement à la fin du mois de juin. Une partie de la population reste cependant sous forme larvaire une année additionnelle. Il y a une génération par année.

Larve de sésie du cornouiller – photo J. Moisan-De Serres, MAPAQ

Adulte de sésie du cornouiller – photo J. Moisan-De Serres, MAPAQ

Cycle de vie de la sésie du cornouiller – illustration J. Veilleux / IRDA

 

Dommages

Lorsqu’elle se nourrit, la chenille rejette à la sortie de ses galeries des amas de sciure rougeâtre ayant une apparence vermoulue. La sésie affecte principalement les arbres au niveau du bourrelet de greffe, particulièrement dans les plantations de pommiers nains sur porte-greffe M.26.

Les galeries de la sésie constituent une porte d’entrée pour les maladies, comme les chancres. De plus, dans le cas d’infestations prolongées, l’arbre perd de sa vigueur et son rendement diminue. Les pommiers standard peuvent aussi être attaqués par ce ravageur, sans toutefois en être affectés de façon importante.

dégât de sésie du cornouiller

Dommages de sésie du cornouiller

 

Estimation du risque

La phéromone utilisée pour dépister la sésie du cornouiller n’étant pas très sélective, il n’est pas rare de capturer des adultes d’autres espèces de sésies qui ne s’attaquent pas aux pommiers. Des inventaires réalisés à l’aide de cette phéromone dans les vergers de pommiers du Québec ont révélé qu’au moins 9 espèces différentes peuvent parfois être capturées en grand nombre dans les pièges à sésie du cornouiller:

Nom scientifique Nom commun
Synanthedon scitula Sésie du cornouiller
Synanthedon pyri Sésie du pommier
Synanthedon acerni Sésie de l’érable
Synanthedon exitiosa  Perceur du pêcher
Synanthedon pictipes Petit perceur du pêcher
Synanthedon acerrubri
Synanthedon fulvipes
Sesia tibialis
Podosesia syringae
Comment distinguer la sésie du cornouiller de ces autres espèces de sésie?

Silhouettes de trois espèces de sésies capturées dans les pièges de sésie du cornouiller – illustration F. Vanoosthuyse, IRDA

  1. La sésie du cornouiller ne dépasse pas 22 mm d’envergure
  2. Le bout de ses ailes antérieures n’est pas transparent
  3. Son abdomen se termine par une touffe anale de poils au lieu d’une pointe
  4. Si cette touffe anale porte des poils jaunes ou oranges, cette couleur est présente seulement sur les côtés de la touffe
Stratégie d’intervention
Prévention

La chenille de la sésie du cornouiller a besoin d’une porte d’entrée. Elle peut difficilement attaquer un tronc lisse et sain, mais la présence de chancres ou de faux broussins lui facilitera la tâche. Un bon entretien du couvert végétal près du tronc (pour ralentir le développement de faux-broussains et pour encourager la prédation des chenilles par les oiseaux) et une couche de peinture d’intérieur au latex sur la base du pommier préviennent généralement l’attaque de ce ravageur. Si l’arbre est déjà infesté, la peinture rendra plus difficile l’émergence des nouveau adultes. Lors de la plantation de jeunes pommiers, une application rapide de latex pâle (en mélange avec de l’eau dans une proportion de 50:50) peut être effectuée à l’aide d’une mitaine pour laver les autos, doublée d’un gant de plastique.

Dans une jeune pommeraie (dès la 3e ou 4e feuillaison des pommiers nains), de bons résultats peuvent aussi être obtenus en grattant à l’aide d’un canif les zones attaquées par la sésie. Une fois la plaie sèche, il est souhaitable de la protéger en la recouvrant d’un latex d’intérieur pâle ou en la colmatant avec un mastic désinfectant additionné d’insecticide. Afin de trouver des moyens de lutte préventive à adopter contre la sésie dans les vergers qui ne sont pas en production, veuillez consulter la fiche 8.

Confusion sexuelle

La confusion sexuelle, une méthode de lutte très utilisée contre le carpocapse de la pomme (fiche 76), est aussi disponible commercialement pour la sésie (ISOMATE® DWB). Des essais menés au Québec ont récemment permis de valider son efficacité.

Répression

Dans le cas de vergers sévèrement atteints, les mesures préventives peuvent être accompagnées d’un traitement insecticide effectué lors du pic de captures des papillons (entre la fin juin et la mi-juillet) et répété au besoin 14 jours plus tard. Utiliser un insecticide résiduel et bien mouiller le tronc et les branches charpentières des arbres infestés à l’aide d’un pulvérisateur muni d’un fusil d’arrosage.

Des insecticides admissibles en PFI sont maintenant disponibles pour lutter contre cet insecte :

  • DELEGATE (spinétorame)
  • ALTACOR (chloratraniliprole)
  • RIMON (novaluron)

Ces produits doivent être appliqués en dirigeant le jet de façon à couvrir la base du tronc de l’arbre, particulièrement le point de greffe et les points d’émondage. Effectuer une à deux applications à intervalle de 14 jours, visant le premier stade larvaire (débutant autour de la mi-juillet dans le sud-ouest du Québec).

 

Saperde du pommier
Description et comportement

La saperde du pommier (Saperda candida) est un ravageur mineur en PFI. La larve (2,5 cm en fin de développement), parfois appelée « ver tarière à tête ronde », est blanc crème; elle possède une grosse tête noire et a la forme d’une massue. Pendant ses deux années de vie sous cette forme, la larve creuse des galeries dans le bois des pommiers, mais contrairement à la sésie, elle s’attaque aux tissus sains des jeunes arbres en santé.

saperde du pommier (adulte)

L’adulte, un insecte allongé (20 mm) portant de longues antennes, a un corps dur, rayé d’élégantes bandes blanches et brunes. La femelle dépose ses œufs dans l’écorce à la base du tronc des pommiers, principalement de la fin du mois de juin au milieu d’août.

 

Dommages

Les galeries sont localisées surtout dans les premiers 45 cm du tronc à partir du niveau du sol. Des amas de sciures rougeâtres sont alors visibles à l’entrée des galeries. À défaut d’intervention, ces galeries affaiblissent les jeunes pommiers des pépinières ou des vergers et les font souvent périr.
 

Stratégie d’intervention

Des interventions spécifiques sont rarement nécessaires dans les vergers commerciaux, mais des interventions localisées peuvent parfois l’être dans les vergers qui ne sont pas en production. Comme il n’existe pas de produits spécifiquement homologués contre cet insecte, les moyens culturaux et physiques de lutte sont fortement recommandés :

  • maintenir la base des troncs exempte de mauvaises herbes;
  • éviter l’utilisation de protecteurs en plastique blanc, qui procurent un abri idéal pour la ponte;
  • détruire les plantes hôtes autour du verger (pommiers négligés, cormiers ou sorbiers, cenelliers ou aubépines) dans un rayon de 300 m, si possible;
  • à la mi-juin, avant l’arrivée des adultes, encercler lâchement (sans serrer) les troncs avec de la moustiquaire ou de la jute sur une longueur de 30-60 cm (1-2 pieds) en partant du sol. Retenir le haut avec une corde et le bas en rechaussant avec de la terre. Retirer à la fin août, quand la période de ponte est terminée (cette méthode est proposée par les chercheurs de l’Université Cornell, dans l’état de New York).

Les pulvérisations de phosmet (IMIDAN) effectuées contre d’autres ravageurs (comme la mouche de la pomme, le carpocapse de la pomme ou les tordeuses) entre la mi-juin et la fin de juillet seront efficaces contre les adultes de la saperde. Jusqu’à trois applications peuvent cependant être nécessaires dans les vergers sérieusement affectés. Si les populations sont de faible densité, il est possible de détruire les larves à l’intérieur des galeries en y insérant un poinçon fin ou le bout d’un fil métallique. Faire deux ou trois inspections entre le début juillet et la mi-septembre.

 

Cérèse buffle
Description et comportement

La cérèse buffle (Stictocephala bisonia) est un ravageur mineur en PFI. Cet insecte suceur vert pâle, de moins de 1 cm, porte sur le dos une protubérance pyramidale caractéristique qui lui donne l’apparence d’un buffle miniature. Au début du mois d’août, les femelles adultes délaissent les plantes herbacées pour pondre leurs œufs dans l’écorce des jeunes pommiers. Les œufs hibernants déposés dans le bois de l’été précédent éclosent durant la première moitié de juin. Les stades immatures ne vivent pas sur le pommier; ils se déplacent sur les plantes de la famille des légumineuses (luzerne, trèfle, vesce jargeau, etc.) Par conséquent, ils sont favorisés par la présence de ces mauvaises herbes dans le verger nouvellement planté. Il n’y a qu’une génération par année.

Adulte de cérèse buffle de face – photo J. Moisan-De Serres, MAPAQ

Adulte de cérèse buffle de profil – photo J. Moisan-De Serres, MAPAQ

Œufs de cérèse buffle – photo AAC

Larve de cérèse buffle – photo J. Moisan-De Serres, MAPAQ

Cycle de vie de la cérèse buffle – illustration J. Veilleux / IRDA

Dommages

Les femelles adultes pratiquent des incisions sur l’écorce des jeunes pommiers pour y déposer leurs œufs. Ces incisions font lever l’écorce et la rendent très rugueuse. Lorsqu’elles sont nombreuses, ces blessures entravent la circulation de la sève et affaiblissent les jeunes pousses, qui peuvent en mourir.

Dommage de ponte du cérèse buffle – photo AAC

Estimation du risque

Les observations des adultes et des dégâts s’effectuent sur le jeune bois des nouvelles plantations au début du mois d’août. Il n’y a pas de seuil d’intervention disponible pour cet insecte.

Stratégie d’intervention
Prévention

Éliminer les plantes hôtes : les légumineuses recouvrant le sol à proximité des jeunes plantations.
Couper et brûler les branches renfermant des œufs durant l’hiver.

Répression

Aucun produit n’est actuellement homologué contre cet insecte.

 

Scolytes
Description et comportement

Les scolytes (Scolytus rugulosus) sont des ravageurs mineurs en PFI. Ces petits insectes (2 mm) noirs ont un corps dur. Au stade larvaire, ils se nourrissent en creusant des galeries sous l’écorce des branches d’arbres nains ou dépérissants.

Dommages

Les branches attaquées se dessèchent et peuvent laisser voir une série de petits trous rapprochés par lesquels ont émergé les adultes. En soulevant l’écorce, il est possible d’apercevoir les nombreuses galeries rayonnant d’une galerie centrale.

dégât de scolyte

Stratégie d’intervention

Pour prévenir les attaques, ne laissez pas le bois de taille traîner près du verger!

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Ce contenu a été publié dans Guide de PFI par , et . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.


Yvon Morin

agronome spécialisé en pomiculture depuis plus de 25 ans. Employé, puis dirigeant de la première entreprise de services-conseils pour les vergers, il a développé et mis à l'épreuve nombre de méthodes de dépistage et de seuils d'intervention utilisés par les conseillers en pomiculture du Québec


Franz Vanoosthuyse

Franz est détenteur d'une maîtrise en biologie de l'Université du Québec à Montréal. En plus de sa passion pour les insectes, il a développé des compétences en graphisme et mise en page. Professionnel de recherche au sein du laboratoire de production fruitière intégrée, il en est le responsable technique et il réalise des projets de recherche pour répondre aux problématiques entomologiques du secteur pomicole et des petits fruits.

Laisser un commentaire