Fiche 81

Pour une copie de l'article :

Les tordeuses occasionnelles du fruit

Gérald Chouinard et Yvon Morin

 

Tordeuse à bandes rouges

La tordeuse à bandes rouges (Argyrotaenia velutinana) est un ravageur mineur en PFI. L’adulte est un papillon de couleur gris-brun (8 mm) aux ailes antérieures ornées d’une bande oblique nuancée de rouge et de brun foncé. Les larves sont des chenilles vert pâle (2-16 mm), ayant une tête jaune pâle ou verdâtre; elles apparaissent au stade calice. Elles se nourrissent sous une toile blanchâtre sur la face inférieure de la feuille, près de la nervure principale. Les chenilles de la deuxième génération apparaissent en août et accolent une feuille au fruit pour grignoter irrégulièrement la pelure de celui-ci.

tordeuse à bandes rouges

Dégâts observables : La chenille de la tordeuse à bandes rouges se nourrit des feuilles du pommier et de la surface des fruits. Le dommage qu’elle cause à la pelure des fruits est moins étendu et plus superficiel (en dentelle) que celui de la tordeuse à bandes obliques.

dégât de tordeuse à bandes rouges

Stratégie de lutte : La méthode de dépistage de ce ravageur est décrite au tableau-synthèse Dépistage par pièges à phéromone de la fiche 65.

Cet insecte est généralement réprimé en même temps que le charançon de la prune par le traitement insecticide effectué au stade calice. Si la deuxième génération apparaît problématique, un traitement contre les jeunes larves peut être effectué en été (habituellement au début d’août) avec un insecticide organophosphoré.

 

Tordeuse du pommier

tordeuse du pommier

La tordeuse du pommier (Archips argyrospilus) est un ravageur mineur en PFI. Les larves de cette tordeuse sont des chenilles (2-19 mm) vert jaunâtre à tête brun-noir; elles enroulent les feuilles. Elles apparaissent au stade bouton rose et se nourrissent de feuilles, de bourgeons et de fruits jusqu’à la fin juin. Autrefois la tordeuse la plus connue pour son potentiel important de dégâts dans les vergers, elle est aujourd’hui d’importance mineure, mais des populations appréciables peuvent se développer en quelques rares occasions.

Dégâts observables : Une toile soyeuse réunit habituellement feuilles et jeunes fruits (jusqu’à 25 mm de diamètre) dont elle se nourrit. La majorité des fruits atteints tombent prématurément. Les feuilles et les fruits atteints qui demeurent sur l’arbre sont fortement déformés par l’activité printanière de cette tordeuse. Ils ressemblent à ceux affectés par la tordeuse à bandes rouges ou par la tordeuse à bandes obliques.

Stratégie de lutte : Les larves de la tordeuse du pommier sont tenues en échec par les traitements insecticides normalement effectués au calice.

 

Pique-bouton du pommier

Le pique-bouton (Spilonota ocellana) est un ravageur mineur en PFI. L’adulte pique-bouton est un petit papillon grisâtre (11 mm). Ses ailes antérieures sont ornées d’une large bande blanche en partie distale. Les larves sont de petites chenilles (11-13 mm) brun chocolat reprenant leurs activités au stade débourrement avancé. Elles perforent alors les bourgeons à l’intérieur desquels elles se dissimulent.

pique-bouton du pommier (larve)

Dégâts observables : Au printemps, les chenilles se nourrissent des boutons à fruits. Après la floraison, elles s’alimentent des jeunes feuilles et les relient ensemble pour s’en faire des abris. En août, les nouvelles chenilles se nourrissent de l’épiderme inférieur et du parenchyme des feuilles. Elles peuvent aussi attaquer les fruits en pratiquant plusieurs petits trous assez rapprochés, entraînant typiquement la décoloration d’une zone en forme de triangle.

pique-bouton du pommier (larve et dégâts)

Stratégie de lutte : Des interventions chimiques sont rarement nécessaires, mais des applications localisées peuvent occasionnellement être recommandées au stade débourrement contre les chenilles de la première génération.

 

Tordeuse du bouton du pommier

La tordeuse du bouton du pommier (Platynota idaeusalis) est un ravageur mineur en PFI. Les œufs de couleur vert pomme de cet insecte sont pondus en masses de 100 à 125. La larve est une chenille (13-18 mm en fin de développement) à tête brune et au corps brunâtre, pouvant être présente tout l’été. Le papillon est grisâtre (12-15 mm).

Dégâts observables : Les jeunes chenilles s’enrobent dans une toile sur la nervure centrale des feuilles et se nourrissent de leur surface inférieure. Les chenilles matures mangent en partie le pétiole de la feuille, la laissant pendre d’une façon caractéristique. Assez souvent, elles vont complètement détacher une feuille pour ensuite la fixer à un fruit dont elles se nourriront en causant des dommages s’apparentant à ceux de la tordeuse à bandes rouges, mais de façon moins étendue.

 

Tordeuse pâle du pommier

tordeuse pâle du pommier (adulte)

La tordeuse pâle du pommier (Pseudexentera mali) est un ravageur mineur en PFI. Aussi appelées enrouleuses du pommier, les larves de cette tordeuse sont des chenilles blanc crème (10 mm en fin de développement) à tête ambrée, bien dissimulées dans les pousses terminales au stade bouton rose et se nourrissant de jeunes feuilles jusqu’à la mi-juin. L’adulte est un papillon gris terne, de la taille de l’adulte de la tordeuse à bandes obliques. Les œufs rosés sont pondus individuellement sur l’écorce des lambourdes et les brindilles. La tordeuse pâle du pommier se nourrit exclusivement sur le pommier; ne pas confondre avec la tordeuse du pommier, qui peut se développer sur plusieurs espèces d’arbres.

Dégâts observables : La jeune chenille de cette tordeuse peut se nourrir de l’intérieur d’un bourgeon. Les chenilles plus âgées s’attaquent principalement aux jeunes feuilles des pousses terminales. Alors qu’elles s’alimentent, les chenilles sont continuellement et complètement dissimulées dans un abri compact fait de feuilles pliées et recroquevillées. Dans de rares cas, la tordeuse pâle se nourrit de jeunes fruits, creusant parallèlement au cœur et non vers lui.

 

Enrouleuse trilignée

L’enrouleuse trilignée (Pandemis limitata) est un ravageur mineur en PFI. Les larves de cet insecte sont des chenilles en apparence identiques à celles de la tordeuse à bandes obliques, qui ont une biologie tout aussi semblable et qui sont actives aux mêmes périodes. Les adultes portent trois bandes pâles sur les ailes antérieures.

Dégâts observables : Les dégâts causés par les larves de la génération printanière sont semblables à ceux de la tordeuse à bandes obliques, alors que les dégâts de la génération estivale sont semblables à ceux de la tordeuse à bandes rouges. L’enrouleuse trilignée a été répertoriée dans les années 1990 dans la région de Deux-Montagnes, où elle cohabite de façon minoritaire avec la tordeuse à bandes obliques.

 

Cette fiche est tirée du Guide de référence en production fruitière intégrée à l’intention des producteurs de pommes du Québec 2015. © Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Reproduction interdite sans autorisation écrite.

bannière des principaux partenaires de réalisation et commanditaires du Guide de PFI

Ce contenu a été publié dans Guide de PFI par . Mettez-le en favori avec son permalien.

Gerald Chouinard

Agronome et entomologiste à l'emploi du ministère de l'Agriculture, de Pêcheries et de l'Alimentation du Québec depuis 1992 et de l'IRDA depuis sa création. Depuis plus de 20 ans, il supporte les pomiculteurs et les professionnels de la pomiculture dans leur mission: produire des pommes de qualité, dans le respect de l'environnement.

Laisser un commentaire